Entre Purification et Enseignement : les fonctions du Messager de Dieu

0
1815

La mission de l’envoyé de Dieu (Prophète-Messager) ne s’est jamais limitée à la seule fonction de porter le message et de le transmettre oralement comme la perçoit un certain nombre de simplificateurs qui déprécient tant le stade de Prophétie que le rôle de Messager. Et cela quand ils comparent l’envoyé de Dieu au simple facteur dont la responsabilité et la tâche se limitent à l’acheminement du courrier à la bonne adresse.

 

Le Messager assume plusieurs fonctions dont les plus importantes sont celles que l’on peut lire dans ce verset : « C’est Lui qui envoya parmi les Illettrés (les Arabes) un Messager des leurs, leur récitant Ses versets, les purifiant et leur enseignant le livre et la sagesse bien qu’auparavant ils fussent assurément dans un égarement manifeste. »[1]

Ce sont là deux caractéristiques chez le Messager : le fait qu’il soit envoyé de la part de Dieu (qu’Il soit glorifié) et le fait qu’il soit l’un des leurs. C’était un être humain comme eux. C’était un Arabe parlant la langue de son peuple et illettré de surcroît, comme l’était le commun des gens d’alors. Aucun savoir spécifique qu’il aurait acquis ne venait le distinguer d’eux, telle la faculté qu’avait Waraqa Ibn Nawfal de lire l’hébreu et d’écrire l’Evangile. Car s’il avait eu une quelconque science apparentée aux gens du Livre, il aurait été accusé d’imitation et de contrefaçon. D’ailleurs, il se trouva parmi ses contemporains, certains qui lui portèrent cette accusation en avançant que « c’est un être humain et rien d’autre qui l’a instruit »[2]. De même que de nos jours, parmi les orientalistes et les occidentalistes, il s’en trouve qui lui portent cette accusation.

Deux qualités fondamentales qui doivent être nécessairement vérifiées pour qu’il puisse transmettre le Message et avoir l’effet éducationnel escompté. Education reposant sur le modèle et l’exemplarité.

C’était un simple mortel mais recevant la Révélation. Il fut soutenu après cela par les miracles, la réussite, la bénédiction et l’assistance divine.

Le verset Coranique souligne quatre fonctions essentielles du Prophète :

1) Il leur énonce les versets de leur Seigneur,

2) Il les purifie,

3) Il leur enseigne le Livre,

4) Il leur enseigne la Sagesse.

1- L’énonciation des versets Coraniques se définit sur plusieurs plans. C’est d’abord une transmission physique dont l’instrument est la langue. Mais c’est aussi la persuasion du transmetteur à travers une véracité attestée par autant de facteurs que la tonalité de sa voix, son humilité, la clarté et l’inimitabilité de ce qu’il récite. Puis son obéissance et sa conformité à ce qui lui est révélé, sa clarification de ce qui peut paraître ambigu à la compréhension de ses interlocuteurs, son explicitation de ce qui a été énoncé sommairement et sa spécification de ce qui est général.

Tout cela entre dans le cadre de la Révélation car il ne prononce rien sous l’effet de la passion (hawâ).

2- Puis vient en second lieu la « tazkiyya » (purification), qui est, comme la définissent les commentateurs du Coran : « purification et croissance par la Bénédiction de Dieu ».

3- Ensuite vient le rôle de l’enseignement théorique et pratique. « Il leur enseigne le Livre », c’est-à-dire qu’il leur enseigne les prescriptions légales.

4- Il leur enseigne la Sagesse, c’est-à-dire les modes pratiques d’application dans leurs détails. La sagesse c’est : « connaître les étants, faire bonne œuvre et accéder à la vérité par la science et la raison ».

La somme de ces fonctions nous ramène à une seule description, celle de l’éducateur enseignant. D’ailleurs, quand il fut un jour questionné sur la purification des souillures physiques, le Prophète (Que Dieu répande sur lui Sa Grâce et Sa Paix) a répondu : « Je suis pour vous tel le père qui vous enseigne. »[3]

Un père qui enseigne. Un enseignant qui éduque et purifie. Couplage de deux fonctions indissociables : la tendresse du père, son amour, son souci d’être utile, sa loyauté et son dévouement ; puis la compétence, l’aptitude et une science considérable. Une patience à l’égard des disciples ainsi qu’une accessibilité et une condescendance à tel point qu’il leur enseigna les détails les plus intimes concernant l’Homme telle la purification de la souillure. Une vaste science qui lui est parvenue en tant que Révélation, assistée par une sagesse humaine, une noblesse de caractère et de la sagacité.

Article tiré du livre « La Raison musulmane entre Révélation et Rationalisme, conflit de souveraineté » de Cheikh Abd Essalam Yassine.


[1] Sourate Le Vendredi verset 2.

[2] Sourate Les Abeilles verset 103.

[3] Hadith rapporté par l’Imam Ahmed, Abou Daoud et An-nissai.

 

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.