Le Jour et la nuit du croyant : passer au temps de l’Adoration

Hassan al-Basri, paix à son âme,  dit : « Ô fils d’Adam ! Tu n’es qu’une somme de jours ; chaque jour qui passe, c’est une partie de toi qui disparaît ! »

Qu’est-ce que « le jour et la nuit du croyant » ?

« Le jour et la nuit du croyant » est un ensemble d’actes complémentaires constituant un programme pour passer du rappel de l’éducation à l’éducation du Rappel, pour s’extraire du temps de l’insouciance et de l’habitude vers le temps de l’Eveil et de l’Adoration.

Entre la Vie et la Mort, il y a un champ pour l’œuvre de l’Homme ; notre vie est notre Capital : ce qu’il y a entre la naissance et la mort, est une occasion pour œuvrer et se préparer à la Rencontre avec Dieu, faire ce qui est demandé comme actes du cœur, de la langue et de tous les membres du corps.

L’un des moyens les plus efficaces pour atteindre le Bel-Agir (Ihsan), c’est d’être l’un des Serviteurs de Dieu, car le Bel-Agir est une adoration de Certitude : « que tu adores Dieu comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, certes Lui te voit. »

N’avons-nous pas été créés que pour adorer Dieu ?

Cette adoration doit être programmée dans « le jour et la nuit du croyant », car il y a des œuvres pour la nuit du croyant, et d’autres pour sa journée. Il doit veiller à revivifier les pratiques prophétiques, à y être régulier et assidu.

Dans la course de la vie et l’accélération des évènements, les engagements s’accumulent et il devient difficile, pour le croyant, de réussir à tenir tous ses engagements.

Quels sont donc les signes que nos pas sont fermes dans le temps de l’Adoration et de l’Effort et non dans la routine et le divertissement ?

Un connaisseur de Dieu dit : « celui qui passe un jour de sa vie sans accomplir un devoir, s’acquitter d’une obligation, consolider une réussite (un acquis), poser les bases d’une bonne œuvre, acquérir une Science, alors il aura été ingrat envers sa journée et injuste envers lui-même. »

Par quoi commencer alors la journée ? Et par quoi la clôturer ?

 « Le jour et la nuit du croyant » commence par un 1er engagement : dormir avec les meilleures résolutions, et non avec les pires défaites !

Ensuite « la Bénédiction de ma communauté est dans le fait de se lever tôt », à travers les prières de nuit, la lecture du coran, les prosternations au dernier tiers de la nuit, ensuite la prière de l’Aube en groupe à la mosquée, l’assise du lever du soleil (chorouq), la prière des Repentants (dôha), les différentes prières surérogatoires et les prières obligatoires à l’heure.

Parmi les œuvres des affluents de la foi, certaines incombent au croyant une fois dans la vie comme le pèlerinage, certaines une fois par an comme le jeûne du Ramadan, certaines à des moments déterminés comme la prière et l’aumône légale (zakat), certaines sont occasionnelles comme la visite du malade ou l’accompagnement du cortège funéraire (janaza), certaines doivent devenir une habitude ancrée comme la Parole Bénie « la ilaha illa Allah ».

Quel est l’objectif ?

L’objectif dans tout cela c’est la préservation des œuvres et l’assiduité dans leur accomplissement car « l’œuvre la plus aimée de Dieu est celle qui est régulière même si elle est moindre ». Dieu aime les œuvres régulières !

Notre assiduité et notre régularité dans les actes nous permettent d’être Vrais, de goûter la Sincérité dans leur accomplissement : lorsque l’on met tout cela en pratique, on devient véridique parce qu’on pratique les enseignements de notre Prophète, paix et salut sur lui.

Goûter (explorer) la Sincérité c’est être assidu dans les actes comme l’étaient les compagnons : lorsqu’ils accomplissaient un acte, ils persévéraient.

Abou Hounayfa Nou’man, que Dieu l’agrée, a dit : je résume ce que j’ai acquis en quelques mots : « pas de fruits sans assiduité ».

Abdel Qader Jilani, paix à son âme, disait : « Persévère jusqu’à ce que tu obtiennes des fruits ! »

« N’as-tu pas vu comment Dieu propose en parabole une bonne parole pareille à un bel arbre dont la racine est ferme et la ramure s’élançant dans le ciel ? Il donne à tout instant ses fruits, par la grâce de son Seigneur. Dieu propose des paraboles à l’intention des gens afin qu’ils s’exhortent. » (1)

La stabilité de notre état repose sur le respect des préceptes religieux, mais aussi sur notre persévérance, ce qui permet d’avoir des ramures et donner des fruits tout le temps grâce à Dieu.

Le jour et la nuit du croyant est un système de vie

C’est un système de vie qui allège le poids des tensions causées par tous les engagements, il organise les actes dans le temps ; ainsi l’Adorateur devient réceptif aux Lumières du Rappel (dhikr) et aux secrets de l’Adoration.

Les gens proches de Dieu parlent d’abandon, ensuite de dégustation, et enfin de manifestation : il ne peut y avoir de manifestation sans l’abandon de ce que Dieu et Son Prophète, paix et salut sur lui, ont interdit, sans goûter (déguster) ce qu’ils nous ont permis ; c’est à ce moment-là uniquement que se révélera en nous ce que Dieu et Son Prophète ont voulu de nous.

C’est un cheminement quotidien vers Dieu, et si les moments des différentes adorations sont fixes, les Dons de Dieu sont déversés sans limite de temps.

