Les grands lecteurs du Coran : l’Imam Hamza Ibnou Habib Az-Zayate

Khalaf Ibnou Hicham Al-Bazzar a rapporté : « Souleymane Ibnou Issa a dit : « Je suis rentré un jour chez l’imam Hamza. Il était en pleurs, son visage tourné vers le sol. Je lui ai dit : « Que Dieu te protège ! ». Il m’a répondu : « A quelle protection fais-tu allusion ? J’ai vu hier pendant mon sommeil, comme si nous étions le jour de la résurrection.  Il a été demandé aux lecteurs du Coran de se rassembler. J’étais parmi eux. Une voix douce appela : « Nul n’entre sauf s’il a œuvré avec le Coran ! J’ai reculé en écoutant cette phrase. Une voix se leva alors en m’appelant par mon nom. J’ai répondu : « me voici à votre service, ô messager de Dieu ». Un ange me reprit : « Réponds plutôt : me voici à votre service, ô Seigneur ». J’ai répété comme l’ange m’a demandé, puis Il m’a été demandé d’entrer à l’intérieur d’une maison. Une fois à l’intérieur j’entendis la lecture du Coran. A ce moment-là, j’ai commencé à trembler. Une voix m’a dit : « Rassure-toi ! Lis et élève-toi. ». Je me suis retourné et j’ai vu une chaire entièrement en perles blanches, ses deux accoudoirs en rubis jaunes et son dossier en aigue-marine. Il m’a été demandé de monter sur la chaire et de lire sourate Al-An’am (Les bestiaux). J’ai entamé la lecture, sans savoir qui était mon interlocuteur. Quand j’ai atteint le verset 61 où Dieu dit : « C’est Lui le dominateur suprême sur Ses serviteurs » Il me dit : « Ô Hamza, ne suis-Je pas le dominateur suprême sur Mes serviteurs ? »  Je répondis : « Oui, vous l’êtes ». Il me répondit : « tu dis vrai ». Puis j’ai continué ma lecture jusqu’à la fin. Il me demanda alors de lire sourate Al-A’raf. Quand j‘atteignis la fin de la sourate, je voulu me prosterner (la fin de sourate Al-A’raf se termine avec une invitation à se prosterner), Il me dit : « Tes œuvres pendant la vie première te suffisent, ne te prosterne pas Hamza ». Il m’interrogea alors : « qui t’a appris à lire le Coran ? », je répondis : « Souleymane ». Il dit : « Tu dis vrai. Qui a appris la lecture à Souleymane ? », je répondis : « Yahya », il dit : « Yahya dit vrai. Qui a appris la lecture à Yahya ? », je répondis : « Abou Abderrahmane As-Soulami ». Il dit : « Abou Abderrahmane dit vrai. Qui a appris la lecture à Abou Abderrahmane ? » Je répondis : « Ali Ibnou Abi Taleb le cousin de Ton prophète (Paix sur lui) » Il dit : « Ali dit vrai. Qui a appris la lecture à Ali ? », je répondis : « Ton prophète Paix et bénédiction sur lui ». Il dit : « et qui a appris la lecture à Mon prophète ? » Je répondis : « L’archange Gabriel ». Il dit : « qui a appris la lecture à Gabriel ? » à ce moment je me suis tu. Il dit : « Ô Hamza, dis : c’est Vous » Je répondis : « je n’ose pas le dire ». Il dit : « tu peux répondre ainsi ». Je répondis alors : « C’est Vous qui avez appris à Gabriel ». Il répondit : « Tu dis vrai. Je jure par le coran que Je récompenserai et J’honorerai les gens du Coran, surtout s’ils ont œuvré par le Coran. Ô Hamza, le Coran est Ma Parole, et Je n’ai jamais aimé quelqu’un comme J’aime les gens du Coran. Approche-toi Hamza. » Je me suis rapproché, Il a mis Sa main dans du Ghaliya (une variété de musc très luxueuse) puis Il m’a essuyé abondamment avec Sa main. Il me dit après : « Je n’agirai pas de cette sorte qu’avec toi et les lecteurs qui te sont semblables, mais J’agirai de la même façon avec les lecteurs qui sont au-dessus et en dessous de ton degré. J’agirai de la sorte également avec ceux qui enseignent le Coran de la même manière que toi en voulant Ma face. Ce que Je t’ai réservé pour après est encore meilleur. Préviens tes compagnons du degré des gens du Coran et de Mon amour pour eux. Ils sont certes les meilleurs élus. Ô Hamza, par Ma puissance et Ma majesté, jamais Je ne châtierai par le feu une langue qui a lu le Coran, ou un cœur qui l’a compris, ou une oreille qui l’a écouté ou un œil qui l’a regardé. » J’ai dit : « Gloire à Vous Seigneur ». Il me répondit : « Ô Hamza : où sont les gens qui regardent continuellement le Coran ? » Je répondis : « Ceux qui l’ont appris Seigneur ? ». Il répondit : « non, ceux-ci Je leur préserve le Coran pour le jugement dernier. Lorsqu’ils viendront vers Moi, Je les élèverai d’un degré pour chaque verset ».

Hamza dit alors à Souleymane : « Après tout ceci, tu me reproches de pleurer. » (1)

Ce songe pieux, rapporté par l’un des disciples de l’Imam Hamza, transcrit parfaitement la vie d’un grand Imam de lecture hors pair dans l’histoire des musulmans. Une vie articulée autour du Coran, qui a élevé cet Imam au rang des élus, auxquels Dieu Tout-Puissant assure Sa proximité durant leur vie ici-bas : « Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie ici-bas, tout comme dans la vie dernière. Il n’y aura pas de changement aux Paroles de Dieu. Certes, c’est l’énorme succès. » (2)

Qui a été ce grand Imam que Dieu Tout-Puissant a choisi pour préserver Sa Parole et la transmettre à des générations telle qu’elle a été enseignée par le Prophète Paix sur lui ?

