PSM en ligne

Get Flash player

Un voyage exceptionnel

« Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Mohammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni les alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant. »[1]

Ces versets par lesquels commence la sourate al Isra font référence à cet événement merveilleux « al Isra wal Mi’raj » qui compte parmi les nombreux miracles du Messager de Dieu, paix et salut sur lui. Le mot isrâ’ signifie "voyage nocturne" et mi`râj signifie "ascension".

Ce voyage nocturne, effectué la vingt-septième nuit de Rajab en l’an neuf de la prophétie, est le voyage que le Prophète, paix et salut sur lui, réalisa entre La Mecque et Jérusalem en une nuit ! Et, l’ascension désigne son ascension de Jérusalem au Ciel.

Tout le long de ce voyage, le Prophète, paix et salut sur lui, était accompagné par l’Archange Gabriel, paix sur lui, qui lui servit de guide, sur une monture mise à sa disposition, appelée al-bourâq.[2]

Un voyage exceptionnel d‘une Terre sainte vers une autre Terre sainte. Exceptionnel par les rencontres que fit le noble Messager, paix et salut sur lui, dès son arrivée à Jérusalem où il fût appelé à diriger une prière dont les rangs étaient formés par les prophètes et les messagers, paix et bénédiction de Dieu sur eux.

Puis s’en suivit un voyage ascendant vers les cieux, où il fit la rencontre de ses autres frères, prophètes et messagers de Dieu, paix sur eux, pour finalement arriver plus haut et s’entretenir avec Dieu, son Créateur, son Bienfaiteur. C’est à cette occasion même que Dieu ordonna les prières quotidiennes que les milliers de musulmans accomplissent dès lors. (D’abord cinquante, puis sur les conseils répétés de Moïse, paix et salut sur lui, le Prophète obtint cinq prières quotidiennes, qui en valent cinquante).

Puis ce fût le voyage du retour de Jérusalem à la Mecque. Fin de l’Israe et du Miiraje.

Tant d’enseignements à retenir de ce voyage !

Une manifestation divine

Ce voyage survint après une période difficile où le Messager, paix et salut sur lui, fût très éprouvé. Il venait de perdre son épouse bien aimée Khadija, que Dieu l’agrée, source de confort et de soutien, ainsi que son oncle protecteur Abou Talib. Aussi, les habitants de Taif, ville avoisinante de la Mecque où il était venu chercher de l’aide, l’avaient rejeté injustement. Une année de tristesse. C’est dans ce contexte que Dieu honora Son Messager et « fit voyager Son serviteur [Mohammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa ». On y voit là, la manifestation d’une loi divine : « A coté de la difficulté, est certes une facilité »[3], un soulagement et réconfort pour tout ce qu’il avait souffert, une compensation pour tout ce qu’il avait enduré.

Le Sceau des prophètes

Lors de son voyage nocturne durant le mois de Rajab, le Prophète, paix et salut sur lui, eut le privilège à Jérusalem de diriger la prière en présence de tous les prophètes. Signe désormais que le flambeau de la prophétie avait changé de main. Aussi, le commandement revenait à une nouvelle communauté de foi et à un nouveau message, un message universel. Contrairement aux messages antérieurs pour lesquels chaque prophète fut envoyé à son peuple, celui-ci se voulait être un message général et éternel destiné à toute l’humanité. « Et nous ne t’avons envoyé qu’ en tant qu’annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur pour toute l’humanité »[4]

Jérusalem, terre sacrée

L’ascension vers le Très Haut se fit depuis Jérusalem. Message à tous les musulmans pour ne pas oublier que cette terre a été notre première direction de prière, avant qu’elle ne soit changée vers la Mecque. Jérusalem a toujours été la terre sacrée de tous les prophètes de la lignée de Noé et d’Abraham. Aujourd’hui encore, sa mosquée est la troisième mosquée  sainte de l’Islam après La Mecque et Médine. A ce sujet, le Prophète, paix et salut sur lui, nous dit : « Une prière dans la Mosquée sacrée vaut 100.000 prières, une prière dans ma Mosquée vaut mille prières, et une prière à Jérusalem vaut cinq cents prières »[5].

Aussi, les musulmans doivent saisir l’importance de Jérusalem dans leur Histoire et l’importance de la mosquée Al-Aqsâ dans leur religion, dans leur foi et dans leur vie. C’est pour cette raison que les musulmans, tout au long de l’Histoire, ont toujours œuvré pour garder cette mosquée.

En effet, le Prophète, paix et bénédiction sur lui, fit cette promesse : « Il restera un groupe de ma Communauté, établissant la justice et vainquant leurs ennemis, auxquels nul, parmi ceux qui leur tiendront front, ne pourra causer du tort (sauf d’éventuelles trahisons) jusqu’à ce que le Commandement de Dieu (le Jour du Jugement dernier) arrive alors que leur attitude demeurera inébranlable. » On demanda : « Ô Messager de Dieu, et où sont-ils ? » Il répondit : « A Jérusalem et dans les alentours de Jérusalem »[6]

La prime nature

Un autre événement, au cours de cette ascension céleste, mérite notre émerveillement. Le Messager de Dieu, paix et salut sur lui,  s’est vu présenter deux coupes, une de lait et une de vin. On demanda au Prophète de choisir parmi l'une d'elles. Le Prophète, paix et salut sur lui, prit celle qui contenait du lait. Ce choix ne fut pas un hasard. Le Messager comprit la symbolique derrière chacune de ces coupes et pesa les conséquences de son choix pour sa communauté et pour l’humanité. Il choisit naturellement le lait. L’archange Gabriel, paix sur lui, lui dit alors : « Tu as choisi la fitra (la prime nature), si tu avais choisi le vin ta communauté se serait égarée ».

Ainsi, ce choix montre que la communauté du Prophète, paix et salut sur lui, est garante de la préservation de la fitra, la prime nature de l’humanité.

La prière, l’ascenseur du croyant

Tous les cultes furent prescrits sur Terre, exceptée la prière qui fut prescrite au Ciel. Elle est tellement importante que ce fût Dieu qui la révéla, sans intermédiaire, à Son Messager. Ceci constitue une preuve de l’importance capitale de ce culte, de ce devoir et de ce pilier de l’Islam.

A son retour sur terre, Le Prophète, paix et salut sur lui, offrit la prière rituelle, cette opportunité céleste, à tous les croyants

La prière est ainsi le portail par excellence, en mémoire de ce voyage mémorable, qui permet à tout fidèle aujourd’hui de réaliser son ascension spirituelle.

 


[1] Coran : Le voyage nocturne, V1

[2] Son nom est de la même racine que l’éclair

[3] Coran : l’ouverture, V5

[4] Coran : Saba, V28

[5] Hadith Rapporté par At Tabarani

[6] Hadith rapporté par l’Imam Ahmad et At Tabarânî, d’après Abû Umâmah Al-Bâhilî

 

© 2017 PSM en ligne.