Pour que les liens se renouent par-delà les temps

Se souvenir de Mr Abdessalam Yassine (que Dieu l’accueille dans Son infinie miséricorde), fils de Mme Rokia Bint Ahmed et de Mr Mohamed Bin Abdessalam (que Dieu leur accorde Sa miséricorde).

Pourquoi ?

Se souvenir d’une rencontre, d’une parole, d’un conseil, d’un regard, d’un sourire c’est rendre vivant à ceux qui sont présents, c’est faire parvenir un rayon de lumière, celui qui réchauffe ton visage à travers une fenêtre qui donne sur un paysage enneigé.

Se souvenir ce n’est pas lire. Lire sur la vie de ceux qui ont donné leur vie à Dieu c’est une grande chose, mais se souvenir de celui qui, aux yeux de tous, a déployé dans le monde des vivants le Livre de Dieu, les vertus prophétiques pour les rendre humainement accessibles, voilà ce qui justifie nos commémorations, années après années, se remémorer.

Voilà une source énorme de reconnaissance. Quelle chance d’avoir côtoyé celui qui a donné sa vie à Dieu, quelle chance de côtoyer celles et ceux qui l’ont côtoyé !…

Une énergie blanche…

Oui il était une énergie blanche…

Nous sommes dans l’ère de l’énergie verte et de l’énergie bleue soucieuses de notre planète, de l’environnement que nous léguons aux générations à venir, dans l’ère de la prise de conscience de plus en plus généralisée d’appartenir à un ensemble, un maillon à travers l’histoire responsable de ce que nous laissons derrière nous, une planète respirable, aux ressources exploitables avec respect afin qu’elles restent réutilisables.

A cet axe horizontal primordial auquel Abdessalam Yassine (paix à son âme) n’a épargné aucun effort, il a ajouté l’axe vertical. A quoi bon ton sacrifice pour l’humanité, pour cette terre, pour l’histoire si ton histoire personnelle après la mort est négligée voire gaspillée. Tu investis pour ce monde et tu pollues ta vie Dernière. Tu détruis ta demeure finale de tes propres mains en investissant ton énergie actuelle dans l’ignorance de la vie dernière. C’est à cela que l’imam Abdessalam Yassine a consacré chaque instant de sa vie. Son inquiétude pour toi et toi seul se lisait dans ses yeux avides de te connaître lors de sa rencontre.

Il chassait l’insouciance dans sa vie et dans celle de ceux qui souhaitaient suivre son chemin.

Un jour, alors que se trouvaient des douceurs sucrées sur la table, il a demandé aux personnes présentes avec quelle intention manger ces douceurs. Après avoir écouté les réponses, il leur dit : “je les mange parce que le Prophète (paix sur lui) aimait les douceurs sucrées”.

C’est ainsi qu’il transformait chaque moment de la vie en un moment d’adoration, en une occasion d’être pour Dieu, un pont avec la vie Dernière, un lien avec le modèle vivant prophétique.

Puisse Dieu nous accorder le privilège de suivre ses pas et de connaître le bonheur ultime d’être avec Lui et avec ceux qu’Il aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page