Parmi les fruits de l’assiduité dans « le jour et la nuit du croyant », il y a le fait que l’Homme vit une Tranquillité, ressent une Bénédiction, une capacité et une facilité durant toute sa journée: « ta part de la vie dernière passe par ta part d’ici-bas, puis l’organise pour toi », c’est ce qu’a dit Mouad ibn Jabal, que Dieu l’agrée, à propos de cette Parole de Dieu : « Et recherche à travers ce que Dieu t’a donné, la Demeure dernière. Et n’oublie pas ta part en cette vie. Et sois bienfaisant comme Dieu a été bienfaisant envers toi. Et ne recherche pas la corruption sur terre. Car Dieu n’aime point les corrupteurs ». (2)

On ressent que Dieu est Celui qui nous estime, nous facilite nos affaires et y met la Bénédiction : parce qu’on Lui a fait confiance et qu’on ne compte que sur Lui, Dieu nous ouvre des portes et subvient à nos besoins par des moyens qu’on ne soupçonnait pas.

On remarquera également que Dieu nous offre l’Acceptation sur Terre, que l’on est sous Sa Protection toute la journée si on a exécuté la prière de l’aube en groupe, et toute la nuit si l’on a effectué la prière du soir (’icha) en groupe.

Sous la Protection de Dieu et Son Attention : en faisant les invocations de protection (tahcine), Dieu nous protège des démons (hommes ou djinns), leur interdit de nous approcher, les éloigne de nous et nous éloigne d’eux.

La récolte dépend de la motivation

« Le jour et la nuit du croyant » ce sont des niveaux (spirituels) à rechercher car la majorité des affaires s’obtiennent en fonction des objectifs.

Le résultat dépend de la « motivation », le croyant doit venir à Lui par la grande quantité (de dhikr) et l’état de présence, ensuite il attendra les Dons de Dieu, le Roi, le Pardonneur, avec crainte, espoir et humilité.

Mais que faire si le temps nous manque à cause des différentes obligations ?

Il faut d’abord être clair, ensuite y aller par étape afin que chacune de nos journées soit meilleure que la précédente.

Si nos prédécesseurs se concurrençaient dans l’accomplissement des obligations, aujourd’hui nous devons nous concurrencer pour nous éloigner des interdits.

Abou Hourayrah, que Dieu l’agrée, rapporte : J’ai entendu le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, dire : « Ce que je vous ai interdit, éloignez-vous-en, et ce que je vous ai ordonné, faites-le à mesure de votre capacité. Certes ce qui a perdu ceux qui vous ont précédés fut l’abondance de leurs questions et leurs divergences avec leurs prophètes » (3)

Quand un corps est propre, une goutte de parfum suffit ; mais lorsqu’il est souillé (transpiration, etc), même un flacon de parfum pourrait ne pas suffire … Il faut donc s’éloigner de tous les interdits (du cœur, langue, les yeux…), de tout ce qui prohibé et ce qui peut en rapprocher. Ensuite, faire les actes obligatoires car ce sont les plus aimés par Dieu, et ce sont ceux qui nous rapprochent le plus de Lui, ensuite les autres actes surérogatoires.

Il faut se concentrer sur les effets de nos actes ; l’imam Abdessalam Yassine, paix à son âme, disait : « Le plus important n’est pas l’acte, mais le plus important est que nos actes aient un effet positif. »

L’effet positif, c’est le bon comportement, c’est d’avoir une éthique !

« Celui qui ne délaisse pas les propos mensongers, Dieu n’a aucun besoin qu’il délaisse pour Lui sa nourriture ou sa boisson ! Celui dont la prière ne l’empêche pas de commettre le Mal, sa prière est comme inexistante ! » (4)

Celui qui nous dépasse dans le bon comportement, nous dépasse en Religion car le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « je n’ai été envoyé que pour parfaire les bons comportements. » (5)

En effet, ce qui est recherché c’est que notre comportement avec nos proches, voisins, amis ou collègues, doit être le Bel-Agir, et ne pas se contenter uniquement d’être justes car « la Religion c’est le bon comportement. »

Ce qui est entre le Serviteur de Dieu et les autres Serviteurs doit être une jauge de sa relation avec Dieu.

Chaque moment du jour et de la nuit du croyant doit être vécu en profitant de ses bénédictions et des Dons de Dieu, en cherchant ses Lumières et ses secrets, en ressentant le privilège que Dieu nous a accordé et en espérant encore plus de Ses Dons.

Avoir un cœur sain

« Si le cœur est sain, tous les actes sont sains ; et s’il est corrompu, tous les actes le seront aussi » (6) Si les actes ne nous approchent pas du Bel-Agir, c’est la preuve que le Rappel (dhikr) n’a fait qu’effleurer nos cœurs et ne s’y est pas encore installé.

« Abou Bakr Le Véridique, que Dieu l’agrée, ne vous devança ni par sa prière, ni par son jeûne. Il ne vous a dépassés que par une chose qui s’est ancrée dans son cœur. » nous enseigne le Prophète, paix et salut sur lui (7)

Pour que le dhikr (Présence à Dieu) s’installe dans nos cœurs, il nous faut être assidus, patients et agir avec sincérité.

D’après la vidéo de Mounir Regragui : يوم المؤمن وليلته 1 | النقلة إلى زمن العبادة

(1)    Sourate Ibrahim, versets 24-25

(2)    Sourate Le Récit (Al Qassas, verset 77).

(3)    Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

(4)    Rapporté par Tabarani

(5)    Rapporté par Al-Boukhari et l’Imam Ahmad

(6)    Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

(7)    Rapporté par Thirmidi

Lire aussi :

Le jour et la nuit du croyant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page