All for Joomla All for Webmasters
jeudi 22 février 2018

Aimer pour les autres ce que l’on aime pour soi

Nous ne sommes pas seuls au monde. Dieu nous a créé par peuples et ethnies afin que l’on fasse connaissance. Ce travail d’ouverture à l’autre implique pour l’être humain et le croyant en particulier de développer de l’empathie et de l’altruisme. L’empathie se définit comme une attitude de compréhension des sentiments d’autrui, d’ouverture à sa vision du monde. L’altruisme dans la continuité est caractérisé par des actions au bénéfice d’autres que nous-mêmes d’une manière désintéressée.

La sincérité, la vertu pour bien agir

Dieu, Gloire à Lui, dit dans le Coran : « Ô vous qui croyez, craignez Dieu et soyez avec ceux qui sont véridiques (sâdiqin) ».[1]

 « Quiconque obéit à Dieu et au Messager, ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques (siddiqin), les martyrs et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! ».[2]

Confiance : s’offrir l’appui de Dieu et des hommes

Dans cette vie terrestre, faire confiance n’est pas toujours facile. On a tendance à apprendre dès le plus jeune âge dans notre société individualiste agitée à ne compter que sur soi-même et à se méfier des autres. De ce fait, alors que nous sommes habitués à faire des calculs et prévisions pour chaque chose dans notre vie, comment s’abandonner, lâcher prise, s’en remettre à Dieu ? Comment laisser cette manie du contrôle en toute chose ?

La politesse, un élément déterminant dans l’épanouissement du lien

« Tu as oublié le mot magique ! », dit un parent à son enfant, faisant allusion à « s’il te plaît ». « Qu’est-ce qu’on dit ? Merci ! », Dit l’autre. En effet, « Il n’y a pas de cadeau meilleur qu’un parent puisse offrir à son fils, que celui de lui apprendre les bonnes manières »[1]. Rappelle le bien-aimé Mohamed, paix de Dieu sur lui.

Avoir une bonne opinion de Dieu

Le mois béni de Ramadan tremplin pour faire le point sur nos vies et notre spiritualité est un moment propice pour revoir notre relation à Dieu et les sentiments que nous nourrissons à Son égard.

Le courage : De quoi s’agit-il ?

Le courage peut être défini par opposition comme un acte de résistance à notre propre lâcheté. Toute lâcheté peut être un aveu de faiblesse. Qu'elle soit physique, morale ou spirituelle.

La miséricorde : vertu primordiale

La miséricorde est définit comme pitié ou compassion qui tend à pardonner et à venir en aide par pure bonté. Elle est synonyme de clémence et d’indulgence. Il est difficile de parler de miséricorde comme d’une action ou d’un concept distinct. C’est une disposition qui se retrouve dans toutes les formes d’adoration et les sublime.

“Et assurément Il n’aime pas les orgueilleux.”

Lorsque le Prophète, paix et bénédictions sur lui, annonça que n’entrerait au Paradis celui qui a un atome d'orgueil dans le cœur, les gens furent terrifiés. Un homme dit Qu'en est-il d'un homme qui aime porter des beaux habits et de belles chaussures ? Le Prophète répondit : "Dieu est beau et aime la beauté. L'orgueil est de rejeter la vérité et de mépriser les autres". Rejeter la vérité consiste à refuser le message divin après avoir reçu des preuves évidentes de sa véracité. Mépriser les autres consiste à se croire au dessus des gens et à les mépriser.

Environnement : embellir son rapport à la nature

Il est dit que Dieu a choisi un intendant en ce monde, pour prendre soin de la planète et respecter cette création et ses écosystèmes. Quel être vivant peut remplir ce rôle ? Qui est cet activiste écologiste ? Probablement le vautour, qui nettoie les carcasses et prévient ainsi les épidémies et puanteurs, en véritable assainissant de la nature. Ou bien l’arbre, qui réduit l’effet de serre en stockant le carbone, rejette de l‘oxygène, loge une faune variée, nous nourrit de ses fruits et préviennent l’érosion du sol. A moins que ce ne soit l’abeille, qui produit un médicament délicieux, pollinise généreusement et permet la survie de nombreuses autres espèces.

Se maîtriser : maintenir le cap

Nous attendons chaque année notre précieux mois béni de Ramadan.

Un non-musulman s’étonne de cet engouement, cette excitation et cette joie à l’approche de cette période de jeûne qui lui paraît finalement comme un mois de privation et de torture.

Free WordPress Themes, Free Android Games