Se souvenir pour rester vivant…

0
1088

A Strasbourg, une fête de commémoration riche en émotion !

Un événement a bouleversé toute personne qu’elle soit engagée ou non, à savoir le décès d’un illustre savant, appartenant à la richesse musulmane et humaine.

La salle témoignait d’efforts de décoration perpétrés pendant plusieurs jours auparavant. Des bougies venaient orner l’estrade comme pour ne pas oublier la lumière de cet homme qui ne s’éteindra jamais ! Des femmes et des hommes ont fait le déplacement, sans doute certains par curiosité et d’autres par volonté de souvenance.

 

La voix tremblante de l’animateur de cette soirée-hommage témoignait de l’émotion qui habitait les cœurs présents et les murs de la salle. Son émotion transparaissait dans ses mots laissant ressortir des larmes pudiques quant à la perte d’un père.

Le programme fut annoncé, et la soirée commença par une vidéo relatant la vie de Abdessalam Yassine ainsi que son dernier voyage. Une odyssée remarquable rassasié de la compagnie de Dieu et qui vraisemblablement en a touché plus d’un.

Au fil des témoignages…

Les témoignages des frères étaient distincts mais s’accordaient sur le fond : un frère choisit de parler de la place de ce grand homme dans son parcours spirituel à travers une harangue émue et solennelle, l’autre opta pour une tirade philosophique sur le sens de l’engagement et de la liberté illustrée par les épisodes de la vie de Abdessalam Yassine.

Les témoignages se succédaient sans se ressembler, émanant d’esprits qui méditaient et se recueillaient en silence, comme si le verbe avait perdu toute sa vocation à ces moments. Les vidéos diffusées n’arrangeaient pas ce silence bavard qui en disait long sur la responsabilité désormais manifeste qui pesaient sur nos épaules.

Abdessalam Yassine, lui, avait su mettre sa vie au service de la communauté, et être l’intime de Dieu, une position ô combien valeureuse. Mais nous, qu’adviendra-t-il de nous ? Où sommes-nous de ce projet humanitaire et altruiste ?  Une vie bien remplie sur la voie de Dieu… Nous le voyions de nos propres yeux. Nos cœurs étaient touchés mais nous nous posions toutes ces questions. « Je serai digne de porter ton projet, et à défaut de le réaliser j’aurai le mérite au moins d’avoir aimé Dieu, le Prophète et ceux qui leur ont obéit. » Se disait chacun en voyant les photos de Abdessalam Yassine. Il a tant souffert pour ses principes et ses idées, prenant pour royaume sans limite la compagnie de Dieu, qu’aucune contrainte spatiale ne pouvait limiter ou empêcher.

Où suis-je de cela ? Pourrai-je un jour entendre Dieu me dire de rentrer en paix pour les souffrances que j’ai endurées pour élever le message de l’Islam ?

Les mots me manquent en voyant cet homme, je me retiens de pleurer car mes larmes viendraient entacher cette volonté et la vocation si pure de cet homme. Alors je ne pleurais pas et me retenais malgré les larmes des frères, qui finalement étaient impressionnantes car peu habituelles.

Nous espérions que cette émotion et ce bel hommage pouvaient parler d’eux-mêmes sur le fond de cette école de pensée que nous essayons tant bien que mal à concrétiser. Nous cherchions, par les mots, à exprimer notre gratitude et notre fierté aux personnes qui peut être ne comprenaient pas tout. Nous voulions les rassurer et leur dire que nous avions besoin d’eux pour gagner tous ensemble la terre du salut éternel, que nous les aimions. Oui. Que nous les aimions, car nous recherchions leur réussite et la notre.

Un statut de femme « retrouvé »

Le Prophète Muhammad, paix et salut sur lui, fut envoyé à une période de l’Histoire où la Femme connaissait ses pires tribulations. La Femme n’était rien d’autre qu’un pauvre objet ou un outil de travail qui n’avait ni droit ni statut. Quand elle n’était pas enterrée vivante, elle était diminuée au rôle de servante sur tous les plans. L’Islam, paix et salut eternel pour l’humain, a transformé cette situation et le Prophète n’avait de cesse de rappeler de prendre soin des femmes et de les choyer.

La Femme, fille, sœur, mère, elle est l’élément sur lequel repose toute la réussite d’une communauté, d’une société.

Mais l’Histoire de la communauté musulmane après le Prophète et les califes bien guidés a connu un revirement quant à la condition de la Femme. Cette dernière fut réduite à tous les rangs dégradants et fut exposée telle une marchandise dans les cours des despotes.

Dans les temps dits « modernes », marqués par les slogans tels que « liberté » et « émancipation de la Femme », celle-ci souffre encore de certaines visions archaïques et patriarcales complètement anachroniques.

Le Professeur Abdessalam Yassine fut ce grand homme et cet éducateur qui raviva le statut de la Femme musulmane, à travers celui de la première musulmane qui crut au message du Prophète, qui le soutint dans son message, qui combattit aux côtés des Hommes dans les batailles, qui mourra pour élever la bannière de la vérité et qui sacrifia tous ses biens pour subvenir aux besoins des autres.

Abdessalam Yassine remémora à la Femme son statut octroyé par Dieu et enseigné par son messager. Une Femme qui, par sa quête de sens dans la voie de Dieu, se verra devenir une mère responsable, une épouse respectable, une fille bienfaisante, une femme citoyenne et active pleinement productive et épanouie.

Ces femmes nées, gardiennes de l’origine de l’Humanité, sur lesquelles repose la garantie de la naissance de générations à l’étendard de l’engagement et de la fidélité.

L’enseignement du Professeur Abdessalam Yassine a touché toutes les couches sociales, les Hommes et les Femmes, à la lumière du Coran et de la tradition Prophétique. Il fut le savant des temps modernes et dessina aux musulmans leur chemin vers Dieu pour devenir ses intimes.

Puisse Dieu accorder à ce grand et honorable homme de Dieu sa proximité et la compagnie des pieux. Puisse Dieu nous octroyer, Hommes et Femmes la satisfaction de cheminer vers Lui et de gagner Sa proximité.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.