L’aide de Dieu et Sa protection

La sourate de l’éléphant, sourate Al Fil (1), a été entièrement révélée au début de la période mecquoise. Elle fut révélée au Prophète (paix et bénédiction sur lui) afin de donner une preuve solide à la tribu de Qoraych sur la véracité de l’Islam, en rappelant un épisode de la période préislamique, survenu l’année de la naissance du Prophète (paix et bénédiction sur lui). Selon Ibn Is’haq, lorsque Dieu désigna Mohamed (paix et bénédiction sur lui) comme Messager, Il ne cessa de rappeler à Qoraych Sa Grâce et Sa Bienveillance sur eux, comme lorsqu’Il les a sauvés des gens de l’éléphant.

Mais qui sont les gens de l’éléphant, et quelle est leur histoire ?

Les gens de l’éléphant mentionnés dans le premier verset de la sourate Al-Fil désignent Abraha, le roi abyssin ainsi que son armée. En effet, à l’époque pré-islamique, Abraha voulait faire de son royaume, le Yémen, un lieu de pèlerinage par excellence. C’était l’objectif affiché par Abraha. Les Arabes allaient en effet au pèlerinage à la Mecque, au lieu d’embrasser le christianisme. Abraha fit construire de grandes églises que les Arabes ont refusé de fréquenter. Mais en réalité, ce qu’Abraha enviait le plus, c’était le statut de la ville de la Mecque : son attractivité religieuse et le passage fréquent des pèlerins en faisait une place politique et économique majeure. Et Abraha portait secrètement en lui cette ambition de faire de la capitale du Yémen le nouveau poumon économique et politique de la région. Il prit alors une décision qui entrainera sa perte : en l’an 570 après JC, il entreprit de détruire la Kaaba en dirigeant une armée de 60 000 troupes et 9 éléphants.

Mohmmad ibn Is’haq raconte que Abd Al-Mottalib, le grand-père du Prophète (paix et bénédiction sur lui), ordonna aux Qoraychites de s’éloigner de la cité et de se réfugier avec leurs familles dans les montagnes pour échapper au massacre d’Abraha. Il se dirigea ensuite à la Kaaba pour implorer Dieu de les secourir et protéger leurs maisons. Quand bien même il existait 360 idoles autour de la Kaaba, Abd Al-Mottalib les avait totalement ignorées et n’avait supplié que Dieu, L’unique ; « Ô Dieu, un homme protège sa maison, donc protège Ta Maison ; ne permets pas à leur incursion ainsi qu’à leur ruse de triompher de ta ruse demain ».

Le lendemain matin, Abraha était disposé à entrer à la Mecque. Mais son éléphant particulier, qui était aux avant-postes, s’agenouilla. Bien qu’il fût battu par des barres de fer, il ne se leva point. Lorsqu’il l’orientait vers le sud, le nord, ou bien l’est, il chargea immédiatement, mais dès lors qu’il était orienté vers La Mecque, il s’agenouilla de nouveau. Dieu, Exalté soit-Il, envoya après cela une armée d’oiseaux, portant chacun trois pierres en terre cuite, qui survolèrent et lapidèrent toute l’armée d’Abraha. Chaque personne touchée par les pierres se décomposait de suite. Abraha n’a pas échappé à ce châtiment, sa chair tomba en morceaux. Devant ce chaos, toute l’armée se retira pour regagner le Yémen. La tribu de Qoraych avait été marquée par cet événement, un événement que les Arabes ont rattaché à l’année de l’éléphant « ‘Am Al Fil ».

Cet événement s’était déroulé à Mohassir dans la vallée de Mohassab, entre Mozdalifah et Mina. D’après la description du pèlerinage de l’adieu du Prophète que l’Imam Jaafar as-Sadiq a rapporté de son père (2), il dit que lorsque le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) poursuivit sa route de Mozdalifah à Mina, il accéléra le pas dans la vallée de Mohassir. L’imam An-Nawawî expliqua ce fait en disant que l’incident des gens de l’éléphant était arrivé en ce lieu ; de ce fait, les pèlerins sont exhortés de passer rapidement, car Mohassir est un lieu tourmenté.

