All for Joomla All for Webmasters
samedi 24 février 2018

Les parents : leurs tenir bonne compagnie

Un homme vint au Messager de Dieu, paix et salut sur lui, et lui dit : « Je te fais acte d’allégeance en m’engageant à émigrer et à combattre dans la voie de Dieu dans l’espoir d’une récompense auprès de Dieu » Il demanda : « As-tu l’un de tes parents encore en vie ? » Il dit : « Oui, les deux même. » Il dit : « Espères-tu vraiment la récompense de Dieu ? » Il dit : « Oui ! » Il dit : « Alors, retourne auprès de tes parents et tiens-leur bonne compagnie. » (1)

Le guide paternel

Ramadan… je ne me souviens plus exactement à quel âge j’ai commencé à le faire mais je sais que c’est seulement il y a un peu plus d’une dizaine d’années que je prends conscience de toute sa dimension spirituelle.

Le prophète de la clémence

« Combien est digne d'admiration la figure de ce prophète (paix et salut sur lui) dont les charmes sont relevés par ses qualités intérieures, qui réunit toutes les grâces, qui a pour caractère distinctif la douceur et l'aménité de ses traits. Il réunit à la beauté délicate d'une fleur, la grandeur majestueuse de la lune. Sa générosité est vaste comme la mer, ses desseins sont grands et fermes comme le temps. » Ainsi faisait ton éloge, ô prophète de la clémence (paix et salut de Dieu sur toi), l'imam Boussaïry dans son célèbre poème « Al Burda » (Le manteau).

Honneur aux femmes

La femme a hérité d’un statut particulier que Dieu par Sa Sagesse lui a octroyée. Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, a fait preuve d’excellence et d’une profonde délicatesse dans ses relations et ses échanges avec les croyantes.

« Jamais il ne m’a réprimandé … »

Anas, que Dieu l’agrée, rapporte : « Je n'ai jamais touché de brocart ni de soie plus doux au toucher que la paume du Prophète, paix et salut sur lui. Je n'ai jamais  senti d'odeur plus suave que celle du Prophète, paix et salut sur lui. Pendant les dix années durant lesquelles je l'ai servi, jamais il ne m'a dit : « Fi ! » ni ne m'a réprimandé pour telle chose que j'avais faite en me disant : « Pourquoi as-tu fait cela ? » ou bien blâmé pour telle autre chose que je n'avais pas faite en disant : « Tu aurais dû faire cela ! »[1]

« Mon invocation te rend joyeuse ? »

Urwa, que Dieu l’agrée, rapporte que Aïcha, que Dieu l’agrée, a dit : Un jour j’ai senti que le Prophète, paix et salut sur lui, était de bonne humeur. Je dis alors : « Ô Messager de Dieu, invoque Dieu pour moi. » Il répond : « Seigneur, pardonne à Aïcha ses péchés antérieurs et futurs, apparents et cachés. ». Urwa rapporte que Aïcha, que Dieu l’agrée, laissa éclater un rire joyeux au point que sa tête chuta sur ses genoux. Le Prophète lui dit alors : « Mon invocation te rend joyeuse ? » « Et comment ! Répliqua Aïcha. Bien-sûr que oui. » Le Prophète, paix et salut sur lui, répond : « Par Dieu, celle-ci est mon invocation pour ma communauté dans chacune de mes prières. » (1)

Méditer la parole de Dieu

Le mois béni du Ramadan est le mois du Coran. Un mois au cours duquel nous nous consacrons à la lecture du livre sacré au point où certains parmi nous entrent dans une course effrontée afin d’y multiplier les clôtures de lecture. La prédiction prophétique se confirme : «  Il sortira de ma communauté des gens qui boiront le Coran comme ils boivent de l'eau »[1] (c’est-à-dire rapidement sans méditation).

Les merveilleuses nuits du Ramadan

Je ne vais pas choisir le plus beau souvenir du mois du Ramadan car lui-même fait partie des plus beaux souvenirs de mon existence, et tout ce mois du début à la fin n’est que bonheur et apaisement. Néanmoins, certains moments me sont plus chers à mon cœur, ce sont les moments où j’invoque Dieu et plus spécifiquement lors des prières de la nuit (Tarawihs).

Une loyauté sans pareil

Notre bien-aimé Prophète (Paix et salut sur lui) rayonne au sein de l’humanité de tous les éclats de son noble caractère et de son exemplarité devant tous les hommes. Son auguste personne ne cesse d’être source d’inspiration pour toute âme qui aspire à la proximité de Dieu, se prépare à Sa rencontre et agit en conséquence pour la vie dernière.

Dans l’épreuve : l’amour et le pardon

Le Prophète Mohammad (paix et salut sur lui) vient de recevoir la Révélation. Il ne comprend pas ce qui lui arrive et durant les premières heures et les premiers jours de sa rencontre avec l'Ange Gabriel, il a besoin de protection et de réconfort. Il se questionne, il a peur et il pense avoir été touché par le Mal tellement ce qu'il a reçu est puissant. C'est alors qu'auprès de lui, il y a sa femme Khadija (Que Dieu l'agrée), la mère de ses enfants. Elle le rassure, elle le console et elle le grandit. Par son amour, elle est son abri. Il trouve le repos de son cœur auprès d'elle.

Free WordPress Themes, Free Android Games