All for Joomla All for Webmasters
vendredi 18 janvier 2019

«Mon fils est monté sur mon dos me prenant pour sa monture»

Une fois, le Prophète, paix et salut sur lui, arriva à la Prière du « ‘Icha » en portant ses deux petits-fils al-Hassan et al-Housseïn. L’un des deux enfants monta sur son dos alors qu’il était en prosternation. Le Prophète, paix et salut sur lui, resta longtemps dans cette position jusqu’à ce que l’enfant descendît de lui-même. A la fin de la Prière, les gens lui dirent : « Ô Messager de Dieu ! Tu t’es prosterné si longtemps qu’on a cru qu’il t’était arrivé quelque chose ou que tu recevais la Révélation ! » Il dit : « Il n’en est rien. Mon fils est monté sur mon dos me prenant pour sa monture et je n’ai pas voulu le faire descendre jusqu’à ce qu’il en ait eu assez.»[1]

Mes histoires des Prophètes

Dès le 1er verset évoquant le Ramadan : « O vous qui avez la foi, vous a été prescrit le jeûne, comme il a été prescrit à vos prédécesseurs, peut-être atteindrez-vous la piété »[1]Dieu nous l’inscrit dans une continuité historique, dans une tradition spirituelle héritée des gens de foi. Cela nous ramène à ce précepte connu que l’histoire se répète et que le vécu des ancêtres, les conséquences de leurs choix devraient éclairer les nôtres. Les générations ne sont pas isolées, mais interdépendantes. Pour illustrer cela, nous allons revenir rapidement sur l’histoire coranique des Prophètes, que la paix soit sur eux.

Le bienfait de remercier

Merci. Un mot simple mais qui charrie derrière lui une multitude de notions toutes aussi importantes les unes que les autres. Un mot qui...

Une loyauté sans pareil

Notre bien-aimé Prophète (Paix et salut sur lui) rayonne au sein de l’humanité de tous les éclats de son noble caractère et de son exemplarité devant tous les hommes. Son auguste personne ne cesse d’être source d’inspiration pour toute âme qui aspire à la proximité de Dieu, se prépare à Sa rencontre et agit en conséquence pour la vie dernière.

Multiplier les prières

Le mois de Ramadan est assurément un mois de prières. La plupart des croyants voient leur nombre de prières augmenter durant ce mois béni. La prière de « Tarawih » figure ainsi parmi les temps forts des journées de Ramadan et permettent de remplir les mosquées du monde entier. Même celles et ceux qui manquent d’assiduité durant l’année trouvent la force de prier quotidiennement durant Ramadan. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir certains se lancer pour de bon au cours de ce mois !

Compassion envers les faibles

Dieu, Le Compatissant, résume pour nous  dans le Coran, l’essence spirituelle de la mission  prophétique en ces termes : « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour les mondes » (1).

La lumière du Coran et le lien avec le Créateur des Cieux et de la Terre ont été des éléments déclencheurs dans la vie du Prophète (paix et salut sur lui) pour apporter un message de paix et d’amour avec une compassion sans limite, il s’est décrit comme étant « une miséricorde offerte », « Je ne suis qu’une miséricorde offerte » (2).

Une parole douce

Un échange oral peut avoir des conséquences inattendues. Les paroles peuvent tisser des liens inaltérables ou attiser des conflits inatteignables. Et le croyant dispose de cette arme à double tranchant. Porteur de la foi, vecteur de cet idéal personnifié vers lequel aspirent les Hommes, il ne peut que semer les graines de l’amour et de l’amitié. Et stériliser les graines de la discorde…

« Jamais il ne m’a réprimandé … »

Anas, que Dieu l’agrée, rapporte : « Je n'ai jamais touché de brocart ni de soie plus doux au toucher que la paume du Prophète, paix et salut sur lui. Je n'ai jamais  senti d'odeur plus suave que celle du Prophète, paix et salut sur lui. Pendant les dix années durant lesquelles je l'ai servi, jamais il ne m'a dit : « Fi ! » ni ne m'a réprimandé pour telle chose que j'avais faite en me disant : « Pourquoi as-tu fait cela ? » ou bien blâmé pour telle autre chose que je n'avais pas faite en disant : « Tu aurais dû faire cela ! »[1]

Bien gérer son temps

S’il y a bien quelque chose qui ne se rattrape pas dans ce bas-monde, c’est le temps. Un bien précieux qu’il convient d’utiliser avec intelligence. Le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Dieu nous a donné deux cadeaux : le temps et la santé »[1].

Les Ramadans passent, et je les ressens enfin.

Le réveil

Je me réveille et c’est déjà terminé.  Nous sommes en juillet 2016.

Une fois la fête passée, le temps reprend ses droits, futiles et inadéquats lorsque l’on sort d’une période d’intense spiritualité.

J’ai le « Ramadan Blues ».  Chawwal vient de débuter que je compte déjà les jours qui me ramèneront au prochain mois béni.

Free WordPress Themes, Free Android Games