La prière nocturne, sceau de la piété

7
1652

Le cheminant vers Dieu se rapproche du but de manière continuelle et progressive. La spiritualité forme l’une des deux ailes du cheminant, l’autre étant l’engagement dans la société. L’aile de la spiritualité se renforce par la pratique assidue des actes cultuels. Après l’accomplissement des actes obligatoires, le cheminant vers Dieu s’engage dans des actes complémentaires, dits surérogatoires. Ces actes sont une condition nécessaire pour mériter l’Amour de Dieu, comme nous l’a indiqué le Prophète Mohammed, Paix et Bénédictions sur lui. Si les pratiques surérogatoires sont diverses (lecture du Coran, prières, dons, méditations…), chaque moment a sa pratique privilégiée. Assurément, celle de la nuit est la prière, communément appelée « Qiyam al-Layl » ou « At-Tahadjoud ». Cette prière est une porte qui donne sur la demeure de Dieu. Le cheminant vers Dieu espère inscrire cette pratique dans son quotidien. Le rapproché, lui, la vit.

 

Le meilleur du meilleur…

La nuit occupe une place particulière dans la journée de l’adorateur. D’après le compagnon Abû Hurayra, que Dieu l’agrée, l’Envoyé de Dieu, Paix et Bénédictions sur lui, a dit: « Dieu descend chaque nuit au ciel le plus proche, vers le dernier tiers de la nuit et dit: Qui M’invoque, pour que Je l’exauce? Qui Me demande, pour que Je lui donne? Qui implore Mon pardon, pour que Je lui pardonne? ».

La nuit, et plus particulièrement son dernier tiers, est donc un moment de rapprochement, un moment d’intimité avec son Créateur.

D’un autre côté, le Prophète, Paix et Bénédictions sur lui, nous informe que « La meilleure prière à faire après celle prescrite est la prière effectuée au milieu de la nuit » (1). En outre, toute prière trouve en son sein le moment où l’on est le plus proche de Dieu. « Le moment où vous êtes le plus près de votre Seigneur est quand vous êtes en prosternation, augmentez-y donc les invocations », nous dit le Prophète, Paix et Bénédictions sur lui (2).

Que Dire alors du meilleur moment (la prosternation) dans la meilleure prière (la prière nocturne) faite dans la meilleure période (le dernier tiers de la nuit) !

… Pour les meilleurs

Celui qui prie la nuit et celui qui ne prie pas ne sont pas égaux. Dieu dit dans la Sourate « L’Araignée » (Al-Ankabut) :

« Celui qui invoque Dieu au cœur de la nuit, prosterné ou debout, qui redoute l’Ultime Demeure et espère la Miséricorde de Son Seigneur, est-il comparable au commun des mortels ? »

Il dit encore dans la Sourate « Les Groupes » (Az-Zumar) :

«  Est-ce que celui qui, aux heures de la nuit, reste en dévotion, prosterné et debout, prenant garde à l’au-delà et espérant la miséricorde de son Seigneur… Dis : « Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas? » Seuls les doués d’intelligence se rappellent ».

La prière nocturne est une source de Lumière Divine qui irradie le croyant lors de sa journée. Un homme demanda à Hassan Al-Basri, que Dieu l’agrée : « Ö Abu Sa’id ! Pourquoi ceux qui prient la nuit sont ceux ayant les plus beaux visages parmi les gens ? ». Il répondit : « Car ils restent seuls avec le Clément, alors Il les revêt de Sa lumière et celle-ci apparait sur leur visage ».

Dans la même veine, l’Imam Al-Ghazali rapporte que Fudayl Ibn Iyadh, que Dieu l’agrée, disait : «  Il y a parmi les caractéristiques des Prophètes, des vertueux ainsi que des cœurs et des âmes pures, trois caractéristiques : la Sagesse, la modération et la prière la nuit » (3). La prière nocturne constitue un aboutissement et une manifestation de l’engagement spirituel de l’individu. Elle devient pour ceux qui la vivent un nectar pur et précieux. Faite avec assiduité, elle surpasse les autres actes de dévotion. Ces derniers deviennent alors un levier pour elle, une préparation quotidienne en vue de ce moment si attendu.

