Ce petit invité qui frappe à ta porte…

0
936

Il était une fois, une croyante et un croyant, qui s’unirent pour Dieu… De la tendresse, quelques tumultes, de la joie, des épreuves, de l’amour en Dieu, des déceptions, un épanouissement spirituel, du bonheur, puis, soudain… : « toc, toc, toc !? ».

Un invité frappe à la porte. Qu’il soit une réelle surprise ou qu’il soit attendu, qu’il soit inespéré ou impromptu. Il vient tendrement s’incruster au sein des couples, et chambouler leurs petites habitudes pour réclamer toute l’attention et un brin d’amour.

Ce précieux invité ? C’est ce petit être si innocent, si pure, si angélique dont Dieu a comblé certains couples.

L’arrivée d’un nouveau-né : un bienfait pour tout croyant mais il s’agit sans compter d’une grande responsabilité.

La Vie est un miracle de Dieu. Les stades de la grossesse, le développement de l’enfant, et ces neuf mois de vie dans le ventre de sa mère restent fascinants et extraordinaires pour celui qui médite. L’accouchement, la fragilité des premiers jours et semaines de vie de ce petit être nous rappelle que seul Dieu veille et préserve chaque âme.

Les étapes de la vie de l’enfant, son apprentissage, l’apparition de sa personnalité et de ses traits de caractères jusqu’à son émancipation, nous permettent de prendre conscience que le temps passent vite, et que les enfants, eux, n’attendent pas pour grandir.

Lorsque Dieu confie cette magnifique amana (dépôt) aux couples, Il attend ainsi de Ses serviteurs qu’ils s’efforcent de recevoir cet invité de la plus belle des façons, de le choyer, de le traiter avec amour et bienveillance, et de sacrifier ses propres intérêts pour lui, pour son épanouissement, son éducation, et son bien-être.

Dieu – Exalté soit-Il – nous dit ainsi : « Vos biens et vos enfants sont une épreuve pour vous; mais auprès de Dieu se trouve une énorme récompense. » (1)

En retour, Dieu promet joie et affection auprès de cet enfant, Ici-Bas, mais surtout une grande récompense dans la Vie Dernière.

En effet, Il – exalté soit-Il – dit : « Les richesses et les enfants sont la parure de la vie de ce monde, mais les bonnes actions impérissables recevront une récompense meilleure auprès de ton Seigneur et elles suscitent un meilleur espoir. » (2)

Tout enfant nait avec sa prime-nature (Fitra), intacte. L’enjeu est ainsi de la préserver en l’éloignant du mal et de la perversion. La bonne éducation, l’Amour, l’écoute, la bienveillance, l’éveil à la conscience de Dieu, le bon exemple, sont autant de choses qui permettront à l’enfant de l’aider dans l’obéissance à Dieu et dans son cheminement spirituel. C’est un droit qui appartient à l’enfant et qui incombe à tous les parents. Le Prophète, paix et salut sur lui, nous enseigne : « Un parent ne peut rien léguer de mieux à son enfant qu’une bonne éducation. » (3)

L’arrivée d’un enfant est une bénédiction à tous les niveaux. Ne s’en rendent compte que ceux qui prennent le temps d’y méditer. Cette bénédiction peut se manifester ici-bas (à travers les biens, l’argent, mais aussi le bonheur, les facilités, l’amour…) et/ou dans la Vie Dernière, et quelle plus belle bénédiction ? Abû Hurayra, que Dieu l’agrée, nous rapporte que le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « On élèvera le rang du serviteur pieux au paradis et il dira : Ô Seigneur, comment pourrais-je avoir cela ? On lui dira : grâce à la demande de pardon de ton enfant pour toi. » (4)

C’est ainsi un encouragement pour toutes les femmes et les hommes qui ont peur ou qui ne se sentent pas prêts de s’engager dans l’aventure de la parentalité et c’est un encouragement également pour ceux qui ont déjà accueillis ce précieux invité mais qui se sont vus accaparés par des difficultés et des épreuves (enfant malade, rythme difficile, difficultés financières, …).

L’enfant est un don de Dieu. C’est Dieu – Exalté soit Il –  qui donne la Vie. Ce n’est que par Son Décret qu’Il a honoré certains de Ses Serviteurs du don d’un enfant.

Et lorsque Dieu par Sa Grande Sagesse et Son Omniscience prive une croyante et un croyant de la naissance d’un enfant, c’est également un bienfait. Même s’il est difficile de le voir comme tel.

Le désir ardent d’enfanter et d’agrandir la famille est un sentiment humain, une miséricorde qui provient de l’amour qui émane du couple, et il arrive qu’on ne parvienne pas à détecter et comprendre ce que Dieu – Exalté soit-Il – souhaite pour nous à travers cette privation.

Dans cette épreuve, il en va du croyant d’être persuadé que Dieu ne veut que le bien et qu’Il est le Seigneur de l’Invisible et du Visible. Il connait nos cœurs et nos personnes mieux que nous-mêmes. Il sait ainsi où se situe réellement ce qui est bon pour nous.

L’apaisement s’installera ainsi petit à petit dans le cœur, laissant place à la confiance en Dieu et la patience. L’équilibre réside entre le fait d’accepter le décret de Dieu, et croire en Sa Toute Puissance et au pouvoir des invocations (douaas).

Quel que soit notre situation, nous devons nous rappeler que nous sommes nous aussi un don de Dieu offert à nos parents. Ils ont reçu aussi entre les mains cette amana (dépôt) qu’ils ont essayé d’honorer à leur niveau et selon leur capacité en transmettant ce qui leur semblait important.

Les enfants représentent l’avenir de la communauté (Oumma), chacun d’entre eux a une valeur précieuse aux yeux de Dieu qui a dit dans Son Livre : « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent ». (5)

Ainsi, nous demandons à Dieu qu’Il préserve la fitra de nos enfants. Qu’Il nous permette de leur transmettre les bagages nécessaires à leur passage dans cette vie.

Nous demandons à Dieu qu’Il accorde à chacun d’entre nous une descendance pieuse et active dans la société et qui soit pour nous une lumière au jour du Jugement.

Qu’Il nous permette d’être reconnaissant dans ce qu’Il nous a accordé mais également dans ce qu’Il nous a privé car c’est Lui le Généreux, L’Omniscient, Le Pourvoyeur, Le Sage par excellence.

« Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux » (6)

(1)     Coran : Sourate 64, Verset 15

(2)     Coran : Sourate 18, Verset 46

(3)     Hadith rapporté par Boukhari

(4)     Hadith rapporté par l’imam Ahmad, Musnad el Bazzar et Tabarani dans son livre « ad douas »

(5)     Coran : Sourate 51, Verset 56

(6)     Coran : Sourate 25, Verset 74

 

1 commentaire

  1. Salam aleykoum

    que Dieu exalté soit Il accorde une descendance pieuse à tout couple désireux d’avoir ce petit invité surprise, un jour…

    Gardez la foi, gardez l’espoir. Rien n’est impossible à qui croit en Dieu 🙂

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.