Se maîtriser face à l’oubli

0
197

Un des innombrables bienfaits de Dieu sur l’être humain est sa capacité, au fil du temps, à oublier les détails des événements passés. Imaginons un instant une personne qui vit en permanence avec les souvenirs détaillés d’un événement très douloureux, elle sera tourmentée en permanence par ces souvenirs. Elle sera incapable d’assumer son présent et prendre en main son avenir. Dans ce cas précis, oublier est un bienfait de Dieu qui permet à la personne de renforcer sa résilience et de se reconstruire en relativisant l’expérience douloureuse.

Après avoir invité les croyants à concourir pour Son pardon et Son paradis, Dieu rassure en affirmant ceci : « Nul malheur n’atteint la terre ni vos personnes, qui ne soit enregistré dans un Livre avant que Nous ne l’ayons créé ; et cela est certes facile à Dieu, afin que vous ne vous tourmentiez pas au sujet de ce qui vous a échappé, ni n’exultiez pour ce qu’Il vous a donné. Et Dieu n’aime point tout présomptueux plein de gloriole. »[1]

Cependant, si l’oubli est louable pour que la vie continue et que les affaires des gens ne soient pas retardées, il y a un autre type d’oubli fatal pour l’individu et pour les sociétés. C’est l’oubli de Dieu et de Sa rencontre. Pour l’individu, l’oubli de Dieu peut ruiner sa Vie dernière. Dieu dit : « Et les gens du Feu crieront aux gens du Paradis : « Déversez sur nous de l’eau, ou de ce que Dieu vous a attribué. » Ils répondront : Dieu les a interdits aux mécréants. Ceux-ci prenaient leur religion comme distraction et jeu, et la vie d’ici-bas les trompait. Aujourd’hui, Nous les oublierons comme ils ont oublié la rencontre de leur jour que voici, et parce qu’ils reniaient Nos enseignements. »[2]

La mission principale des prophètes et des messagers de Dieu était de rappeler Dieu à leurs peuples et les alerter contre l’oubli destructeur. Les peuples qui ont récusé le rappel de Dieu et se sont donnés à l’oubli, n’avaient aucun moyen pour échapper au châtiment de Dieu ici-bas avant le jour dernier. Dieu dit : « Puis, lorsqu’ils (les peuples précédents) eurent oublié ce qu’on leur avait rappelé, Nous leur ouvrîmes les portes donnant sur toute chose (l’abondance) ; et lorsqu’ils eurent exulté de joie en raison de ce qui leur avait été donné, Nous les saisîmes soudain, et les voilà désespérés. Ainsi fut exterminé le dernier reste de ces injustes. Et louange à Dieu, Seigneur de l’Univers !»[3]

Quels sont les signes de cet oubli ?

Les Hommes de Dieu ont mentionné trois signes qui révèlent une négligence de sa Vie dernière et un état d’oubli destructeur :

a)    Délaisser les Frères en Dieu qui apportent soutien et protection spirituels

Dieu dit : « Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d’eux, en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. »[4]

Les frères et sœurs en Dieu sont un refuge contre les diables (Djinns et humains) qui guettent la moindre occasion pour éloigner les serviteurs du rappel de Dieu. Un frère ou une sœur en Dieu est une perle rare à notre époque. Sa compagnie dans cette vie est une bénédiction qui rappelle Dieu et le jour Dernier ; tandis que les membres de sa propre famille de sang le fuient ; le frère ou la sœur en Dieu fait l’exception en se proposant d’intercéder en faveur de son frère auprès de Dieu. Abou Saïd AlKhodari (Que Dieu l’agrée) rapporte que le Messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Le jour dernier, quand les croyants s’assurent qu’ils ont dépassé le feu de l’enfer, ils réclament auprès de Dieu avec insistance, l’intercession pour leurs frères en Dieu qui ont mérité le feu. Ils disent alors : nos frères ont prié avec nous, ont jeûné avec nous et ont fait le pèlerinage avec nous, Dieu Seigneur, ils sont en enfer ! Dieu répond : Partez et sortez ceux que vous connaissez du feu ! »[5]

b)    Délaisser la mosquée et la prière en groupe

Selon Abou Darda (Que Dieu l’agrée), le messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Si trois ou plus d’individus délaissent la prière en groupe là où ils résident, alors ils sont certainement sous l’emprise du diable. Protégez-vous donc, en étant avec le groupe car le loup ne mange que de la brebis éloignée du troupeau. »[6]

La mosquée est la demeure de Dieu. Se rendre souvent à la mosquée et surtout aux heures des prières obligatoires, c’est se mettre sous la protection de Dieu et être parmi les invités de Dieu. Le délaissement de la mosquée est un délaissement de ces grâces divines et une soumission au Diable.

c)     Délaisser le livre de Dieu

La révélation du Coran est la preuve absolue du grand intérêt que Dieu porte à l’égard de Ses serviteurs. Il nous a adressé le Coran comme message individuel et collectif pour notre salut ici-bas et dans la Vie dernière. C’est dans le Coran que l’on trouve le rappel de la mort, du jour du jugement dernier et de la rencontre de Dieu.

S’éloigner du Coran, c’est refuser en quelque sorte la guidance et la lumière de Dieu et s’éloigner du rappel. Dieu dit « Et le Messager dit : « Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! »[7]

Comment s’immuniser contre cet oubli ?

Tout d’abord, il faut une prise de conscience et une remise en question honnête de sa personne. Passer des jours et des jours sans se rendre dans une mosquée ou prier en groupe, passer des jours et des jours sans ouvrir le livre de Dieu sont des états qui doivent m’alerter et me pousser à me ressaisir et reprendre mon devenir en main.

La prise de conscience est l’étape la plus importante. Ensuite, il faut essayer de s’alléger de son fardeau et renouveler son énergie pour remonter la pente. Le messager de Dieu nous a recommandé de multiplier la demande du pardon et la parole embaumée de l’unicité de Dieu. La première permet un nettoyage et la deuxième recharge le cœur de la foi.

En même temps, il faut renouer le lien avec la mosquée, avec la prière à l’heure et en groupe (quand c’est possible) et avec ses frères en Dieu pour s’assurer de la présence d’un berceau de la foi qui veille sur son cheminement.

Et enfin, il reste à entamer une réconciliation avec la parole de Dieu en s’engageant à avoir une part de lecture (si c’est possible) et/ou d’écoute quotidienne.


[1] {Sourate Al-Hadid, V 22-23}.

[2] {Sourate Al-AARAF, V 50-51}.

[3] {Sourate Al-ANAAM, V 44-45}.

[4] {Sourate Al-Kahf, V 28}.

[5] Rapporté dans le livre Musnad de l’Imam Ahmed.

عن أبي سعيد قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

 » إذا خلص المؤمنون من النار يوم القيامة وأمنوا، فما من مجادلة أحدكم لصاحبه في الحق يكون له في الدنيا بأشد مجادلة له من المؤمنين لربهم في إخوانهم الذين أدخلوا النار، قال : يقولون : ربنا إخواننا كانوا يصلون معنا ويصومون معنا ويحجون معنا فأدخلتهم النار، قال : فيقول : اذهبوا فأخرجوا من عرفتم،… » رواه الإمام أحمد في المسند

[6] Rapporté par Abou Dawoud.

عن أبي الدرداء رضي الله عنه قال سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول:  » ما من ثلاثة في قرية ولا بدو لا تقام فيهم الصلاة إلا قد استحوذ عليهم الشيطان فعليكم بالجماعة فإنما يأكل الذنب من الغنم القاصية. »  رواه أبو داود بإسناد حسن

[7] {Sourate Al-Furkane, V 30}.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.