C’est pourquoi le Prophète nous a recommandé de la pratiquer, autant que faire se peut. Le compagnon Ibn ‘Abbas, que Dieu l’agrée, a dit: « Le Prophète nous a ordonné la prière de nuit et nous a motivés à la faire jusqu’à dire: Faites la prière de nuit, ne serait-ce que deux unités de prières » (4). L’Imam Abu Daoud nous rapporte que ce Noble Compagnon qu’est Ibn ‘Abbas passait la moitié de sa nuit en prière. Le Prophète, Paix et Bénédictions sur lui, pouvait passer quant à lui la totalité de sa nuit en prière.

« Ô toi, l’enveloppé [dans tes vêtements] ! Lève-toi [pour prier], toute la nuit, excepté une petite partie; sa moitié, ou un peu moins; ou un peu plus. Et récite le Coran, lentement et clairement. Nous allons te révéler des paroles lourdes. La prière pendant la nuit est plus efficace et plus propice pour la récitation. » (5)

Que dois-je faire pour quitter mon lit et rejoindre les meilleurs ?

La société dans laquelle nous évoluons n’est pas construite sur le modèle idéal de la société islamique dans laquelle Dieu est au centre de tout. Nos affaires d’ici-bas s’imposent à nous et il est parfois difficile de concilier nos obligations sociales avec nos aspirations imaniques. Pourtant, la prière nocturne n’est pas réservée qu’aux Pieux Prédécesseurs, ni qu’aux ascètes isolés du monde. Prier « ne serait-ce que deux unités de prières » est à la portée de tous ceux qui s’en donnent les moyens. Parmi ces moyens, certains sont indispensables. Nous en énumérerons les principaux.

Demander pardon à Dieu pour ses péchés durant quelques instants avant de se coucher constitue l’un des moyens absolument nécessaires. Un homme dit à Hassan al Basri : « Je m’endors en bonne santé en ayant le désir de me réveiller pour prier la nuit et je prépare même de l’eau pour mes ablutions. Mais pourquoi donc est-ce que je n’arrive pas à me réveiller pour prier ? ». Hassan al Basri lui répondit: « Tes péchés t’ont emprisonné! ».

La bonne fréquentation et l’apprentissage de la pratique par le groupe est aussi une aide précieuse dans cette voie, comme nous le montre l’exemple du Prophète, Paix et Bénédictions sur lui. Dieu dit dans le Coran, en s’adressant au Prophète : « Dieu sait, en vérité, que tu restes à prier, toi et un groupe de tes Compagnons, tantôt moins des deux tiers de la nuit, tantôt moins de la moitié et parfois moins du tiers […]. » (6)

Enfin, pas de réussite sans une confiance totale en Dieu, exalté soit-Il. Le premier et dernier moyen reste l’invocation. Demander à Dieu, et redemander à Dieu, sans relâche !

Seigneur, Honore-nous de Ta Présence lorsque le corps des gens du commun T’ignore !

——————————————————————-

Références :

(1) et (2) Rapporté par l’Imam Mouslim

(3) Revivification des Sciences de la Religion, de l’Imam Al-Ghazali

(4) Rapporté par At-Tabarâni

(5) et (6) Sourate « L’enveloppé » (Al-Muzzammil)

7 Commentaires

  1. Baraka Allah fik pour ce rappel au combien important! Le dernier passage : la difficulté de se lever malgré toutes nos bonnes intentions doit surement interpeller bons nombres d’entres nous. Puisse Dieu le Clément, le Doux et infiniment Aimant nous permettre de nous lever le rencontrer la nuit, afin de goûter à ce pur moment de bonheur Amine!

  2. L’hiver est le printemps du croyant. Les journées sont courtes, les nuits sont longues, l’occasion pour nous d’initier nos coeurs à la veillée nocturne et d’invoquer Dieu au tiers de la nuit afin qu’on soit parmi Ses rapprochés, de ceux qui prient la nuit. Car certes, cette bonne action est un bienfait de Dieu.
    Merci pour cette belle exhortation.

  3. Salam Aleykoum. J’ai cherché dans mon Coran les versets que tu as cité mais je ne les trouve pas. Si quelqu’un pourrait me donner le numéro des versets je lui en serait reconnaissante ! BarakAllahu fikoum, Salem

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom