Ma première Omra : Un voyage béni, dans un lieu béni pendant une période bénie

14
5322

« Ce voyage restera dans mon cœur, et je comprends maintenant pourquoi les frères et sœurs qui ont déjà fait ce voyage, y retournent. »

 

 

Prise de conscience

Décembre 2010, mon avion me ramène du Mexique où j’ai passé mes vacances. Et puis des turbulences secouent l’avion, à tel point que j’ai cru mourir. Ma première pensée : mais si l’avion s’écrase maintenant, que vais-je dire à Dieu ? Je suis capable d’aller au bout du monde mais pas de visiter sa Maison. Cela a été le déclic pour ne plus attendre et y aller…

Pour cet événement, j’avais besoin de partir dans de bonnes conditions. Comme je partais seule, je ne voulais pas rater ce voyage. Je ne connaissais rien aux rites, je ne m’étais que très peu renseignée sur les papiers nécessaires pour aller en Arabie Saoudite.
J’avais entendu parler il y a quelques années, de l’équipe de Stains « Bel Agir » pour le hadj et de leur souci de bien encadrer les pèlerins. Les sœurs, qui en parlaient, ne tarissaient pas d’éloges. Bien qu’habitant loin de la région parisienne, je préférais partir avec une bonne équipe et être bien encadrée, quitte à payer un peu plus.

J’ai donc été sur le site de PSM, où j’ai trouvé une rubrique sur le hadj et un contact. J’ai alors envoyé un mail pour savoir auprès de qui m’adresser. On m’a très vite répondu avec les coordonnées d’un responsable. L’aventure a commencé… J’ai eu des explications sur les conditions du voyage, sur les papiers nécessaires, sur les dates.

Le grand départ

Je tenais à faire la « Omra », le petit pèlerinage, pendant le mois de Ramadan. Je me disais « Un voyage béni, dans un lieu béni pendant une période bénie », cela ne pouvait être qu’exceptionnel. Et cela l’a été !
Pour commencer, quand je me suis inscrite je ne connaissais personne pour partir avec moi. Mais, je me disais qu’allant voir le Prophète (SAWS), et la Maison de Dieu, Dieu me faciliterait forcément les choses. Au début, parmi mon entourage, on me disait : « Attention une femme seule ne peut pas faire la Omra, c’est dangereux ! ». Ma famille s’inquiétait pour moi. J’ai alors pris les renseignements pour connaître la validité juridique de mon voyage. L’avis de la majorité des savants indique qu’une femme peut voyager dès lors qu’elle est en sécurité, y compris pour la Omra.

Louange à Dieu. Très vite, lorsque je suis arrivée à l’aéroport pour enregistrer mes bagages, j’ai sympathisé avec une sœur qui faisait partie de mon groupe et qui est très vite devenue une sœur que j’ai aimée. J’ai aussi retrouvé une sœur que je connaissais ! Et puis, de fil en aiguille, les sœurs du groupe sont vite devenues comme « une seconde famille ».

Arrivée à Médine

A notre arrivée en Arabie Saoudite, nous avons d’abord visité « Madina Mounouwara », l’Illuminée que j’aime aussi appeler « Madina la Douce » car, à l’image de notre Prophète Bien-aimé, c’est une ville accueillante. Ses habitants sont doux dans le comportement et les paroles. Nous avions la chance d’avoir notre hôtel à deux pas de la mosquée, qui donne sur ce qu’on appelle « la porte des femmes ». Nous étions privilégiés en ce sens car nous pouvions aller et venir à notre guise.
Notre séjour dans cette ville a été marqué par beaucoup d’évènements mais je n’en citerai que deux : la visite du Prophète (SAWS) en priant dans « Rawda charifa», un jardin des jardins du Paradis, et la visite de « Jabal Ouhoud », la montagne du paradis, qui aime le Prophète et que le Prophète aime.

La visite du Prophète (SAWS) a été très émouvante pour moi. Cela a été un moment très fort et très intense. Se dire qu’on est à deux pas de l’Élu de Dieu, modèle pour toute l’humanité, il n’y a pas de mots pour le décrire. Il faut le vivre. Par la grâce de Dieu, j’étais impressionnée par l’amplitude de la foule qui souhaitait le visiter, et si ce n’était pas avec le soutien d’une sœur, je ne suis pas sûre que j’aurais pu le faire. La douceur de cette ville et de ses habitants m’a fait penser que c’était le Prophète (SAWS), en personne, qui nous accueillait et nous souhaitait la bienvenue. Ceci pour mieux nous préparer à la rencontre avec Mekka, ville de la Maison du Créateur.

En route pour Mekka

Pour préparer notre Omra, le responsable du groupe avait organisé, avant notre départ de Madina, un moment convivial pour nous expliquer l’importance de la Omra et nous donner toutes les informations sur les rites à accomplir. Puis le lendemain, nous avons pris la route. Comment décrire ce moment, où vous montez dans le bus et où vous vous dites, « ça y est…J’y suis, j’y vais, je vais voir la Maison du Créateur ». Chaque kilomètre qui passe nous rapproche un peu plus de la Kaaba. Et l’intensité monte encore d’un cran lorsqu’on entre dans le périmètre sacré et qu’on est en état « d’Ihram » et qu’on récite la formule « labaikallah ». Cette formule prend tout son sens durant ce trajet. « J’arrive Seigneur » est empreint de recueillement, de sincérité, de détermination et forcément d’émotions.
Louange à Dieu, nous sommes arrivés à Mekka au petit matin, quand la plupart des pèlerins se reposaient. Cela nous a permis de faire la Omra, tous ensemble, dans de bonnes conditions.

Mekka a symbolisé pour moi, la puissance et la force. Arrivés à Mekka, on « ne plaisante plus ! ». Les épreuves commencent… C’est la rencontre avec le point central du monde, avec la Maison du Créateur. Des pèlerins à perte de vue qui ne peuvent que rappeler le jour du Jugement Dernier. Jamais je n’avais vu autant de monde concentré dans un lieu si étroit. Une vie rythmée par l’Adhan et les prières (nous étions arrivés à Mekkah pour les 10 derniers jours de Ramadan). Et puis surtout, la Kaaba : la Maison vers laquelle tout musulman s’oriente pour prier. Ce qui m’a frappé, c’est la lumière autour de la Kaaba, une lumière que je ne saurais décrire. Tous les reportages TV et photos ne sauraient dégager cette lumière. Il faut la voir « en vrai » pour comprendre.

Apprendre la persévérance

Et alors que les sens et la raison sont « secoués », « éprouvés » et que l’égo est « malmené », bizarrement le cœur se réveille et s’attache à ce lieu. Pourquoi « éprouvés »? La chaleur, la grande affluence des pèlerins, le manque de sommeil, le manque de confort, la fatigue…
La Omra pendant le Ramadan, c’est le masque qui tombe et la révélation de la personnalité profonde de l’individu. On est tellement éprouvé, qu’on ne peut plus se cacher. Et quand on revient de ce voyage, on sait exactement où on en est dans les actes d’adoration, dans le bon comportement, dans la courses aux bonnes œuvres…
Pour finir, celui ou celle qui souhaite faire la Omra pendant le Ramadan doit se dire « c’est comme aller chercher le miel », comme disait le frère responsable de notre groupe. Le miel est aimé et source de satisfaction. Mais autour de ce miel, il y a les piqûres des abeilles. Il faut donc accepter les épreuves, en s’accrochant fermement de la main droite à la patience et de la main gauche aux invocations. Et la patience, aussi bien que les invocations, sont des choses que l’on vit.
Pour tenter de résister et de supporter parfois ces moments difficiles, je me souvenais d’un passage du Coran qui disait « Pensez-vous que Nous vous ferons entrer au paradis sans vous éprouver… Ceci afin de savoir qui parmi vous accomplira les meilleures œuvres ». Et quand on pense aux belles récompenses ! D’abord le Pardon et la Miséricorde de Dieu. Combien j’ai pleuré lorsque j’ai appris que toucher l’angle yéménite de la Kaaba fait que tous les péchés tombent. J’ai pu la toucher deux fois. Ensuite, je me suis rappelée la récompense de ce voyage, « une Omra pendant Ramadan équivaut à un pèlerinage avec le Prophète (SAWS) ». Forcément une récompense pareille… Finalement, on oublie les piqûres pour savourer et profiter de ce lieu.

