Dieu, notre subsistance

A l’évocation de cette notion, comment ne pas se rappeler cette parole magnifique du Prophète – Paix et bénédiction soient sur lui – qui nous dit : « Si vous vous remettez à Dieu comme il convient de s’en remettre à Lui, Il vous apportera votre subsistance comme Il l’apporte aux oiseaux qui quittent le matin leur nid le ventre creux pour y rentrer le soir le ventre plein »[1]

Il n’est pas rare dans les enseignements de notre religion que nous trouvions des exemples à suivre dans la Création de Dieu et particulièrement chez les animaux.

Notre bien-aimé Prophète, paix et bénédiction de Dieu soient sur lui, par sa sagesse nous rappelle l’exemple de cette créature de Dieu qu’est l’oiseau et qui, dans toute son insouciance, part le matin sans savoir où et par quel moyen il trouvera de quoi se nourrir et de quoi obtenir sa subsistance et celle de sa famille. Il part à la recherche de son rizq chaque jour avec la même détermination et la même confiance.

Mais qu’est-ce que le rizq ? Traduire cette notion par le simple terme « subsistance » est réducteur car en réalité, le rizq, est tout ce dont nous bénéficions et que Dieu, exalté soit-Il, nous a accordé et nous a rendu licite. Cela peut donc être nos biens, nos vêtements, la nourriture, notre logement, mais également notre époux (se), nos enfants et même la bonne santé, le beau temps, la pluie, ou encore au niveau spirituel, la foi, l’Amour du Prophète, paix et bénédiction soient sui lui, …

Dieu nous enseigne à travers Son Noble Livre que le rizq vient de Lui. Il nous enjoint donc de nous en remettre à Lui et de Lui accorder notre pleine confiance.

En effet, Le Très-Haut nous dit : « Est-ce eux qui distribuent la miséricorde de ton Seigneur ? C´est Nous qui avons réparti entre eux leur subsistance dans la vie présente et qui les avons élevés en grades les uns sur les autres, afin que les uns prennent les autres à leur service. La miséricorde de ton Seigneur vaut mieux, cependant, que ce qu´ils amassent. »[2]

Un verset dans lequel Dieu fait le lien entre Sa Miséricorde et le fait qu’Il attribue son rizq à chacun.

Dans le verset qui suit, Dieu nous enjoint d’être reconnaissants pour les subsistances qu’Il nous accorde et nous demande de ne pas faire preuve d’ingratitude: « Ceux que vous adorez en dehors d´Allah ne possèdent aucun moyen pour vous procurer nourriture; recherchez votre subsistance auprès de Dieu. Adorez-Le et soyez-Lui reconnaissants. C´est à Lui que vous serez ramenés.» [3]

Il interpelle notre raison quant aux miracles qui nous entourent et dont Il nous comble au quotidien : « De même dans l´alternance de la nuit et du jour, et dans ce que Dieu fait descendre du ciel, comme subsistance [pluie] par laquelle Il redonne la vie à la terre une fois morte, et dans la distribution des vents, il y a des signes pour des gens qui raisonnent »[4]

Nous devons donc être intimement convaincus que le rizq provient de Dieu et que nous ne sommes pas, nous-mêmes, à l’origine de notre propre « enrichissement ».

Ceci, n’empêche pas le croyant qui a cette certitude, d’agir et d’œuvrer pour rechercher sa subsistance. Mais ses efforts ne sont que des causes et Celui qui est à l’origine est le Très-Haut. Le sentiment qui doit trôner dans son cœur est : « Et quiconque place Sa Confiance en Dieu, Dieu lui suffit. » [5]

Aussi, il se peut que Dieu nous prive de certains biens, ce qui peut en soi constituer une épreuve pour nous. Nos cœurs s’apaiseront à la conviction que Dieu accorde son rizq à chacun d’entre nous, selon Sa Volonté. Le rizq est d’ailleurs déjà écrit, tout comme la mort est écrite.

Si Dieu nous retire un bienfait, il est possible qu’Il souhaite nous élever en degré, nous éduquer, nous accorder mieux ou nous récompenser par meilleur. A nous donc, de nous en remettre à Lui et de Lui accorder cette confiance sincère.

Dieu est infiniment Généreux et Juste. Il est Celui qui pourvoie et Il n’omet personne !

Soyons donc ce petit oiseau qui part à la recherche de Son Rizq, à la fois confiant et résigné.

Pour terminer, méditons cette parole profonde de l’Imam Ghazali qui nous éclaire sur la nécessité de s’en remettre entièrement à Dieu et de n’espérer en rien d’autre que Lui :

« J’ai vu chaque homme œuvrer et employer toute son énergie pour se procurer de la nourriture et des moyens de subsistance au point de tomber pour cette raison dans des situations équivoques voire même illicites. J’ai vu les hommes s’humilier et se déshonorer pour ce genre de choses. J’ai donc médité la Parole du Très-Haut : « Il n’y a pas de créature sur terre qu’à Dieu n’incombe sa subsistance »[6]. J’ai donc compris que Dieu pourvoyait à ma subsistance et qu’Il me la garantissait. Je me suis alors entièrement consacré à Son adoration et j’ai cessé de désirer autre chose que Lui. »

 


[1] Hadith rapporté par Tirmidhi

[2] Coran : Sourate 43 L’Ornement, verset 32

[3] Coran : Sourate 29 L’araignée – verset 17.

[4] Coran : Sourate L’agenouillée – verset 5

[5] Coran : Sourate 65 – verset 3

[6] Coran : sourate 11 – verset 6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer