PSM en ligne

Le cheminement entre liens et performances

En parlant de cheminement, celui-ci se fait-il par des performances, c'est-à-dire des actions, des bonnes œuvres, des réalisations mesurables qualitatives et quantitatives, ou par l’établissement de liens forts et de qualité ?

D’abord, ces deux entités sont antagonistes. C'est-à-dire qu’à première vue, la haute performance réduit les liens, et les liens ralentissent la performance. Si on considère deux voitures, la première a pour objectif de battre un record de vitesse, et l’autre a pour objectif de créer une bonne ambiance et passer un moment privilégié pendant le voyage. Dans la première voiture, si toutefois il y a plus d’un passager, les voyageurs resteront bien concentrés sur les indicateurs de vitesse et leurs échanges ne s’en éloigneront pas. Dans la deuxième voiture, la vitesse et la conduite obéiront à l’ambiance établie qui peut être plus riche en échanges.

La lecture que l’on fait de l’Islam semble plus marquée par la logique de performance. On compte sur les œuvres et les actions : On tente de confectionner les bonnes et d’éviter les mauvaises. L’Islam est souvent décliné comme un ensemble d’œuvres à réaliser et d’autres à éviter. Ce qui est tout à fait vrai. Mais y a-t-il une autre lecture, une nouvelle déclinaison toute aussi vraie ?

Oui ! C’est une déclinaison en termes de liens.

N’y a-t-il pas des liens qu’il faut renouer pour se rapprocher de Dieu, comme s’aimer en Dieu, les liens de parenté, les liens de fraternité entre croyants et entre humains, les liens de voisinage, et bien d’autres. Ces mêmes liens s’ils sont rompus, l’on rompt avec Dieu Exalté. Mais comment cela se fait-il ?

Avoir un lien dégradé avec ses parents figure parmi les péchés capitaux. Avoir un lien de qualité avec eux figure parmi les ultimes recommandations. Rompre avec son frère ou sa sœur plus de trois jours empêche le pardon de Dieu[1]. Rompre avec lui pendant un an équivaut à l’assassiner[2]. Le Coran lie la corruption à la rupture des liens familiaux. « En vous dérobant, prévient Dieu Exalté, ne risqueriez-vous pas de répandre le désordre sur la Terre et de rompre vos liens de parenté? »[3] La performance est interprétée comme un excès de passion lorsqu’elle rompt des liens. Les trois individus qui ont juré chacun d’aller au-delà de la pratique du Prophète : le premier en jeûnant tous les jours, le deuxième en priant toute la nuit sans dormir, le troisième en faisant vœu de chasteté, se sont fait rappeler à la bonne tradition prophétique car leur ferveur fut interprétée comme une rupture avec le Prophète, paix et salut sur lui. « Quant à moi, je jeûne et je romps, je veille et je dors et j’épouse les femmes, affirme-t-il paix et salut sur lui avant de conclure, celui qui se soustrait à ma tradition n’est pas des miens. »[4] De façon synthétique, la performance est bloquée, voire réprimandée, lorsqu’elle rompt des liens qui doivent être noués.

Par ailleurs, « chacun de vous a la même intensité de foi que son ami le plus intime, avise le Prophète, paix et salut sur lui. »[5] C’est dire combien le lien d’amitié que l’on porte est identifié à sa foi en Dieu.

D’une façon synthétique, les liens en Islam sont de trois sortes, chacun doit les parfaire :

-          Le lien à Dieu, Exalté : Le lien de présence, de considération et d’amour notamment qui est le nœud suprême de la foi.

-          Le lien aux autres : plusieurs liens nous relient aux gens en fonction de leur proximité dans la parenté, la foi, la situation géographique, la situation matérielle ou de santé, …etc.

-          Le lien aux choses : Cela concerne le rapport à la nature et aux objets de toute sorte.

Toutes les actions prescrites en Islam sont censées réformer et parfaire certains liens, et en défaire d’autres. Les liens qui sont à défaire sont globalement ceux qui se substituent de façon malencontreuse aux liens recommandés, comme la haine et la méfiance qui peuvent remplacer les liens d’amour et de confiance. Ou les liens d’entraide et d’empathie qui une fois rompus laissent place à l’individualisme égoïste et l’indifférence complice.

Souvent, les bons liens portent les bonnes performances. Aujourd’hui, plusieurs techniques, issues de différentes sciences et spiritualités, tentent de rendre les liens entre individus plus agréables en vue de réaliser de meilleures performances. Pour fermer le circuit et le rendre durable il faut que les performances construisent à leur tour des liens et les renforcent. Ainsi les liens améliorés et fortifiés pourront engendrer des performances encore meilleures.

L’exemple d’une connexion, téléphonique par exemple, semble opportun. Si les travaux entrepris ne contribuent pas à améliorer la connexion, ou pire la détériorent, on ne peut évoluer. De la même façon, une bonne connexion permet de mieux s’entendre et communiquer et ainsi réaliser de meilleures performances.

Liens et performances se trouvent entremêlés. Certains utilisent les liens pour réaliser des performances, d’autres utilisent des performances pour construire des liens. Un étudiant par exemple qui vient d’intégrer une école achève une performance. Celle-ci lui permet de connaitre les étudiants de sa promotion ainsi que ceux de la promotion antérieure. C’est un lien d’entraide qu’il va pouvoir construire, peut-être aussi un lien d’amitié. Ce capital de liens, l’aidera à réaliser une meilleure performance, celle de passer au niveau suivant.

Dans les environnements sociaux on retrouve toujours liens et performances. Par contre, certains individus pourraient être plus motivés par les liens, d’autres par les performances. Pour certains, la réussite est synonyme de performance. Ils placent alors les liens au service des performances. Pour d’autres la réussite est synonyme de liens, ils placent donc les performances au service des liens. Pour les uns, un lien qui ne se capitalise pas sous forme de performance est vain. Pour les autres, une performance qui ne se capitalise par sous forme de liens est vaine.

Par ailleurs, la performance transforme les liens. En même temps, les liens plafonnent et conditionnent la performance. Un groupe d’amis verra ses liens changer au fur et à mesure qu’ils s’investissent dans des projets lucratifs ou politiques. La performance qu’ils produisent optimisera les liens existants, voire même écarter quelques-uns ou en intégrer d’autres. De même, un groupe qui souhaite conserver ses liens se verra trier les différents projets qui se présentent à lui en fonction de l’impact qu’ils auront sur eux. En conclusion, on peut dire que notre façon de faire, notre capital de performance, donne une information sur les types de liens que nous nourrissons ou que nous délaissons.

Mais lequel est plus noble ? Lien ou performance ? L’exemple du prophète Abraham, paix et salut sur lui, est édifiant. Il est lié d’un lien d’amitié intime à Dieu, Exalté, et dans un même temps présente devant Lui sa grande et meilleure performance, un cœur sain.

 


[1] Récit prophétique authentique rapporté par imam Muslim et d’autres d’après Abû Huraîra. « Les portes du Paradis s’ouvrent le lundi et le jeudi, dit le Prophète paix et salut sur lui, sont alors pardonnés tous ceux qui n’associent  rien à Dieu, sauf un homme qui nourrit une rancœur entre lui et son frère. On dit alors différer ces deux-là jusqu’à ce qu’ils se réconcilient. » D’autres versions de ce récit signifient qu’il ne s’agit pas de deux frères de sang, mais bien de deux fidèles.

حَدَّثَنَا قُتَيْبَةُ بْنُ سَعِيدٍ، عَنْ مَالِكِ بْنِ أَنَسٍ، فِيمَا قُرِئَ عَلَيْهِ، عَنْ سُهَيْلٍ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، أَنَّ رَسُولَ اللهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ، قَالَ:  »تُفْتَحُ أَبْوَابُ الْجَنَّةِ يَوْمَ الْإِثْنَيْنِ، وَيَوْمَ الْخَمِيسِ، فَيُغْفَرُ لِكُلِّ عَبْدٍ لَا يُشْرِكُ بِاللهِ شَيْئًا، إِلَّا رَجُلًا كَانَتْ بَيْنَهُ وَبَيْنَ أَخِيهِ شَحْنَاءُ، فَيُقَالُ: أَنْظِرُوا هَذَيْنِ حَتَّى يَصْطَلِحَا، أَنْظِرُوا هَذَيْنِ حَتَّى يَصْطَلِحَا، أَنْظِرُوا هَذَيْنِ حَتَّى يَصْطَلِحَا « 

[2] Récit prophétique authentique rapporté par imam Boukhari dans al-Adab, imam Ahmad dans son Musnad, Abû Dâwûd dans ses Sunan, d’après Abû Khirâch as-Soulamî qui entendit le Prophète, paix et salut sur lui, dire : « Celui qui rompe avec son frère une année, cela équivaut à verser son sang. »

حَدَّثَنَا عَبْدُ اللَّهِ بْنُ يَزِيدَ قَالَ: حَدَّثَنَا حَيْوَةُ قَالَ: حَدَّثَنِي أَبُو عُثْمَانَ الْوَلِيدُ بْنُ أَبِي الْوَلِيدِ الْمَدَنِيُّ، أَنَّ عِمْرَانَ بْنَ أَبِي أَنَسٍ حَدَّثَهُ، عَنْ أَبِي خِرَاشٍ السُّلَمِيِّ، أَنَّهُ سَمِعَ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ يَقُولُ: «مَنْ هَجَرَ أَخَاهُ سَنَةً، فَهُوَ كَسَفْكِ دَمِهِ»

[3] Coran, sourate Muhammad, verset 22.

فَهَلْ عَسَيْتُمْ إِنْ تَوَلَّيْتُمْ أَنْ تُفْسِدُوا فِي الْأَرْضِ وَتُقَطِّعُوا أَرْحَامَكُمْ (22)

[4] Récit prophétique rapporté par imam Al-Boukhârî d’après Anas Ibn Mâlik.

حَدَّثَنَا سَعِيدُ بْنُ أَبِي مَرْيَمَ، أَخْبَرَنَا مُحَمَّدُ بْنُ جَعْفَرٍ، أَخْبَرَنَا حُمَيْدُ بْنُ أَبِي حُمَيْدٍ الطَّوِيلُ، أَنَّهُ سَمِعَ أَنَسَ بْنَ مَالِكٍ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ، يَقُولُ: جَاءَ ثَلاَثَةُ رَهْطٍ إِلَى بُيُوتِ أَزْوَاجِ النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ، يَسْأَلُونَ عَنْ عِبَادَةِ النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ، فَلَمَّا أُخْبِرُوا كَأَنَّهُمْ تَقَالُّوهَا، فَقَالُوا: وَأَيْنَ نَحْنُ مِنَ النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ؟ قَدْ غُفِرَ لَهُ مَا تَقَدَّمَ مِنْ ذَنْبِهِ وَمَا تَأَخَّرَ، قَالَ أَحَدُهُمْ: أَمَّا أَنَا فَإِنِّي أُصَلِّي اللَّيْلَ أَبَدًا، وَقَالَ آخَرُ: أَنَا أَصُومُ الدَّهْرَ وَلاَ أُفْطِرُ، وَقَالَ آخَرُ: أَنَا أَعْتَزِلُ النِّسَاءَ فَلاَ أَتَزَوَّجُ أَبَدًا، فَجَاءَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ إِلَيْهِمْ، فَقَالَ: «أَنْتُمُ الَّذِينَ قُلْتُمْ كَذَا وَكَذَا، أَمَا وَاللَّهِ إِنِّي لَأَخْشَاكُمْ لِلَّهِ وَأَتْقَاكُمْ لَهُ، لَكِنِّي أَصُومُ وَأُفْطِرُ، وَأُصَلِّي وَأَرْقُدُ، وَأَتَزَوَّجُ النِّسَاءَ، فَمَنْ رَغِبَ عَنْ سُنَّتِي فَلَيْسَ مِنِّي»

[5] Récit prophétique rapporté avec une chaine de transmission authentique par imam Ahmad, Abû Dâwûd et Isaac Ibn Râhawayh d’après Abû Huraïra.

حَدَّثَنَا أَبُو عَامِرٍ، حَدَّثَنَا زُهَيْرٌ، حَدَّثَنِي مُوسَى بْنُ وَرْدَانَ، عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، عَنِ النَّبِيِّ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ: «الْمَرْءُ عَلَى دِينِ خَلِيلِهِ، فَلْيَنْظُرْ أَحَدُكُمْ مَنْ يُخَالِلْ»

 

© 2017 PSM en ligne.