Les plus belles années de ma vie en compagnie du Coran

8
974

Je m’appelle Samira, j’ai 35 ans et je suis maman de 3 enfants. Je suis née et j’ai grandi à Metz. Epanouie, grâce à Dieu, les principes fondateurs de mon enfance ont été : la religion et les études. J’ai suivi des cours d’arabe jusqu’à l’âge de 23 ans. En parallèle, j’ai effectué des études supérieures avec un cycle d’ingénieur à l’ENSEM où j’ai été diplômée à l’âge de 25 ans en tant qu’ingénieure en simulation numérique.

Mon amour pour le Coran a commencé très jeune avec mon père qui psalmodiait le Coran tous les matins après la prière de Fajr. Mon objectif a toujours été de pouvoir réciter comme lui. Ainsi, j’ai appris à lire l’arabe et à mémoriser mes premières sourates au cours d’arabe. Avant l’âge de 30 ans, je n’ai jamais eu l’objectif de mémoriser le coran en entier et cela me paraissait impossible.

A 30 ans, j’avais tout pour être heureuse, j’étais mariée et j’avais 2 enfants (2 ans et 6 mois) mais je sentais un gros vide dans ma vie. J’habitais à Mulhouse et je fréquentais régulièrement une assise de rappel. Un jour, on me proposa d’assister à une petite fête organisée pour une sœur qui avait clôturé le Coran. J’en suis ressortie émue et je me suis dit que si elle a pu y arriver et bien pourquoi pas moi ? Puis, ma grande sœur s’est inscrite dans un institut de Coran et je sentais un changement en elle. Elle m’encouragea à en faire de même. Je commençai à songer à m’inscrire aussi mais ça me paraissait impossible vu l’âge de mes enfants.  Quelques semaines plus tard, j’ai assisté à un ribat (retraite spirituelle) de 4 jours dans un chalet et, louange à Dieu, je me suis retrouvée dans la même chambre que la sœur qui avait clôturé le Coran. Je l’observais et elle semblait apaisée et était apaisante. Elle s’endormait et se réveillait en révisant son Coran. Alors que moi je me sentais stressée, vide et préoccupée que par mes enfants. A la fin du ribat, j’ai mangé à la même table qu’elle et je lui ai dit qu’elle m’avait impressionnée durant ces 4 jours. Je lui ai officiellement demandé si elle voulait être ma professeure de Coran car j’étais sûre de moi : j’étais prête à me lancer dans cette fabuleuse aventure.

J’ai commencé doucement, puis j’ai augmenté le nombre de pages sur chaque cycle d’apprentissage. Par la suite, je me suis inscrite dans un institut d’apprentissage du Coran à Mulhouse, où j’ai pris des cours particuliers par téléphone, car j’habitais à Belfort puis à Cherbourg. Ainsi, j’ai appris 38 hizbs en 4 ans et la dernière année, alors enceinte de mon troisième enfant, je me suis donné comme objectif de finir les 22 hizbs qu’il me manquait pour clôturer l’apprentissage avant mon accouchement. La nuit du 25 ramadan, par la grâce de Dieu, j’ai récité mon dernier hizb à ma professeure. C’était un jour rempli d’émotion et inoubliable. Comme Dieu m’a permis de clôturer le Coran une nuit impaire du ramadan, j’ai décidé d’appeler mon bébé Jibril, à l’image de l’archange qui a descendu le Coran pendant une nuit impaire du ramadan.  

Ces cinq années ont été pour moi les plus belles années de ma vie car le Coran était mon compagnon. Pour arriver à mon objectif, il a été indispensable pour moi de faire preuve de beaucoup de rigueur et d’organisation. J’avais un agenda avec un programme d’apprentissage et de révision pour chaque journée. Après avoir déposé mes enfants le matin, j’étais si pressée de revenir chez moi et m’installer pour ce moment magique avec mon Coran. Je l’ai toujours fait passer en premier avant d’accomplir les autres tâches et Dieu me mettait de la baraka (bénédiction) dans mon temps.

Cette clôture n’est devenue pour moi qu’une première étape car c’est l’engagement d’une vie. J’ai aussi le devoir de transmettre cet amour du Livre Saint et son contenu à mes enfants comme mes parents me l’ont transmis et à la communauté comme mes professeures l’ont fait.

Je remercie Dieu de m’avoir permis d’arriver à ce premier objectif et je fais sans cesse des invocations pour qu’Il m’aide pour la suite de ce beau voyage avec le Coran. Chaque personne de ce monde est capable de le mémoriser quelles que soient ses capacités mentales, physiques ou ses conditions de vie. Pour y arriver il faut toujours renouveler la bonne intention de ne le faire que pour Dieu, et être persuadé que ce Livre n’est pas un livre comme les autres. Dieu le fait entrer dans le cœur et le cerveau de qui Il veut et comme Il le veut.   Je souhaite à chaque personne de vivre cette belle aventure.

8 Commentaires

  1. Quel parcours masha Allah, bravo chère soeur… 22 hizbs mémoriser en un an et enceinte !

    Que Dieu nous facilite à nous également

    Merci pour votre partage, vos invocations pour nous.

  2. Salam aleykum wa rahmatulah wa barakatuh. Je voudrais bien-être parmi vous pour, apprendre HILM D ALLAH. JE SUIS CONVERTIE. BARAQ ALLAHU FIKUM…..( comment être parmis vous en dehors de Facebook et l autre je connais pas (twitter ????)

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.