Se consacrer au Coran

0
1171

Le mois du Ramadan est le mois du Coran. Le Prophète lui-même, paix et bénédiction sur lui, rencontrait l’ange Gabriel, sur lui la paix, chaque nuit du Ramadan pour le lui réciter [1]. Le jeûne et le Coran ont de ce fait un lien particulier. Ils s’accompagnent l’un  l’autre, si bien qu’ensemble ils intercèderont pour les croyants au Jour du Jugement.

« Le jeûne dira : « Seigneur, je l’ai éloigné de la nourriture et de la boisson, permets-moi d’intercéder pour lui. » Et le Coran dira : « Je l’ai empêché de dormir la nuit, permets-moi d’intercéder pour lui. ». On leur permettra ainsi d’intercéder.»[2]. A l’image du Prophète, paix et salut sur lui, nous devons donc profiter de ce mois béni pour intensifier notre relation avec le Coran. Cette relation passe notamment par sa lecture, sa méditation et son apprentissage.

La lecture du Coran recèle des récompenses innombrables.Selon le compagnon Ibn Mas’ùd, que Dieu l’agrée, le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, a dit: « Celui qui lit une seule lettre du Coran s’inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que «Alif-Lam-Mim» est une lettre, mais Alif est une lettre, Lam est une lettre et Mim est une lettre » [3].Les compagnons comme les pieux prédécesseurs multipliaient les lectures du Coran durant ce mois béni. Par exemple, le compagnonQuatada Ibn al-Nu’man, qui lisait habituellement le Coran en sept nuits, le lisait pendant Ramadan en seulement trois nuits, et même entièrement chaque nuit au cours des dix dernières nuits du mois.[4]. De même, selon Rabi’ ibn Souayman, l’Imam al-Chafi’i lisait le Coran entièrement soixante fois durant Ramadan, soit deux fois par jour ! [5].

Que celles et ceux qui peinent à le lire ne désespèrent pas pour autant. «Celui qui lit assidûment le Coran et qui excelle dans sa lecture, sera avec les nobles Anges-Messagers qui ne font qu’obéir à leur Seigneur. Celui qui lit péniblement le Coran et en hésitant dans sa lecture aura quand-même deux salaires: une joie dans ce monde et une joie dans l’autre» [6].

Notre relation avec la Parole de Dieu passe également par la méditation de ses versets. « Voici un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent ! » [7].Méditer les versets du Coran est, selon les mots d’Ibn al-Qayyîm, un moyen de connaître le Seigneur vers Qui nous sommes appelés, la voie qui mène à Lui, et la félicité qui nous attend en accédant auprès de Lui. [8]. 

De plus, donner du sens à la Parole de Dieu, à la lumière de notre état sublimé par ce mois béni du Ramadan, va offrir une nouvelle vigueur à notre cœur et notre esprit. « S’il y avait un Coran à mettre les montagnes en marche, à fendre la terre ou à faire parler les morts (ce serait celui-ci) » [9].

Enfin, la relation intime qui lie le croyant avec le Coran passe également par son apprentissage. « Celui qui n’a rien du Coran dans sa poitrine est comme une maison en ruine » [10] tandis que « le meilleur d’entre vous est celui qui a appris le Coran et l’a enseigné aux autres » [11].  De même, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Ô Abou Dharr ! Sache qu’apprendre un verset du Coran est meilleur pour toi que de prier cent unités de prière » [12]. Alors révisons les passages que nous connaissons « car, par Celui qui tient l’âme de Mohammad dans Sa main, il est plus fugace que les chameaux qui ont rompu leurs attaches » [13]. Et profitons des bienfaits du Ramadan et de la lumière divine qui irradie nos cœurs pour y faire entrer de nouveaux passages. Il n’est jamais trop tard pour cela. D’après Abû Hurayrah : « Le Coran appris dans la prime jeunesse se mêle avec la chaire et le sang. S’il est appris à l’âge adulte, qu’il refuse de se laisser assimiler et qu’on y persévère, on en recevra une double rétribution. »

Vous l’avez compris, le Coran doit être notre fidèle compagnon durant tout ce mois béni. Il doit occuper la plupart de notre temps libre, de jour comme de nuit. Pour y parvenir, nous avons intérêt à fréquenter celles et ceux qui sont attachés au Coran, et les meilleurs d’entre nous qui portent la Parole de Dieu dans leur cœur. Emprunter ce chemin est la garantie de baigner dans les bienfaits de Notre Seigneur. « Celui qui se préoccupe de la lecture du Coran et de Ma mention à tel point que cela le détourne de Me demander ce à quoi il aspire, Je lui donnerai la meilleure chose que J’accorde aux demandeurs. » [14].

————————————

[1] Rapporté par Boukhari.

[2] Rapporté par Mouslim.

[3] Rapporté par At-Tirmidhi.

[4] As-Siyar a’lam an-Nubala de l’Imam Adh-Dhahabi, 5/276.

[5] As-Siyar a’lam an-Nubala, 10/36.

[6] Unanimement reconnu authentique.

[7] Sourate 38 – verset 29.

[8] Kitâb « Madâradj as-Sâlikîn », 2/34-36.

[9] Sourate 13 – Verset 31.

[10] Rapporté par At-Tirmidhî.

[11] Rapporté par Al Boukhari.

[12] Rapporté par Ibn Mâja.

[13] Unanimement reconnu authentique.

[14] Hadith Qudsy, Rapporté At-Thirmidhi.

 

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.