Pour notre pays, restons unis !

Chacun porte en lui les traces de la terre qui l’a vu naître et grandir. Cette terre natale, la nôtre, nous a marqués au plus profond de notre être. Une empreinte indélébile qui fait de nous qui nous sommes, tout autant que d’autres, composantes de notre identité. Si, pour nombre d’entre nous, les parents sont venus d’autres pays pour une raison qui fut d’abord d’ordre économique, il semble que le destin des enfants nés en France était bel et bien de devenir de véritables Français. Nos origines, quelles qu’elles soient, nos différentes cultures, les différentes composantes de notre identité sont à l’évidence une richesse pour notre pays, pour qui sait poser un regard optimiste sur toutes ces particularités.

Notre pays souffre de plus en plus d’importantes divisions. Chacun veut servir son intérêt propre, quand la solution réside, à l’évidence, dans le fait de servir l’intérêt commun.

N’est-il pas temps de nous rassembler, de nous unir, de dépasser nos « petites » différences, pour nous retrouver sur ce qui fait l’âme de l’humain ?

N’est-il pas temps de construire tous ensemble, de bâtir, de rebâtir à nouveau notre pays ? Avec tous ceux qui portent de belles valeurs humaines telles que la fraternité, la solidarité, le souci des plus faibles, une volonté de faire pays ensemble, une volonté d’être, de vivre et de construire ensemble.

Au-delà de nos différentes appartenances, de nos différentes obédiences et croyances, de nos différentes couleurs et origines… au-delà de nos craintes réciproques infondées. Il est temps de dépasser tout ce qui nous sépare et nous divise pour porter ensemble un projet de renouveau. Un renouveau qui commence par nous-mêmes, par notre intérieur et qui se poursuit avec tout un chacun, avec toutes les bonnes volontés : hommes, femmes, jeunes, avec tous ceux qui portent cette conscience humaine saine et véritable, avec tous ceux qui souhaitent ardemment construire plutôt que détruire, unir plutôt que diviser.

Dépassons nos blessures d’hier, surmontons tout ce qui nous sépare. Apprenons ensemble à construire le destin de notre pays, des générations à venir au lieu de nous concentrer uniquement sur nos intérêts personnels et individualistes.

Ne cédons pas au piège de la division qui est assurément synonyme d’affaiblissement.

À un moment où l’on se trouve certainement à la croisée des chemins, entraidons-nous, privilégions l’intérêt commun, au-delà de nos appartenances strictement communautaires.

Dieu a honoré tout fils d’Adam, efforçons-nous de chercher davantage encore tout ce qui peut nous permettre une vision commune, saine et humaine. Rassemblons, unissons, construisons ensemble, dans la durée, un lendemain plus fraternel, au service de notre pays.

4 commentaires

  1. Je suis arrivée par hasard sur cette page en aimant la photo en ce soir où celle que j ose nommer “ma” France s est réveillée in extremis pour défendre ce mélange magnifique qu’elle est.
    J’espère n’offenser personne sur cette page en vous écrivant.
    Merci pour votre texte qui me touche énormément. Que les mois, années à venir nous confortent dans ce qui nous unit, au delà de tout. Dans le bonheur de chacun et chacune, et dans ses libertes. Dans la curiosité intellectuelle et culturelle de la différence de soi, de l’autre qui fait richesse. La peur et la division sont à combattre, l’amour et la solidarité humaniste sont à porter haut ! La paix pour toutes et tous 🙏

    1. Bonjour Céline

      Merci pour ce très joli message de paix et d’amour.

      Vous n’offensez personne en écrivant ici, bien au contraire vous nous honorez tous de vos mots et belles paroles.

      Cela fait du bien de lire ce genre de commentaires sur le site et donne espoir et courage pour continuer de créer des ponts et des passerelles entre les gens.

      Un très bel été à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page