Un message adressé à Qoraych.

C’était un événement d’une importance capitale dont chaque personne, à La Mecque ainsi qu’en Arabie, était informée. Les Arabes ont su que la Kaaba avait été protégée de cette invasion non pas par une quelconque idole ou divinité, mais par Dieu Lui-même, le Tout-Puissant. Seul Dieu fut invoqué par les chefs Qoraychites pour le renfort, et pendant quelques années, les gens de Qoraych, impressionnés par cet événement, n’avaient adoré personne, excepté Dieu l’Unique. Par conséquent, une simple référence à cette sourate suffisait pour que les gens de Qoraych, en particulier, et les gens de l’Arabie, en général, considèrent à sa juste valeur, dans leurs cœurs, le message que le Prophète Mohammad (paix et bénédictions sur lui) avait apporté.

L’essentiel de ce message était qu’ils ne devaient ni adorer ni servir aucun, hormis Dieu, le Seul et Unique. Par conséquent, ils devaient également être conscients que s’ils employaient la force pour contrer cet appel à la vérité, ils appelleraient sur eux la colère de Dieu, la même qui avait complètement détruit les gens de l’éléphant.

Dieu, Exalté Soit-Il, est capable de te sortir de toute épreuve.

La méditation de ces versets doit également nous amener à en tirer de nobles enseignements. Tout être humain est, un jour ou l’autre, confronté à des difficultés, plus ou moins grandes, et de nature différente, car Dieu éprouve Ses créatures, et ces épreuves sont en réalité un bien pour l’être humain. Ces versets nous enseignent ainsi que :

  • Peu importe la grandeur et le degré de difficulté de l’épreuve, rien n’est impossible pour Dieu, le Tout-Puissant. Le poids de l’épreuve sur nos épaules peut être aussi lourd qu’un éléphant, Dieu, Exalté Soit-Il, sera toujours notre seul véritable recours, Lui Seul nous connaît, connaît nos difficultés, ce que nous ressentons à l’intérieur de nous, Il est le seul à pouvoir nous venir en aide et à nous permettre de surmonter l’épreuve.
  • Le désespoir ne doit jamais nous gagner : Dieu sait mieux que quiconque le meilleur moment pour apporter Son aide et Sa réponse à nos invocations. Nous devons continuellement revenir à Lui, Lui soumettre nos difficultés et Lui adresser nos demandes.
  • Nous ne pouvons pas savoir sous quelle forme et par quel côté viendra la réponse de Dieu à nos invocations, elle peut arriver de toutes les directions, tout comme ces oiseaux sont venus de toutes les directions pour contrer l’armée d’Abraha.
  • Dieu Seul sait quel sera le moyen de sortie d’une épreuve qui nous afflige : qui aurait pu envisager que des oiseaux soient la solution pour contrer une armée d’éléphants ? Nous imaginons souvent de grands moyens pour surmonter de grandes difficultés, mais Dieu sait mieux. Le moyen qui nous permet de sortir de l’épreuve, que l’on pense être énorme, peut en réalité très être petit.

Dieu, Exalté soit-Il, est celui qui maîtrise toute chose. Ce qui est très grand peut devenir insignifiant. Dieu nous apprend qu’Il est Le Seul capable de lever toute difficulté et nous met en garde contre l’oubli et l’ingratitude envers les bienfaits qu’Il nous accorde. Puissions-nous être parmi les reconnaissants.

(1) Coran : Sourate 105

1. N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’éléphant ?

2. N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine ?

3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées,

4. qui leur lançaient des pierres d’argile ?

5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.

(2) Sahih de Muslim et d’Abû Dâwûd.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page