Réfléchir pour mieux agir

0
1262

Nous sommes le 11 janvier 2015. C’est la panique à bord des navires de cette majestueuse flotte qu’on nomme la « France ». Le pont noir de monde s’apprête à la manifestation, grande réponse des citoyens français face à la menace terroriste. Vous vous préparez vous-même à sortir pour faire connaître votre indignation face à ces actes odieux et irresponsables…

Mais soudain l’information fatidique tombe : le capitaine Netanyahu, milicien odieux aux méthodes plus que contestables et qui n’hésite pas à écraser tous ceux qui s’opposent à sa vision eugénique du monde, participe à la manifestation. Les visages de vos camarades se décomposent. La majorité fait aussitôt volte-face et se terre dans la cale pour bouder. Un nouveau slogan émerge « Netanyahu y va, je n’y vais pas !». Et vous, qu’allez-vous faire ? Suivre vos camarades sans réfléchir et opter pour la pensée idéologique ? Ou prendre vos responsabilités, peser le pour et le contre de chaque option et faire un choix, ou encore mieux proposer une troisième solution ? Autrement dit opter pour la pensée stratégique[1].

Revenons dans la réalité et dans l’instant présent. Je m’excuse si ma version caricaturée des événements vous choque. En fait, je veux simplement vous montrer comment j’ai vu à travers mes propres yeux les appels à ne pas manifester. Je vous propose donc de prendre du recul et d’expliquer ce que j’entends par « pensée idéologique » et « pensée stratégique ».

La pensée stratégique vs la pensée idéologique

Face à une situation donnée, il y a plusieurs façons de réagir.

La pensée idéologique est celle qui pousse à ne faire appel qu’à ses convictions politiques et religieuses profondes, à ses principes primordiaux. Pensez par exemple à cet épisode de la vie de notre prophète bien-aimé, bénédiction et salut de Dieu sur lui, lorsqu’un bédouin est venu faire ses besoins dans la mosquée. Omar ibn el Khattab, que Dieu l’agrée, s’est préparé à abattre son sabre sur le pauvre individu, pensant ainsi de manière idéologique (Il commet un sacrilège -> cela doit être sévèrement puni -> je passe à l’action). Heureusement, notre bien-aimé, bénédiction et salut de Dieu sur lui, dans sa sagesse, a empêché Omar de commettre cette injustice. De manière générale, même s’il est louable qu’une décision soit motivée par un respect de valeurs nobles, agir sans réfléchir n’est pas une bonne solution.

Le jour du jugement, Dieu nous interrogera sur nos actes et particulièrement sur notre intention. Ce jour-là, il sera trop tard pour dire « Je n’ai pas réfléchi, j’ai agi ainsi pour satisfaire ma bonne conscience. Je n’ai pas cherché à mesurer les conséquences de mes actes, je n’ai pas pensé à l’intérêt général ». Bien-sûr nous avons le devoir d’agir conformément à ce que notre cœur nous dit, mais cela implique de poser les bonnes questions à son cœur et de faire des choix responsables ! Ce que nous faisons, nous le faisons pour Dieu seul, alors est-ce que cela ne vaut pas la peine de chercher à Le servir de la meilleure des manières, plutôt que de servir sa bonne conscience ?

La pensée stratégique encourage au contraire à prendre du recul par rapport aux événements et à se poser effectivement les bonnes questions.

Dans l’exemple de la manifestation, cela consiste à observer l’échiquier politique en place, observer Netanyahu non pas comme une peste effrayante, engeance d’un mal écrasant contre lequel nul ne peut lutter, digne d’une tragédie grecque. Il faut plutôt le voir comme une pièce appartenant au camp adverse, qu’il s’agit de prendre en compte, sans pour autant abandonner la partie (car c’est Dieu qui nous a jugés digne de relever le défi). Est-ce vraiment à notre avantage de nous barricader et de laisser nos voisins refaire le monde seuls ? Ou devrions-nous plutôt en profiter pour montrer notre visage de citoyen responsable aux gens qui nous connaissent ? C’est l’occasion de nous faire de nouveaux alliés, de parler aux gens autour de nous du vrai sens de l’Islam.

Je vais rapporter le témoignage réel d’un ami de confession musulmane qui est allé à la manifestation à Paris. Pour lui, cette manifestation était comme une grande communion des citoyens afin de condamner, unis, une injustice flagrante. Après coup, le fait d’avoir participé à cette manifestation était comme un mot de passe  qui permettait de débattre sur les limites de la liberté d’expression sans être soupçonné d’amitié avec les terroristes : il était à la manifestation, il condamnait donc ces actes barbares sans ambiguïté. Ses arguments contre les caricatures et l’irresponsabilité de Charlie Hebdo étaient dignes d’être écoutés selon ses interlocuteurs.

J’ai également entendu un autre ami regretter de ne pas être allé manifester, car cela a eu semble-t-il un impact sur sa relation avec ses voisins non musulmans qui ont participé à la manifestation.

Je ne dis pas que manifester était « La » bonne solution. La question ici n’est même pas « fallait-il manifester ?», mais plutôt celle de réfléchir et de prendre sa décision avec responsabilité. De même que la liberté d’expression, la liberté d’opinion exige une certaine responsabilité.

Vous l’aurez compris, cet article a une portée générale. Je vous invite donc à toujours prendre du recul sur des événements afin de prendre une décision. N’oubliez pas que Dieu récompense deux fois le savant qui a émis un avis après un effort de réflexion et qui a eu raison et une fois celui qui a réfléchi et a eu tort !

Je pense que le meilleur exemple pour illustrer cette opposition est le pacte de Houdaybiya. Le prophète, paix et salut de Dieu sur lui, par l’inspiration divine, a fait un choix stratégique qui a mis en colère certains compagnons, qui pensaient qu’il donnait trop d’avantages aux mecquois. Cette colère est idéologiquement compréhensible. Cependant, elle ne peut pas conduire à des solutions efficaces. Je vous renvoie alors à la biographie de notre bien-aimé, sans doute meilleure référence littéraire que cet article.

Guide pratique

Comment mieux comprendre la nécessité d’avoir recours à la réflexion et comment agir en bon stratège ? Comment prendre en compte l’ensemble de l’échiquier avant d’agir ? Par la pratique. Pour les plus traditionnels, je vous recommande de jouer aux échecs, au jeu de Go ou à des versions plus modernes telles que Risk. Les adeptes de jeux-vidéos préféreront sans-doutes les jeux de stratégie en temps réel comme Age Of Empire, ou les « tactical RPG » (jeux de rôles tactiques) comme Fire Emblem. Ceux qui préfèrent lire seront ravis par les romans policiers. Je vous recommande alors les Hercule Poirot, qui montrent bien la nécessité de réfléchir au lieu de laisser l’émotion berner la raison et se baser sur les apparences trompeuses. Dans le même genre, les fans de mangas apprécieront certainement Death Note.

N’oublions pas que c’est Dieu qui demeure notre Éducateur et invoquons-Le afin qu’Il pardonne nos péchés et nous reçoive au sein de Sa miséricorde.

 


[1] Pour mieux comprendre la pensée stratégique : http://www.conseiller.ca/pme/nouvelles/developpez-votre-pensee-strategique-21669

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.