All for Joomla All for Webmasters
vendredi 18 janvier 2019

La miséricorde : vertu primordiale

La miséricorde est définit comme pitié ou compassion qui tend à pardonner et à venir en aide par pure bonté. Elle est synonyme de clémence et d’indulgence. Il est difficile de parler de miséricorde comme d’une action ou d’un concept distinct. C’est une disposition qui se retrouve dans toutes les formes d’adoration et les sublime.

“Et assurément Il n’aime pas les orgueilleux.”

Lorsque le Prophète, paix et bénédictions sur lui, annonça que n’entrerait au Paradis celui qui a un atome d'orgueil dans le cœur, les gens furent terrifiés. Un homme dit Qu'en est-il d'un homme qui aime porter des beaux habits et de belles chaussures ? Le Prophète répondit : "Dieu est beau et aime la beauté. L'orgueil est de rejeter la vérité et de mépriser les autres". Rejeter la vérité consiste à refuser le message divin après avoir reçu des preuves évidentes de sa véracité. Mépriser les autres consiste à se croire au dessus des gens et à les mépriser.

Ramadan : Un jour, une éthique

Cet article est publié en guise d’introduction à la chronique « Un jour, une éthique »

Jundub fils de Jinada, connu sous le nom d’Abu Dhar compagnon confirmé du Messager de Dieu, envoya son frère à la Mecque pour en savoir plus sur l’apparition du nouveau messager. Al-Boukhari consigne dans son Sahîh les événements de cette chronique d’après Ibn Abbas cousin proche du Prophète, paix et salut sur lui. « Prend-toi une monture, lance Abu Dhar à son frère, va dans cette vallée et inspecte moi la vérité sur cet homme qui prétend être prophète et recevoir la Nouvelle du Ciel. Ecoute ses paroles et reviens vers moi. » Le frère s’exécute, part jusqu’au Prophète, écoute ses paroles et revient vers Abu Dhar. « Je l’ai vu ordonner les nobles caractères, rapporte-t-il, et proférant des paroles qui ne sont pas de la poésie ».

Générosité : maitriser son rapport à la richesse

« Mon Dieu conduis-moi à adopter les plus estimables caractéristiques. Nul ne peut y conduire si ce n’est Toi. Et préserves-moi des plus méprisables caractéristiques. Nul ne peut m’en préserver si ce n’est Toi. » (Muslim d’après Ali (que Dieu soit satisfait de lui))

Se maîtriser : maintenir le cap

Nous attendons chaque année notre précieux mois béni de Ramadan.

Un non-musulman s’étonne de cet engouement, cette excitation et cette joie à l’approche de cette période de jeûne qui lui paraît finalement comme un mois de privation et de torture.

La sincérité, la vertu pour bien agir

Dieu, Gloire à Lui, dit dans le Coran : « Ô vous qui croyez, craignez Dieu et soyez avec ceux qui sont véridiques (sâdiqin) ».[1]

 « Quiconque obéit à Dieu et au Messager, ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques (siddiqin), les martyrs et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! ».[2]

La sagesse en toute chose

Tout individu est tenté, à un moment de sa vie, de voir tout en noir ou blanc, en bien ou mal, en licite ou illicite. Et c’est sous l’emprise de nos passions ou de nos émotions que nous réagissons ou nous comportons de manière excessive. Ces éclats sont très souvent de très courte durée et sont regrettés rapidement.

Confiance : s’offrir l’appui de Dieu et des hommes

Dans cette vie terrestre, faire confiance n’est pas toujours facile. On a tendance à apprendre dès le plus jeune âge dans notre société individualiste agitée à ne compter que sur soi-même et à se méfier des autres. De ce fait, alors que nous sommes habitués à faire des calculs et prévisions pour chaque chose dans notre vie, comment s’abandonner, lâcher prise, s’en remettre à Dieu ? Comment laisser cette manie du contrôle en toute chose ?

Le courage : De quoi s’agit-il ?

Le courage peut être défini par opposition comme un acte de résistance à notre propre lâcheté. Toute lâcheté peut être un aveu de faiblesse. Qu'elle soit physique, morale ou spirituelle.

« Ne serais-je pas un serviteur reconnaissant ? »

Le mois du ramadan est une période propice pour faire le point : la privation de nourriture et de boisson nous apprend combien les bienfaits de Dieu nous sont indispensables. Grâce au jeûne nous apprenons à devenir reconnaissants envers Lui qui est Le Subsistant, Le Pourvoyeur. « Le Reconnaissant » est également un des attributs de Dieu : « Il est Pardonneur et Reconnaissant. »[1]

Free WordPress Themes, Free Android Games