J’atteste que les Hommes sont frères…

0
808

En invoquant Son Seigneur après la prière, le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) disait :

« Seigneur Dieu Maître de toute chose et Souverain de toute chose,  j’atteste que Tu es le Seigneur seul et sans associé »

« Seigneur Dieu Maître de toute chose et Souverain de toute chose,  j’atteste que Mohammad est Ton adorateur ainsi que Ton Messager »

« Seigneur Dieu Maître de toute chose et Souverain de Toute chose, j’atteste que les Hommes sont frères »  (1)

Ainsi parla le Prophète (paix et salut sur lui) pour enraciner le principe de  la fraternité universelle entre les Hommes au plus profond de la conscience musulmane. Proclamer sa foi en Dieu et en Son Messager implique de reconnaître que  tous les Hommes sont frères et sœurs.

Quel magnifique enseignement qui nous trace une voie claire et exigeante !

Ainsi notre fidélité réelle à Dieu et à Son Messager se développera et deviendra parfaite dans la mesure où augmentera et s’approfondira en nous la conscience aiguë du lien fraternel qui nous lie à l’humanité. Quand  cette conscience devient un authentique état intérieur, elle révèle la croyance parfaite aimée de Dieu et de Son Messager: «  Aucun d’entre vous ne peut prétendre à la plénitude de la Foi, jusqu’à ce qu’il aime pour son frère, ce qu’il aime pour lui-même » (2) 

Une foi en Dieu bien vécue et bien entretenue par l’agir éducatif et le cheminement spirituel nous  élève dans l’exigence de porter le souci d’autrui dans notre pratique sociale  «  Et aime pour les Hommes ce que tu aimes pour toi-même, tu seras véritablement Musulman » (3)

Rien d’étonnant car cet élan fraternel universel auquel invite la foi en Dieu bien comprise et bien vécue, découle de la conception de l’Homme en islam qui stipule que l’être humain est une valeur suprême. L’Homme individuel, chaque homme et chaque femme sont porteurs de sens et investis d’une dignité que même leur refus de reconnaître Dieu ne leur enlève pas.

Cette foi nourrie et entretenue fait naître chez le fidèle le devoir de traiter les hommes non seulement avec équité mais avec amour et bonté et les égards dus à une créature digne de naissance et d’essence.

Dieu magnifié soit Son Nom nous enseigne « Nous avons honoré les fils d’Adam ».

Ainsi l’absolu qui fonde nos valeurs ne tolère pas que la dignité humaine soit relativisée, c’est-à-dire trahie.

(1) Rapporté par Ahmed

(2) Rapporté par Al Bukhari et Muslim 

(3) Rapporté par Ahmed-Tirmidhi..

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.