Qui a été cet Homme que toute la communauté reconnaît comme un modèle des savants qui œuvrent avec le Coran ?

Qui est l’imam Hamza ?

Son nom est Hamza Ibnou Habib Ibnou Imara Az-Zayyate : l’un des sept grands Imams de lectures du Coran. Il est né en l’an 80 de l’hégire. Certains disent qu’il a probablement pu rencontrer certains des compagnons du Prophète Paix sur lui.

 Il est devenu l’Imam incontesté de la lecture de la ville du Kouffa (l’une des grandes villes du monde musulman à cette époque) après le décès de l’Imam Assem, l’autre grand Imam de lecture issu de cette ville.

Il a excellé dans l’apprentissage et l’enseignement du Coran. Soufiane A-Thaouri le grand Tabiîi disait de lui : « Chaque lettre du Coran lue par Hamza, tire sa source chez le Prophète Paix sur lui ». (3).

Outre sa maîtrise de la lecture, il était reconnu également pour sa science de jurisprudence, du Hadith et de la langue arabe. L’Imam Abou Hanifa, fondateur de l’école hanafite de Jurisprudence, lui disait : « il y a deux sujets sur lesquels je ne peux guère prétendre te bousculer : le Coran et la science de l’héritage » (4). Un autre grand Imam de jurisprudence musulmane, à savoir l’Imam Ahmed Ibnou Hanbal, disait de lui : « L’Imam Hamza est un transmetteur de Hadiths dignes de confiance ». (5)

La maîtrise de la lecture du Coran chez l’Imam Hamza, ne se dissocie pas de son comportement et de son cheminement vers Dieu. Il était reconnu pour sa piété, son ascétisme et sa vertu. Yahya Ibnou Maêen disait : ‘’J’ai entendu Mohammed Ibnou Lfadl dire : « Il est fort probable que Dieu ne repousse les épreuves de la ville de Kouffa que grâce à L’Imam Hamza ». (6)

Jarir disait aussi de lui : « J’aurais aimé être en mesure d’œuvrer comme Hamza le fait ». (7)

Al A’mache disait quand il le voyait arriver : « Voici venu le grand savant du Coran ». (8)

L’imam Hamza était tellement soucieux que ses œuvres soient uniquement pour la Face de Dieu, qu’il refusait de prendre la moindre récompense en échange de son enseignement pour le Coran. Il disait : « J’évite de boire ne serait-ce qu’un verre d’eau venu de quelqu’un à qui j’enseigne le Coran ». (9)

Ses maîtres de lecture et ses disciples 

La lecture du Coran est un héritage prophétique, et comme toutes les sciences qui constituent cet héritage, il est primordial de mentionner l’appartenance à cette chaîne lumineuse qui remonte jusqu’au Prophète Paix sur lui. L’imam Hamza n’est pas une exception à cette règle divine. Il a appris le Coran par le bais de plusieurs des Tabi’ines, qui à leur tour ont appris le Coran directement par les compagnons du Prophète Paix sur lui.

Ses maîtres les plus connus sont : Souleymane Ibnou Mahrane dit Al Aâmache, Houmrane Ibnou Aâyoun, Mohammed Ibnou Abderrahmane, Talha Ibnou Massrif, Jaafar le véridique.

Al Aâmache et Ibnou Hourane ont appris de Abdoullah Ibnou Massoud, l’éminent compagnon (que Dieu l’agrée) et grand lecteur du Coran comme en a témoigné le Prophète Paix sur lui. Tandis que Mohamed Ibnou Abderrahmane a appris de l’Imam Ali Ibnou Abi Taleb, le cousin du Prophète Paix sur lui et quatrième grand Calife (que Dieu ennoblisse son visage).

Aperçu simple de la chaine de transmission (As-Sanad) de l’imam Hamza.

Ses disciples et transmetteurs 

L’imam Hamza a enseigné le Coran à un grand nombre de musulmans. Ses disciples les plus connus sont l’Imam Al Kissaîi qui était l’un de ses grands compagnons. Souleymane Ibnou Issa, Isshak Ibnou Youssef, Khallad Ibnou Khalid Al-Ahoual et tant d’autres.

La lecture de Hamza a été transmise par Khalaf Ibnou Hicham Al-Bazzar (le rapporteur du songe pieux au début l’article) et Khallad Ibnou Khaled Al-Sayrafi.

Son décès 

L’imam Hamza est décédé en l’an 156 de l’Hégire. Sa tombe est toujours connue dans la ville de Houlouane en Irak.

Il est décédé, que Dieu l’ait dans Sa Miséricorde, en laissant derrière lui une lecture héritée du Prophète Paix sur lui, qui se lira de génération en génération jusqu’au jour du dernier jugement. Une lecture qui sera lue entre les mains de Dieu pour élever les degrés des croyants qui ont suivi sa trace.

Bibliographie :

(1)    : Tahdhib Al-Kamal, Jamal Al-Korraâ.

(2)   Sourate Yunus : verset 64.

(3)   Maârifate Al-Korraâ

(4)   Ghayate A-Nnihaya

(5)   Al-Jarh et A-Taâdil de A-Rrazi

(6)   Jamal Al-Korraâ

(7)   Jarir Ibnou Abdelhamid. Disciple de l’Imam Hamza. Ghayate A-Nnihaya.

(8)   Maârifate Al-Korraâ

(9)   Maârifate Al-Korraâ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page