Oum Soulaym : femme de cœur et d’esprit

6
5171

Roumayssa fille de Milhan, alias Oum Soulaym, fait partie de ces femmes pieuses qui sont des modèles pour les femmes musulmanes d’aujourd’hui. Elle est un modèle par son indépendance d’esprit, son sens du devoir et de l’engagement, sa patience, sa droiture, sa générosité, sa pudeur bien placée,…et bien d’autres qualités. Des qualités qui sont universelles et valorisées à toutes les époques dont la notre. Essayons ici par quelques récits de faire un peu mieux connaissance avec cette croyante contemporaine du Prophète Mohammed, paix et bénédiction de Dieu sur lui.

 

Oum Soulaym fait partie des femmes auxquelles le Prophète a annoncé de leur vivant la bonne nouvelle de l’entrée au Paradis. Elle était une femme appréciée par le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui. D’ailleurs, lorsqu’il passait près de sa demeure, il entrait pour la saluer. Il avait même l’habitude d’entrer chez elle et de dormir sur sa couche lorsqu’elle n’était pas là.

Lors de son mariage avec Abou Talha, Oum Soulaym, ne souhaitant que la vie dernière, lui demanda sa conversion à l’Islam en guise de dot. Celui-ci était le plus grand propriétaire de palmiers de Médine à l’époque. Tandis qu’il était un homme riche, elle préféra aux biens matériels ce qui la rapprocherait de Dieu, à savoir l’Islam. Abou Talha se convertit à l’Islam, épousa Oum Soulaym, devint un proche compagnon du Prophète et se distingua par son courage au combat dans la voie de Dieu.

Un épisode de la vie d’Oum Soulaym montre particulièrement sa grande patience et sa confiance en Dieu. Un de ses fils mourut suite à une maladie. Abou Talha, son époux, était sorti. Elle demanda à son entourage de ne pas lui parler de cet évènement jusqu’à ce qu’elle lui annonce elle-même la nouvelle. Lorsqu’il rentra chez elle, elle lui apporta son dîner, il but et mangea. Pendant ce temps; Oum Soulaym se para de ses plus beaux atours. Son mari et elle eurent alors une relation intime jusqu’à ce qu’il soit satisfait. C’est alors qu’elle lui annonça la mort de leur fils d’une façon très pédagogique. Elle lui dit : « Si quelqu’un prête un objet à une autre personne et qu’après un certain temps il en demande la restitution, peut-il refuser de le lui remettre ? » Abou Talha répondit : « Non, ce ne serait pas juste, il doit le remettre à son propriétaire. » Elle lui répondit aussitôt : « Ô Abou Talha, ton fils n’est qu’un dépôt de la part de Dieu et Il l’a reprit. ». Celui-ci, fâché que son épouse ait attendu tout ce temps pour le lui annoncer, alla voir le Prophète et lui raconta ce qu’il s’était passé. Le Prophète s’exclama : « Que Dieu bénisse pour vous deux cette nuit ! »[1], approuvant ainsi la manière dont Oum Soulaym a procédé. 

L’endurance de cette femme pieuse se traduit aussi dans ses participations aux batailles menées par le Prophète et ses compagnons. Citons à titre d’exemple la bataille de Khaybar où Oum Soulaym ainsi que d’autres femmes médinoises allaient soigner les blessés et apportaient de l’eau aux combattants musulmans sur le champ de bataille. Cet engagement de la femme, au côté de l’homme dans la vie de la société, est un droit et un devoir qui a été bafoué au fil des siècles.

Citons une dernière anecdote sur cette femme hors du commun. Un jour, Oum Soulaym vint voir le Prophète et lui demanda : « Envoyé de Dieu, Dieu n’a pas honte de la vérité ; la femme doit-elle faire la grande ablution après avoir fait un rêve érotique ? » Ce à quoi il répondit : « Si elle a eu des sécrétions ». [2]La pudeur dont font preuve les musulmans et les musulmanes entre eux ne l’a pas empêchée de rechercher la science, surtout sur un sujet qui est des plus intimes.

Ce portrait n’est pas exhaustif, mais reflète par ces quelques récits, quelle grande personnalité elle était. Puissions-nous nous inspirer de la haute moralité de cette femme pieuse !

 


[1] Rapporté par Boukhari et Muslim

[2] Rapporté par Boukhari et Muslim

 

6 Commentaires

  1. SALAM ALAIKOUM,
    Merci pour le portrait de cette femme exemplaire.
    Je me posais une question au sujet d’Anas: il est entré au service du Prophète(saws) à l’age de 10 ans.
    D’après ce portrait de Oum Soulaym, s’il est né au début de l’hégire, il serait resté très peu de temps au service du Prophète.
    ma question est donc: combien de temps est il resté au service du Prophète?

    Merci.

  2. Salam alaykoum,

    Anas ibn Malik est effectivement entré au service du prophète (saws) à l’âge de 10 ans et il l’a servi pendant 10 ans, jusqu’à au décès du prophète (saws).
    Anas est mort en l’an 93h.

  3. Assalamou `alaykoum

    L’article contient une erreur, l’enfant dont Oum Soulaym tomba enceinte suite au récit relaté n’est pas Anas.

    Anas, lui, est né d’un précédent mariage et avait 10 ans lors de l’Hégire, comme le dit bien khalid.

    Wallahou a`lam

  4. Salam alaykoum,

    Othman a raison, l’enfant née suite à cette nuit s’appelle Abd Allah et c’est d’ailleurs Anas qui l’a porté à sa naissance au prophète (saws) qui lui a choisi ce prénom.

  5. salamo 3alaykom c’est une belle leçon merci beaucoup … je vais repondre à votre question :combien de temps est il resté au service du Prophète? sayidona ANAS est resté au service du prophéte MOHAMMED (saw) dix ans selon les paroles dANAS .j’espère que vous soiyez satisfait par ma reponse merci.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.