« Celui qui apprend le Coran détient la prophétie entre ses entrailles »

Dieu dit : « C’est Nous en vérité qui avons révélé le Coran et c’est Nous qui en assumons la conservation » [1]

Le Coran, Parole divine, nous est parvenu par transmission écrite et orale de génération en génération, d’un groupe à un groupe.

Dieu a permis à Ses faibles créatures de pouvoir le lire, le psalmodier et surtout le retenir dans leur cœur. « Nous avons rendu le Coran facile à retenir ». [2]

Par ailleurs, Dieu a ennobli notre communauté par l’apprentissage de Son Livre Saint, et le Prophète, paix et bénédictions sur lui, n’a cessé de nous orienter en ce sens : « Le meilleur parmi vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne [3]», ou encore : « Celui dont la poitrine ne contient point de Coran est comparable à une maison en ruines ».[4]

Le Prophète, paix et salut  sur lui, a dit : « Ô Abou Dherr ! Sache qu’apprendre un verset du Coran est meilleur pour toi que de prier cent Rak’a (unités de prière) ».[5]

Les musulmans et musulmanes espèrent être touchés par la grâce divine et faire partie de ceux que Dieu aura choisis pour apprendre et transmettre Sa parole sacrée.

Voici maintenant quelques conseils qui peuvent aider en ce sens :

1. Avoir un moment de méditation pour renouveler son intention avant d’entreprendre ce grand projet, qui est celui de toute une vie. « Les actes ne valent que par leur intention »[6].

2. « Frapper à la porte du Tout-Puissant », L’invoquer, Le supplier, insister pour avoir Son aide et Sa facilité. Car Seul Dieu est Maître de ce que nous entreprenons.

3. Se repentir et abandonner les péchés, car ces derniers peuvent constituer une barrière entre le cœur et le Coran. Waki’ était un élu de Dieu qui mémorisait le Coran sans avoir aucunement besoin d’un écrit pour réviser. On lui demanda son secret, il répondit : « Je n’ai pas trouvé meilleur moyen pour mémoriser le livre Saint que de s’éloigner des péchés »[7]

Feuille de route :

Comme chaque projet que nous entreprenons, celui d’apprendre le Coran nécessite un plan de travail et une feuille de route.

1. Comme preuve de bonne volonté et de véracité, réserver chaque jour, de préférence à une heure fixe, un moment pour le Coran. Le moment de l’aube est très vivement conseillé pour la fraîcheur du cerveau et du corps.

2. Se fixer un minimum à apprendre par jour et s’y tenir. Ne jamais descendre en deçà de ce qui a été fixé. Le rattraper le cas échéant sur la journée du lendemain.

3. Réciter ce qui a été appris à un cheikh de Coran maîtrisant bien ses règles et sa mémorisation. Le prophète, paix et bénédictions sur lui, l’ayant récité à l’Archange Gabriel, en a fait une tradition prophétique recommandée, corroborée aussi par le hadith rapporté par Anas ibn Malik où le Prophète dit à Ubayy : « Dieu m’a ordonné de te réciter sourate Al-Bayyinah »[8]

4. Connaître le sens des versets peut faciliter l’apprentissage.

5. Écrire les versets à apprendre peut contribuer aussi à une meilleure mémorisation. Dieu n’a-t-Il pas dit : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble, Qui a enseigné par la plume ».[9]

6. Réviser « l’ancien » avant d’entamer « le nouveau ». Le Prophète, paix et salut sur lui, rappelle : « L’image du compagnon du Coran est comparable à celui qui détient des chameaux en laisse, s’il les entretient il les trouve, et s’il les délaisse, ils finissent par s’échapper ».[10]

7. Prévoir des séances quotidiennes de révision  de façon à faire une boucle sur la totalité apprise sur une période ne dépassant pas un mois.

8. Réciter les versets appris en toutes circonstances : Prières obligatoires, surérogatoires, nocturnes. Ou encore, sur le chemin du travail, de l’école… debout, assis, allongé…

Le Coran est venu avec des messages de lumière éternels et universels. Il est descendu comme la plus belle, la plus précieuse, la plus rare des perles du « tableau conservé ». Il a gardé sa place sublime et la gardera pour toujours.

L’Humanité sans lui est aveugle en plein jour d’été.

Est sourde au cœur d’une symphonie

Mais encore assoiffée au milieu d un torrent d’eau

Et si cette lumière peut être conservée dans un cœur, il n’en sera qu’embelli, orné, et protégé.

Alors, tâchons de l’apprendre, de nous en imprégner, de l’aimer, de le jalouser, et de le VIVRE simplement !!!

Rappelons-nous le sens du hadith du Messager, paix et salut sur lui : « Celui qui apprend le Coran détient la prophétie entre ses entrailles »[11]


[1] Coran : sourate 15, V9

[2] Coran : sourate 54, V17

[3] Hadith rapporté par Boukhari

[4] Hadith rapporté par Thirmdhi

[5] Hadith rapporté par Ibn Majah

[6] Hadith rapporté par Abou Dawoud

[7] Rapporté par l’Imam Chafi’i

[8] Hadith rapporté par Boukhari

[9] Coran : sourate 96, V1-4

[10] Hadith rapporté par Boukhari et Mouslim

[11] Hadith rapporté par Hakim d’après Abdullah ibn Amer

Un commentaire

  1. Merci beaucoup pour ces précieux conseils. Cet article est un vrai trésor
    Puisse Dieu nous faciliter l’apprentissage de Son livre Saint et faire du Coran le printemps de nos coeurs

  2. salam aleycom barakalaho fik ma soeur pour ce magnifique rappel Que Dieu soubhanou nous aide à se rapprocher de lui par le biais du Coran. Amine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer