All for Joomla All for Webmasters
vendredi 18 janvier 2019

La sincérité, la vertu pour bien agir

Dieu, Gloire à Lui, dit dans le Coran : « Ô vous qui croyez, craignez Dieu et soyez avec ceux qui sont véridiques (sâdiqin) ».[1]

 « Quiconque obéit à Dieu et au Messager, ceux-là seront avec ceux que Dieu a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques (siddiqin), les martyrs et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! ».[2]

Pardonner, c’est se libérer

Le mois béni du Ramadan, qui nous ouvre une fois de plus les portes afin de nous purifier, de nous ressourcer, de nous rapprocher de Dieu, est enfin là.

Un mois qui se prépare des semaines à l’avance, voire même des mois. En effet, ce que nous récolterons durant le mois béni de Ramadan n’est autre que le travail que nous aurons fourni bien avant. Tel un jardin dans lequel nous sèmerions des graines et que nous récolterons.

« Ne serais-je pas un serviteur reconnaissant ? »

Le mois du ramadan est une période propice pour faire le point : la privation de nourriture et de boisson nous apprend combien les bienfaits de Dieu nous sont indispensables. Grâce au jeûne nous apprenons à devenir reconnaissants envers Lui qui est Le Subsistant, Le Pourvoyeur. « Le Reconnaissant » est également un des attributs de Dieu : « Il est Pardonneur et Reconnaissant. »[1]

La loyauté, une vertu fondamentale

La loyauté est le fait d’être loyal, « loyal » étant défini par le Larousse comme ce « qui obéit aux lois de l'honneur, de la probité[1], de la droiture »[2]. Une définition datant de 1531 définit la loyauté comme étant le fait d’être « fidèle à un engagement »[3]. A ne pas confondre avec « loyalisme », qui désigne le fait d’être fidèle à une entité, telle qu’un Etat ou un système religieux. La définition est donc très proche de celle du mot arabe amanah, que l’on traduit souvent comme la qualité de celui qui est digne de confiance.

Confiance : s’offrir l’appui de Dieu et des hommes

Dans cette vie terrestre, faire confiance n’est pas toujours facile. On a tendance à apprendre dès le plus jeune âge dans notre société individualiste agitée à ne compter que sur soi-même et à se méfier des autres. De ce fait, alors que nous sommes habitués à faire des calculs et prévisions pour chaque chose dans notre vie, comment s’abandonner, lâcher prise, s’en remettre à Dieu ? Comment laisser cette manie du contrôle en toute chose ?

Le coeur pur, citadelle de la foi

« Il y a dans le corps un morceau de chair qui, s’il est sain, rend tout le corps sain ; mais s’il est corrompu, tout le corps devient corrompu. Il s’agit du cœur » (1) c’est ainsi que le prophète Mohammed (prière et salutations perpétuelles de Dieu sur lui) nous renseigne sur cet organe vital.
Avoir un cœur sain est donc la condition essentielle à la bonne santé de la croyante et du croyant. Le siège de la foi est le cœur, le siège de la raison véritable et de la science de la connaissance des signes de Dieu est le cœur, il est donc primordial que le croyant sincère qui cherche à cheminer vers son Seigneur entretienne et prenne soin de ce cœur.

Être juste, par où commencer ?

Aux portes du mois béni de Ramadan, il est bon de se rappeler les valeurs que le musulman sincère et engagé dans sa foi se doit d’incarner, bien évidemment tout au long de l’année mais à plus forte raison pendant cette période où la spiritualité monte en flèche. « La religion c’est le bon conseil »(1), nous enseigne le noble messager (que Dieu prie abondamment sur lui et le salue perpétuellement), prêtons donc l’oreille aux conseils et aux rappels et empressons-nous d’en appliquer les préceptes afin d’en récolter les fruits, dans cette vie et dans la dernière.

Aimer pour les autres ce que l’on aime pour soi

Nous ne sommes pas seuls au monde. Dieu nous a créé par peuples et ethnies afin que l’on fasse connaissance. Ce travail d’ouverture à l’autre implique pour l’être humain et le croyant en particulier de développer de l’empathie et de l’altruisme. L’empathie se définit comme une attitude de compréhension des sentiments d’autrui, d’ouverture à sa vision du monde. L’altruisme dans la continuité est caractérisé par des actions au bénéfice d’autres que nous-mêmes d’une manière désintéressée.

La sagesse en toute chose

Tout individu est tenté, à un moment de sa vie, de voir tout en noir ou blanc, en bien ou mal, en licite ou illicite. Et c’est sous l’emprise de nos passions ou de nos émotions que nous réagissons ou nous comportons de manière excessive. Ces éclats sont très souvent de très courte durée et sont regrettés rapidement.

La Sociabilité, une source de foi

Selon les définitions conventionnelles, être sociable signifie être capable d’évoluer au sein d’un ensemble d’individus qui coopèrent et partagent une culture, des normes et des comportements. Lorsque cet ensemble d’individus nous ressemble, il est relativement aisé de s’y engager et de s’y faire accepter. En revanche, il est plus compliqué d’évoluer avec des individus ne partageant pas notre culture et nos normes, ayant des intérêts différents des nôtres, voire n’ayant pas la volonté de coopérer. C’est pourtant là que la sociabilité prend tout son sens.

Free WordPress Themes, Free Android Games