Qu’est-ce que zakat « al-fitr » ? Quand et à qui faut-il la verser ?

Nous arrivons au terme du mois de Ramadan. Le mois suivant est le mois de Chawwal, dont le premier jour correspond à la fête de l’Aïd « al-fitr », appelé aussi « Aïd as-saghir ». Cette fête, l’Aïd « al-fitr », doit être une fête pour tout le monde, riches comme pauvres. C’est l’une des raisons pour lesquelles a été instituée la zakat « al-fitr ».

Qu’est-ce que Zakat « al-fitr » ?

Zakat  « al-fitr » est la zakat dont la cause est liée à la rupture du jeûne de Ramadan. Elle fut instaurée la 2ème année de l’hégire, en même temps que l’obligation du jeûne. Elle est prélevée en fonction des personnes et non pas des biens.

La majorité des savants s’accorde à dire qu’il s’agit d’une prescription obligatoire conformément au hadith d’Ibn Omar, que Dieu l’agrée : « le Prophète, paix et salut sur lui, a prescrit la zakat « al-fitr », un « sa’ » (1) de dattes, ou d’orge pour chaque individu, esclave ou libre, masculin ou féminin parmi les musulmans » (2)

La finalité de zakat « al-fitr » pour le jeûneur est la purification. « La purification de toute parole futile et de tout propos obscène, deux choses dont le jeûneur est rarement à l’abri ; et d’une nourriture pour le nécessiteux afin que tous les musulmans connaissent en ce jour de l’Aïd la joie et le bonheur » (3)

Pour qui est-elle obligatoire ?

Zakat « al-fitr » est obligatoire pour tout musulman homme ou femme, enfant ou adulte, riche ou pauvre. Le musulman doit la payer pour lui-même et pour ceux dont il a la charge. L’épouse peut payer pour elle-même ou bien son mari paie pour elle. Il n’est pas obligatoire de la payer pour le fœtus, bien que ceci soit recommandé par l’Imam Ahmad ibn Hanbal, que Dieu l’agrée.

La majorité pose comme condition le fait de posséder la valeur de la zakat en plus de sa propre subsistance et celle de sa famille, et en plus de ses besoins indispensables.

Le montant de zakat « al-fitr » et sa nature ?

La majorité des savants s’accorde à dire que le montant de la zakat « al-fitr » est de un « sa’ », soit quatre fois le contenu du creux de deux mains, pouvant contenir les aliments les plus consommés en France pendant l’année.

Aussi, il est permis de verser la valeur monétaire du « sa’ », car ceci est plus bénéfique au pauvre et plus pratique de nos jours. On lui laisse le choix d’acheter lui-même ce dont il a réellement besoin au lieu de lui imposer des pâtes, du riz …(4)

La hausse des prix des matières premières ces dernières années en France a poussé les organisations musulmanes à revoir le montant de la zakat « al-fitr ». Il a été retenu que la zakat « al-fitr » est de 7 euros par personne d’un même foyer. Ainsi, le père de famille vivant avec son épouse et ses trois enfants devra payer 5 fois 7 euros, soit 35 euros.

Quand donner zakat « al-fitr » ?

Il est obligatoire de s’acquitter de la zakat « al-fitr » avant la prière de l’Aïd. Il y a unanimité à ce sujet. Le mieux est de la donner le jour de l’Aïd, depuis l’aube jusqu’avant l’accomplissement de la prière, comme l’a recommandé le Prophète, paix et salut sur lui (5)

Quant au fait d’avancer son paiement, il est permis de donner zakat « al-fitr » un ou deux jours avant le jour de l’Aïd (c’est l’avis des malikites). Ou bien de la verser bien avant : à la moitié du mois de Ramadan (pour les hanbalites), au début du mois de Ramadan (pour les shafi’ites) ou encore à partir du début de l’année hégirienne (pour les hanafites).

Cependant, quiconque la donnera après la prière de l’Aïd, ne se sera pas acquitté de la zakat « al-fitr ». Son don ne sera considéré que comme une simple aumône, comme nous l’enseigne le Prophète, paix et salut sur lui : « Celui qui s’en est acquitté avant la Prière, c’est un impôt accepté. Celui qui s’en est acquitté après la prière ce n’est là qu’une aumône comme n’importe quelle autre aumône » (6)

A qui donner zakat « al-fitr » ?

Comme pour la zakat ordinaire, zakat « al-Fitr » peut être donnée aux huit catégories citées dans le verset suivant : « Les Sadaqats ne sont destinées que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l’Islam), l’affranchissement des esclaves, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier de Dieu, et pour le voyageur (en détresse). C’est un décret de Dieu ! Et Dieu est Omniscient et Sage » (7)

Mais la majorité des savants disent qu’il est préférable de ne la donner qu’aux pauvres et nécessiteux. Comme nous l’enseigne le Prophète, paix et salut sur lui : « Zakat « al-fitr » comme purification pour le jeûneur… et comme nourriture pour les pauvres ». En parlant des pauvres le jour de l’Aïd « al-fitr », le Prophète, paix et salut sur lui, nous recommande à travers ces paroles « Epargnez-leur la demande ce jour-là » (8)

Elle peut être versée à des proches démunis, à condition qu’ils ne soient pas légalement à notre charge.

Elle doit être versée dans le pays où elle a été prélevée, sauf s’il n’existe pas de pauvres, il est alors permis de la transférer  vers un autre pays.

Aussi, la zakat « al-fitr » ne peut pas être versée aux personnes exclues de la zakat « al-mal »  comme l’apostat, le riche, le débauché mettant au défit les musulmans.

Source : Simplification des règles des actes cultuels, de Cheikh Fayçal Mawlawi

(1)    Le « sa’ » vaut quatre fois le contenu du creux de deux mains d’un homme de corpulence moyenne

(2)    Rapporté par la majorité, c’est l’avis des quatre imams

(3)    Rapporté par Abou Daoud et al Hakim

(4)    Ceci est l’avis des hanafites, aussi celui de Omar ibn ‘Abdel Aziz et Al Hassan al-Bassri. Et c’est l’avis le plus adapté pour les musulmans d’Europe

(5)    D’après Abdallah Ibn Omar, le Prophète (paix et salut sur lui) a imposé l’aumône de la rupture du jeûne un sa’ de dattes, ou un sa’ d’orge pour le serviteur et l’homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeunes parmi les musulmans. et il a ordonné qu’elle soit donnée avant la sortie des gens pour la prière. (Rapporté par Boukhari)

(6)    Rapporté par Abou Dawoud

(7)    Sourate le Repentir, verset 60

(8)    Rapporté par Bayhaqui et Darakoutni selon Ibn Omar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer