Tellement tentant de s’isoler !

La vie est un parcours du combattant, les choses ne sont pas toujours faciles et aisées. Tellement de choses échappent à nos cœurs et à notre raison. La vie est faite de grands et de petits bonheurs mais aussi de petits bobos et de grandes douleurs.

Dans le brouhaha incessant que nous offre notre société, dans les images douloureuses qui nous viennent du monde et dans le chaos inquiétant de notre époque et de notre temps, il serait tellement tentant de s’isoler !

Qui n’a pas rêvé lors des moments difficiles de s’enfuir sur une île déserte, au calme , n’ayant pour paysage qu’une mer turquoise à perte de vue et n’ayant comme bruit que celui des vagues et des battements de son cœur ?

S’isoler, ne plus travailler en groupe, ne plus entrer en conflit, ne plus stresser, ne plus débattre, ne plus «  se battre » devient parfois si tentant. Beaucoup de personnes préfèrent, même si elles ne peuvent s’isoler complètement, éviter de côtoyer trop de monde, ne pas s’engager pour les bonnes causes, ne pas défendre leurs opinions et intimes convictions…

Le croyant, s’il lui est demandé de préserver son temps et ses relations sociales, ne peut s’isoler et ainsi échapper à la mission qui est la sienne : « vivre en communauté et transmettre le message » !

Il est parfois complexe de travailler en groupe, de cheminer, de transmettre la « bonne parole », de vivre avec les autres… Il est tentant de déposer les armes, tentant d’abandonner, tentant de fermer la porte et de ne plus s’engager pour rester au calme chez soi, ne pas œuvrer pour soi à travers les autres, pour que notre ego ne soit plus malmené, notre bien-être secoué.

Vivre auprès des autres et s’engager pour les bonnes causes, c’est parfois comme être sur un ring de boxe, on se prend des coups et parfois on en donne sans le vouloir…

Pourtant, il nous faut prendre conscience que l’on ne peut accepter de s’élever sans recevoir des coups et des leçons. On ne peut atteindre la perfection, l’excellence sans quelques sacrifices et souffrances.

Grandir ne peut se faire qu’auprès des autres, s’améliorer ne peut se faire qu’au contact de nos pairs parce que ce sera ma relation aux autres qui m’apprendra plus sur moi et sur ce que je suis ! Ma relation aux autres m’aidera à découvrir mes défauts, mes faiblesses et manquements.

C’est tentant de s’isoler mais à y réfléchir, c’est auprès des autres sur le ring de boxe que l’on devient meilleur, que l’on prend conscience de ce qui doit être travaillé et changé en soi, c’est auprès des autres que l’on prend conscience que l’on est imparfait, impatient !

C’est ainsi que l’on parfait son caractère et que nous nourrissons nos cœurs. Si l’on veut se purifier, il faut accepter les coups, telle la pierre qui ne se polit qu’après avoir été malmenée des centaines de fois.

3 commentaires

  1. Paix à vous Khadija.
    Pensez vous qu’il n’y a qu’au contact de ses coreligionnaires que l’on puisse se parfaire, que l’on puisse confronter son altérité, que l’on puisse apprendre de soi, apprendre de l’autre, acquérir de l’humilité par exemple ?
    Pensez vous que ce processus ne peut s’exercer qu’entre « nous » ou pensez-vous qu’il est aussi possible de l’observer lors d’une confrontation (pacifique évidemment) régulière avec l' »Autre », l’alterconfessionel ?

  2. Paix à vous également

    Sans aucun doute, je pense que l’on peut acquérir l’humilité, apprendre sur soi et sur l’autre au contact de tout le monde. Je pense même que l’on apprend au contact des animaux, des végétaux et de tout ce qui est autour de nous. Toutes ces choses qui nous amènent à nous poser des questions, à nous remettre en question….

    Je pense sincèrement que l’on apprend mieux sur soi et que l’on s’éduque au contact des personnes qui justement ne pensent pas comme nous, vivent une foi différente de la nôtre… Parce que la richesse est à aussi dans ces rencontres-là : la rencontre de deux âmes venant d’un même créateur…

  3. Paix à vous Mme Khadija.
    Merci pour votre réponse.
    Je suis d’accord avec vous.
    Je vais profiter de ce propos pour digresser volontairement quelque peu.
    L’isolement communautaire, l' »entre soi » confessionnel est à mon avis un grand piège dont il faut se prémunir, et ce, à plusieurs titres.
    Tout d’abord, en cédant à la tentation communautariste, on viendrait confirmer factuellement une fausse allégation de départ qui prétend que le « Musulman » (je déteste ce mot qui vide entièrement le sens initial d’où il provient « Mouslim » en Arabe qui signifie, entre autres, « Divino-soumis » ) serait un segregationniste en puissance ne voulant vivre qu’avec ses semblables, l’autre n’étant pas assez qualifié à ses yeux pour mériter sa fréquentation et sa considération.
    D’autre part, cet isolement, blâmable à mes yeux, empêche d’appréhender précisément l’endroit où se situe l’autre, et constitue, à cet effet, un obstacle supplémentaire posé sur son chemin d’accès à son droit le plus stricte de connaître Dieu.
    Lui aussi y a droit.
    Dieu Sait Mieux.
    Personnellement, j’ai découvert, contrairement à ce qu’une certaine vision dislocatrice et surpartisane (segregationniste osons le mot) prétendait, que Jésus, Paix à Lui, était cité dans le Coran (encore une transliteration maladroite et vidée de sa substance sémantique arabe originelle, « Qur’an », qui signifie, entre autres, « Lecture » ou « Récitation »).
    Beaucoup ignorent aussi que Vierge Marie, Paix à Elle, Meilleure des femmes de l’Univers, Dieu Sait Mieux, voit son nom être donné à un chapitre entier du Coran qui ne relate son histoire, ses vertus et son exemplarité dans le culte qu’elle vouait à Notre Seigneur, Exalté et Glorifié Soit Son Nom.
    Beaucoup pensent que chacune des Grandes Religions Monothéistes ne relèvent que d’un seul Prophète exclusif (Peut on parler de Prophétisme blasphématoire?) qui serait en concurrence avec tous les autres (Que Dieu nous Préserve d’une telle vision à vomir de toute urgence! ).
    Ainsi, plutôt que Judaïsme, Christianisme et Islam, beaucoup ne se représentent celles-ci que comme du Moisisme, du Jesusisme et du Mohametisme, Paix et Salut à Eux Tous, Frères en Dieu Le Très Haut.
    Grâce à La Révélation et à Sa traduction humaine par la « Sounnah » de Mohamed Fils d’Abdallah, Paix et Salut à Lui, nous savons qu’il n’en n’est rien !
    Le Chrétien a peur de trahir Jésus, Paix à Lui, ou de trahir Marie, Paix à Elle, en témoignant de l’ultimite prophétique de Mohamed, Paix et Salut à Lui.
    Il se trompe !
    Il faut absolument que l’on se parle, parce qu’on détient des informations que l’autre n’a pas.
    De mon point de vue, garder ça pour soi, au delà de relever de l’avarice sans nom, est Criminel !
    Je n’ai pas peur de le dire, cela constitue à mes yeux, Le Plus Grand Crime contre l’Humanité jamais perpétré.
    Dieu Sait Mieux.
    On parle ici d’enjeux supra vitalo-terrestres!
    Le repli sur soi n’est bon pour personne et ne fait que témoigner contre nous mêmes.
    Soit on témoigne devant l’humanité, soit c’est elle qui témoignera devant nous !
    Que Dieu nous en Préserve !
    Dieu Sait Mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer