All for Joomla All for Webmasters
mardi 23 avril 2019

Enseigner l’Islam à nos enfants

Le mois béni du Ramadan vient à peine de nous quitter en nous laissant déjà au cœur un sentiment de manque et de nostalgie. Puisse Dieu, notre Généreux Bienfaiteur, nous permettre de goûter aux fruits de ce mois béni tout au long de l'année à venir. Faisons par conséquent en sorte de garder les bonnes habitudes, notamment celle de la proximité familiale, car la richesse des liens familiaux n’est que l’expression de notre rapport intime au Divin.

Bien préparer la rentrée

Les vacances se terminent, le Ramadan s’en est allé et nous voilà lancé dans les préparatifs de la rentrée scolaire !
La Rentrée : avec son lot de stress, d’anxiété pour les enfants mais aussi pour les parents. Nouvelle classe, nouvelle école, nouveaux profs. Quelle organisation pour cette année ?! Autant de facteurs de stress.

Gérer les rivalités et jalousies entre frères et sœurs

De tout temps il y a toujours eu entre frères et sœurs de la solidarité, de la gentillesse, des jalousies, des disputes, des complicités…. D’ailleurs, le Saint Coran nous relate les histoires de certains prophètes qui illustrent les relations au sein de leur fratrie et qui n’étaient pas toujours simples. Loin de là, si on se remémore le récit du prophète Youssouf-Joseph, paix et salut sur lui, et les recommandations de son père vis-à-vis de ses frères et de leur jalousie dévastatrice. Du soutien indéfectible du frère de Moussa-Moïse, Haroun-Aaron, paix et salut sur eux, quand Dieu l’envoie informer Pharaon de libérer son peuple. Et bien sûr, de la fratrie la plus connue celle avec laquelle les rivalités fraternelles prennent tout leur sens : Habil-Abel et Qabil-Cain. Autant d’exemples à méditer et desquels nous devons tirer des leçons et apprentissages dans la manière de développer des relations saines et équilibrées. Des relations d’apaisement et de compréhension avec et entre nos enfants.

L’éveil spirituel de l’enfant

"Un enseignement qui ancre l’omniprésence de Dieu dans le cœur de l’enfant dans une optique qui rassure et une relation de complicité et d’amour que l’enfant pourra développer à la lumière du modèle qui l’inspire."

L’art d’être grands-parents

Voici un thème que  nous n’avons pas encore eu le plaisir de traiter !

Quand je demande à de futurs parents si leurs parents vont participer à l’arrivée du bébé, ce que j’entends le plus souvent c’est « Ah non ! » et je leur demande pourquoi. Le couple me répond le plus souvent : « ils vont nous dire ce qu’il faut ou ne faut pas faire, et c’est agaçant ! Nous voulons faire à notre manière, découvrir quel genre de parents nous sommes ». Tout un programme, il est bien-sûr essentiel pour les parents de trouver leur propre voie.

L’adolescence en question ?

Quel parent ne s’est pas posé la question ? Quel parent ne s’est pas trouvé démuni et découragé face à sa progéniture : quel est cet être, qui n’est plus un enfant et qui n’est pas encore un adulte, que je n’arrive plus à comprendre ?! Avec lequel je n’arrive plus à communiquer ?

Transmettre des valeurs à vos enfants

L’éducation des enfants fait partie des valeurs les plus sûres et les plus importantes. Ainsi, le Prophète (PBSL) dit : « Quand le fils d’Adam meurt, ses bonnes actions cessent exceptées trois : une aumône qui reste permanente, une science bénéfique, et un enfant vertueux qui invoque Dieu pour ses parents. » (Rapporté par Abou Horeira dans les 4 Sihah)

Quand le couple bat de l’aile…

Ces années durant, et cela ne fait que progresser, nous assistons à l’éclatement du couple et de la famille. Les statistiques nous démontrent sans équivoque ce fait bien réel. Il est estimé en France qu’un mariage sur trois se solde par un divorce. Il est très facile de ne pas vivre de conflits et de manifester une grande sérénité lorsque l’ont vit … seul dans une grotte ! Il en va autrement quand il s’agit de vivre avec ses semblables et plus particulièrement son conjoint.

Les enfants et le stress

Que ce soit à l’école ou à la maison nos enfants sont soumis perpétuellement à de fortes exigences, de fortes sollicitations et malheureusement très souvent sans explication de notre part. Nous projetons sur eux nos propres inquiétudes d’adultes, leur avenir est un sujet qui nous préoccupe. Chaque découverte, chaque étape de leur vie sont considérées comme potentiellement stressantes car elles remettent en cause l’équilibre installé. Et aussi parce que notre société leur en demande beaucoup.

l'enfant et la mort

L’enfant et la mort

Depuis que nous avons été confrontés au décès d’un proche, mon fils de 6 ans se questionne sur la mort « Oummi est-ce qu’on peut mourir quand on est jeune ? Et pourquoi mourir ? » C’est aussi une discussion qu’il a eue avec son cousin du même âge. Il continue en me disant « est ce que ça fait peur quand on est mort ? Parce qu’on a les yeux fermés dans le noir, dans la tombe ».

Et moi de lui répondre « à ton avis qu’en penses-tu, toi ? ». Je ne vous cache pas que je fus toute émue face aux questionnements de mon p’tit bout’chou. J’avais besoin de recueillir tout ce qu’il pense, s’imagine à propos de la mort afin d’apporter les réajustements nécessaires dans sa compréhension et surtout de la réassurance face à un événement tel que celui là, qui par ailleurs est inévitable. Maintenant qu’il a acquis la notion du temps il est en mesure d’appréhender la notion de mort. Comment lui en parler ? De la tombe, de la séparation. Quelles seraient les réponses les plus adaptées à son âge ?

Free WordPress Themes, Free Android Games