Un petit machin bouleverse la planète

Moustapha Dahleb, la plus belle plume tchadienne, a écrit : « L’humanité ébranlée et la société effondrée par un petit machin »

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d’invisible est venue pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l’ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment. 

Ce que les grandes puissances occidentales n’ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, …ce petit machin l’a obtenu (cessez-le-feu, trêve…). 

Ce que l’armée algérienne n’a pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (le Hirak a pris fin).

Ce que les opposants politiques n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (report des échéances électorales…).

Ce que les entreprises n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (remise d’impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d’investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques…).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée…). 

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu’ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n’est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d’une vie réussie. 

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité.  

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l’argent n’a aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.  

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l’univers pour établir l’égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme. 

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour cloner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l’intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation. 

Il a suffi de quelques jours pour que l’Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge. 

Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière. 

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l’évidence en attendant la providence. 

Interrogeons notre « humanité » dans cette « mondialité » à l’épreuve du coronavirus. 

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie. 

Aimons-nous vivants !

Source :https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/220320/lhumanite-ebranlee-et-la-societe-effrondree-par-un-petit-machin

Un commentaire

  1. Je ne suis pas d’accord avec tout ce que dit cet article.
    Je ne suis pas du tout d’accord, par exemple, avec les raisons données ici qui visent à imputer directement la baisse du prix du pétrole que l’on peut observer actuellement au Coronavirus.
    N’importe quoi !
    On ne peut pas tout imputer au Coronavirus tout de même !
    La baisse du prix du Pétrole s’est amorcée au tout début de la crise sanitaire, bien avant, que les différents états et marchés financiers internationaux ne prennent réellement la mesure de la catastrophe sanitaire mondiale qui s’annonçait!
    En effet, celle-ci, serait en premier lieu une conséquence directe, non pas de la crise liée au Coronavirus, non, mais bel et bien plutôt de la décision de la Russie de ne pas s’aligner sur les demandes de l’OPEP et de refuser ainsi, contrairement à ce qui lui était réclamé par ailleurs, de limiter sa production journalière.
    Ceci motivé principalement par la volonté, entre autres, d’ennuyer profondément son meilleur ennemi géopolitique mondial américain et de nuire ainsi fortement économiquement à l’industrie pétrolière de schiste de celui-ci.
    D’autre part, à la tonalité de cet article, je pense déjà deviner un certain enthousiasme que beaucoup éprouvent quant aux conséquences positives que pourrait avoir ce Coronavirus sur la Conscience Humaine Collective et sur le comportement que Celui-ci, l’Etre Humain, pourrait adopter au sortir de cette crise.
    Ne nous réjouissons pas trop vite !
    Ne soyons pas naïfs non plus !
    Rien n’est gagné !
    Gardons en mémoire que l’Etre Humain, Lui, oublie très vite aussi !
    Préparons-nous plutôt à devoir Lui rappeler les épreuves instructives, conscientisives qu’Il vient à peine de traverser et tâchons de les lui rappeler si par malheur, Celui-ci les aura déjà oublié !
    Dieu Sait Mieux Évidemment…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer