Plus que jamais…

0
423

Ce texte est le mot prononcé par Ismahane membre de PSM (Participation et Spiritualité Musulmanes) au rassemblement contre l’islamophobie et en hommage aux victimes de Christchurch.
Place de la République à Paris, le vendredi 22 mars 2019.

Nous sommes ici ce soir d’abord pour honorer la mémoire des 50 personnes, enfants, femmes et hommes, assassinées vendredi dernier dans 2 mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Nous sommes rassemblés ici ce soir pour témoigner de toutes nos condoléances, nos prières, notre fraternité et notre solidarité aux victimes, à leurs familles et leurs proches, et aux dizaines de blessés.

Nous sommes rassemblés aussi ce soir pour saluer la dignité et le courage exemplaire du peuple néo-zélandais et de sa première ministre qui ont donné et continuent de donner une leçon d’unité nationale au monde entier.

L’attaque terroriste perpétrée à Christchurch le 15 mars dernier au sein de 2 mosquées a suscité une immense émotion légitime dans tout le pays et au-delà dans le monde entier, dans les communautés musulmanes et au-delà.

Rien ne justifie un tel crime ;

Rien ne justifie que l’on s’en prenne à des enfants, des femmes et des hommes réunis pour prier ;

Rien ne justifie que l’on assassine des enfants, des femmes et des hommes parce que musulmans.

Cet hymne à la mort doit avoir pour contrepoint notre solidarité sans faille à l’égard des victimes et de leurs familles. 

Que nous croyons au Ciel ou que nous 9n’y croyons pas !

Chacune des victimes doit vivre en nous parce que nous appartenons à la même humanité et parce que c’est chacun-e d’entre nous qui est transformé en cible.

Ceux qui ont fait subir aux musulman-e-s de Christchurch un moment d’inhumanité absolue nous l’ont fait subir à tou-te-s.

Pour autant, la haine et la peur ne nous ferons pas céder.

Pour autant, l’émotion et l’effroi ne nous empêcheront pas de réfléchir, d’analyser, de dénoncer… les responsabilités.

Car nous sommes rassemblés ici ce soir aussi pour interroger ce qui a  permis une telle abomination.

Ces crimes sont l’expression pleine et entière de scénarios de l’horreur voués à se répéter tant que perdurera la désignation et la construction des musulmans comme bouc émissaires et menace, ici et partout.

– la permanente désignation des musulmans comme des ennemis ?

– à force de les pointer  comme une menace inéluctable ;

– les anathèmes et les mises au ban de l’espace public et du débat public, les injures proférées de « duplicité », les accusations d’ « offensive contre la laïcité », contre « la république », contre « la démocratie », d’« antisémites »… ;

–       la multiplicité des polémiques politico médiatiques nauséabondes régulières et récurrentes sur le foulard notamment, via des tribunes généreusement ouvertes et offertes à tous les islamophobes de service.

Le terroriste ne s’y est pas trompé qui a reconnu que ce que la France a construit depuis vingt-cinq ans à gauche comme à droite, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, à  force de scandales, de lois et de dénis, de mensonges nostalgiques, c’est l’idée de l’altérité musulmane, irréductible à la raison et irréductible à la République ; la proclamation d’une identité en danger, nationale républicaine, et tout sera licite — légalement — pour préserver sa pureté…

La lutte contre le racisme n’est pas une lutte ponctuelle, qui ne s’actionne qu’après les drames.

La lutte contre le racisme ne se divise pas, ne se hiérarchise pas.

Nous ne savons pas s’il y aura un « avant » et un « après » ce 15 mars 2019, mais il est vital que s’ouvre enfin une page sur l’avenir commun que nous voulons.

Nous voulons que ces dramatiques événements soient l’occasion de construire un autre chemin que celui qui nous est proposé. Un chemin qui refuse de désigner des boucs émissaires et qui refuse que la France soit en guerre contre elle-même. Un chemin qui donne à l’égalité des droits toute sa place et qui s’engage en faveur d’une France solidaire, ouverte à l’autre, libre et fraternelle.

Nous ne céderons pas à la peur dans laquelle veulent nous faire vivre ceux et celles qui font de la haine islamophobe leur viatique et de la mort leur raison de vivre, pas plus que nous céderons à ceux et celles qui nous promettent une société aux libertés et à la fraternité limitées.

Il est grand temps d’œuvrer à un chemin commun de la paix, de la justice et de la dignité pour tou-te-s.

Il est plus que temps !

Ismahane Chouder (PSM)

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.