Bilan

Ce voyage restera dans mon cœur, et je comprends maintenant pourquoi les frères et sœurs qui ont déjà fait ce voyage, y retournent. J’aimerai aussi le refaire, et pourquoi pas accomplir le Hadj…
Cependant, pour profiter pleinement de ce voyage, deux derniers conseils, il vaut mieux partir le plus tôt possible. C’est un voyage éprouvant, il est donc important d’avoir une bonne condition physique. Et aussi ne pas attendre d’être « un bon musulman ». Au contraire, ce voyage incite le cœur à se réformer et nous pousse à agir pour de meilleures œuvres.

Enfin, merci à tous les encadrants du groupe qui ont aussi beaucoup contribué au bon déroulement de ce voyage, à travers leurs conseils et le souci qu’ils avaient de notre confort.

 

14 Commentaires

  1. Merci Samira pour ce témoignage. J\’ai rarement lu un article du début jusqu\’à la fin en prenant le temps. Celui-ci m\’a accroché et m\’a plu. D\’autant plus que ton récit evoque des lieux et des espaces imbibés de spiritualité et de miséricorde divine. Vivement un autre témoignage (Ramadan, Aïd(s), …).

  2. Salam ma soeur !
    Je suis tombée par hasard sur ton récit ou bien témoignage car je compte ich’Allah partir pour le ramadan 2012. Je cherchais des témoignages, des expériences afin de mieux préparer mon voyage.
    Baraka Allahou fik ma soeur je l’ai lu avec attention et même par moment j’avais les larmes au yeux. Qu’Allah te récompence ma soeur.

  3. salam aléykoum ma soeur ton témoignage ma beaucoup fais pleuré je souhaite faire la omra inchaallah mais pour l’instant je n’ai pas trop les moyens c’est un reve pour moi et je souhaite de tout mon coeur d’y aller INCHAALLAH

  4. Salam Samira,

    Pareil pour moi, je suis tombé par hasard sur ton récit. Il m’a vraiment beaucoup ému, pcq je me retrouve dans ta situation de prise de conscience.
    InchaAllah dans quelques jours je prend la direction de la maison de Dieu. J’espère vivre une expérience aussi riche que la tienne.

    Merci encore pour ton témoignage.

  5. Salam aleiki
    Baraka Allahu fiki pour le partage!!!

    On ne peut qu’etre impatiente d’y etre a la suite d’une telle lecture, et merci aussi de rassurer les femmes qui souhaitent faire ce voyage mais qui ne sont pas accompagné par un mahram, c’est vraiment un soulagement de lire les quelques lignes ou tu parle de l’avis majoritaire des savants. barakAllah ou fik, qu’Allah accepte ta Omra et qu’Il fasse que tu reviste ces Lieux pour un Hajj béni!

    Salam aleiki oukhti

  6. salam alikoum je m’appelle larbi j »ai 30ans je par le 10 in challah j’espere revenir avec la tete vide car je suis un bon pratiquant mais je fais plein de conneries

  7. Salam alaykum Samira,

    comme les filles précédemment, j’ai trouvé ton blog en tappant par hasard
    barak ALLAHu fik pr ton témoignage
    qu’ALLAH swt te l’agrée ainsi qu’a nous toutes et tous
    amine!
    qu’ALLAH vous facilite le hajj amine

  8. Salam ma sœur!
    Djazakallah khayran! J’avais besoin de lire cela en une année où je me prépare à faire, pour la première fois, d’abord la Oumah pendant les derniers jours du mois de Ramadan et le Hajj insh’Allah. Qu’Allah accepte et me les facilite, ainsi qu’aux nombreux muslims qui ont le même projet. J’imprimerais votre témoignage pour le lire encore et encore, insh’Allah.
    Salam.
    Mariame

  9. salam ,ma soeur
    je partirai inchallah avec mon garçon de 15 ans inchallah la dernière quinzaine du ramadan
    je vaudrait plus de conseils de femme.
    baraka ALLAH fik

  10. Salam aleykoum wa rahmatullah,

    Quand je te lis j’en ai eu les larmes aux yeux, c’est tellement bien décrit masha Allah ça m’a replongé dans mes émotions que j’ai vécu pendant ma omra de decembre al hamdoulillah, et la lumière Autour de la Kaaba mon dieu c’est indescriptible j’en était éblouie on en a jamais assez de la regarder. C’est une expérience à faire absolument pour tout ceux qui en ont les moyens, on se rend compte a quelle point on peut être attaché à cette dounia et en oublier l’essentiel malheureusement…

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.