All for Joomla All for Webmasters
lundi 16 septembre 2019

Quelle boussole pour cette élection ?

Plus nous avançons dans cette campagne et moins nous y voyons clair tant les polémiques « bouliticiennes » polluent le débat public. Qui n’est pas perdu par toutes ces péripéties ?

La démocratie du plus fort !

Je souhaite aujourd'hui à travers cet article exprimer mon désarroi  face à l'élection présidentielle qui se déroulera dans quelques semaines. En effet, je fus étonné lors du premier débat de voir seulement une partie des candidats à l'émission, même si par la suite on a donné une "seconde chance" aux autres candidats.

Des chiffres qui trompent 

La tendance à convoquer les chiffres dans la communication est désormais bien enracinée : Les sondages qui testent la popularité d’une personne ou d’une mesure, les argumentaires des politiciens lorsqu’ils expliquent la validité de leurs politiques,… le nombre de calories perdues ou consommées lorsqu’on mange un aliment, le rapport entre la taille et le poids, les apports journaliers nécessaires de tel minéral ou vitamine.

Le pouvoir et la liberté

Ce sont là deux entités antinomiques comme l’ombre et la lumière. L’ombre dans son paroxysme peut plonger le monde dans une nuit de ténèbres sans discernement ; de même, le pouvoir despotique plonge le monde dans un obscurantisme n’ayant que peu le sens des vérités. La lumière quant à elle peut éblouir le monde et le plonger dans une sorte d’hallucination en blanchissant toutes les couleurs ; la liberté, poussée à l’extrême, plonge le monde dans l’illusion en le dépourvoyant de tout sens de relativité.

Le pouvoir de la Hagra, de quelle pathologie parle-t-on ?

D'abord, qu'est-ce que la Hagra ?

La Hagra est ce terme que l'on emploie au Maghreb (pays du Sud) pour désigner le mépris, l'humiliation et l'injustice faite à autrui. La Hagra, c'est la tyrannie du plus fort.

Les musulmans de France face au défi des fausses religiosités

Face aux difficultés grandissantes que rencontrent les musulmans dans leur aspiration à être reconnus comme des citoyens à part entière et à vivre sereinement la pluralité de leurs identités, la tentation devient grande pour ces derniers de se réfugier dans des postures victimaires ou d’adopter des religiosités de rupture qui produisent un illusoire sentiment de sécurité, de supériorité voire de revanche.  

Quel personnage chutera dans cette tragédie syrienne ?

Alep brûle et nous sommes impuissants alors que les puissants brûlent leur dernière cartouche. La Turquie et la Russie se sont mises d’accord pour un cessez-le feu. C’est la vie de la Realpolitik (1) où des pays à l’amitié récente décident de la destinée d’une Ville brisée.

La religion aux mains des politiques

A peine les premiers versets révélés que les Musulmans s’empressaient d’aller libérer les esclaves et lutter pour l’amélioration des conditions de vie des opprimés. Alors que le message divin incite à renverser l’ordre injuste et à établir la justice, de nombreux discours préfèrent proposer une charité occasionnelle comblant les défaillances du pouvoir. Cette vision participe à la reproduction des inégalités et profite avant tout au pouvoir.

Doit-on voter aux primaires 2016-2017 ?

Primaires ou présidentielles ?

Aujourd’hui la question qui taraude tous les Français est de savoir s’il faut participer ou non aux élections des primaires ?
Avant de répondre à cette question et d’analyser les enjeux de ces primaires, il est fondamental de faire un focus sur les primaires de 2011. A l’analyse des résultats de 2011, on s’aperçoit que la médiocrité des résultats de certains candidats ne les a pas empêchés d’accéder à des responsabilités ministérielles. Nous citerons l’exemple de Manuel Valls qui, malgré sa place d’avant-dernier aux primaires, a obtenu le poste de Premier ministre en 2014. A contrario, Arnaud Montebourg fut évincé du gouvernement malgré ses résultats aux primaires.

Démocraties en péril

La défense de la mondialisation a toujours suscité des émois chez les tenants de la démocratie. D’intenses débats continuent à avoir lieu sur son impact sur la scène politique. Parmi les critiques faites, on cite la déréglementation des économies nationales et le renforcement du pouvoir du capital.

Free WordPress Themes, Free Android Games