Comment pratiquer l’écoute active ?

Les avancées technologiques  nous permettent aujourd’hui d’écouter ce qui se dit à l’autre bout du monde et même dans l’espace, en temps réel qui plus est. 

Les satellites de communication, les smartphones quasiment greffés à nos mains, les réseaux sociaux… autant dire, que nous sommes entourés d’une galaxie de high-tech qui nous offre la facilité de communiquer, de nous écouter quand nous voulons, comme nous voulons, où nous voulons.

L’écoute, devenue si facile et accessible, est-elle pour autant une écoute de qualité ? 

D’ailleurs est-ce que nous nous écoutons vraiment ?

Se sentir vraiment écouté permet pourtant de se sentir valorisé, respecté, considéré et compris. Quand on m’écoute avec attention, je me sens énergisée et confiante. L’autre, la personne qui m’écoute réellement, me donne l’impression que ce que je dis est important. Comme si je sentais que j’avais toute ma place dans ce monde. Je compte.

L’écoute active est une technique de communication développée par Carl Rogers, qui permet de mettre en place un véritable dialogue avec l’autre. Cette technique qui paraît basique au premier abord, est pourtant très peu pratiquée.

Dans la réalité, nous avons tendance à nous laisser polluer par des bruits de fond, du genre « ah oui moi aussi », « en fait je l’ai déjà fait ça », etc. Pendant l’échange, nous pensons déjà à ce que nous allons répondre et nous attendons avec impatience ce moment fatidique où nous allons pouvoir à notre tour parler. Certains n’ont pas la force d’attendre…

Et encore, je ne parle même pas de la situation où l’autre personne a les yeux rivés sur son écran prétextant un « t’inquiète j’écoute ».

La conséquence est que l’on perd énormément en qualité relationnelle.

Comment donc mettre en place une écoute active et ainsi créer/renforcer mes liens avec les autres ?

Voici quelques étapes qui peuvent nous accompagner sur cette route de la communication. 

1. J’accueille et j’observe 

Inspirons-nous de notre Messager bien aimé (paix et salut sur lui) qui, lorsqu’un compagnon appelait, il répondait systématiquement « Labayka » qui signifie « me voici ». Cette merveilleuse réponse est un signe de sa présence à l’autre.

Prêtons attention à la personne dans sa globalité : sa communication verbale et non verbale. 

Est-ce que la personne a les bras croisés et a l’air sur la défensive ? Semble-t-elle stressée ou sereine ? 

Bien-sûr ne vous laissez pas submerger par toutes ces questions, ayez simplement le sens de l’observation, car la communication est globale.

Astuces : 

– je lâche mon portable (promis, le portable sera encore là à la fin de la conversation, et la seule notification importante c’est la personne en face de moi).

– je regarde la personne dans les yeux quand je peux (selon les circonstances, la pudeur est aussi une reine de la communication). Je ne me laisse pas distraire à droite à gauche par d’autres personnes. À chacun son temps, à chacun son droit.

– je conscientise ma posture. Un visage souriant est toujours plus agréable et accueillant. Un visage crispé n’invite pas au dialogue.

2. Je me centre sur l’autre

On met en mode off toutes ces phrases qui nous polluent et nous perturbent lors de l’échange. J’écoute avec une vraie présence, je m’intéresse réellement à ce que dit l’autre, pas à ce qui se dit dans ma tête.

Astuce : 

– j’écoute l’autre comme une personne qui cache un trésor que je cherche à découvrir, comme une personne qui va me partager une sagesse.

3. Je pose des questions

Chaque être humain possède une carte du monde, une carte mentale et évolue au sein de son système de croyances. 

On a tendance à interpréter ce que l’autre dit selon notre propre carte, selon nos propres croyances. Pour explorer la carte de l’autre, et mieux le comprendre tout en évitant des malentendus, je lui pose des questions. 

Astuce : 

– je pose des questions larges. Par exemple la personne dit qu’elle aime que tout soit en ordre chez elle. On peut lui demander « qu’est-ce que c’est qu’être en ordre pour toi ? »

Ainsi, on apprend à mieux connaître l’autre, à mieux comprendre l’autre tout en lui donnant la possibilité de mieux s’expliquer, de plus détailler. Autant de choses qui ne feront qu’embellir la communication.

4. Je reformule

Ce point nous amène justement à reformuler les propos de la personne avec laquelle nous échangeons. En reformulant, nous ouvrons plusieurs portes (les liens possibles avec d’autres sujets intéressants ou avec d’autres personnes, les liens avec d’autres projets…) tandis que nous fermons d’autres portes (les malentendus, la frustration de ne pas avoir pu aller au bout de son partage…).

Toutes ces étapes sont simplement des outils, des techniques qui permettent de mettre en place une écoute active. Le plus important est de travailler son intention et sa capacité à être présent avec et pour l’autre. D’après un philosophe grec, nous avons deux oreilles et une bouche pour écouter plus que l’on ne parle.

Pour améliorer notre qualité relationnelle, soyons des chercheurs d’or humain, car chaque être renferme en lui un trésor…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page