PSM en ligne

Avis de recherche des allocataires... ne réclamant pas leur dû !

210 euros par mois en moyenne aux familles lésées rien qu'en Gironde : après ce département test, la Caf s'apprête à passer au crible ses immenses fichiers pour identifier, parmi ses allocataires, tous ceux qui passent à côté de certaines prestations.

C'est un véritable avis de recherche aux allocataires qui passent à côté de certaines prestations -auxquelles ils ont pourtant droit- que lance la Caisse d'allocations familiales.

Selon Europe 1, après une expérimentation en Gironde, il a été démontré que plus d'une famille sur 10 ne fait pas valoir la totalité de ses droits. 

Pour une fois, ce ne sont pas les fraudeurs qui sont traqués, mais bel et bien les bénéficiaires qui s'ignorent ou qui ne désirent tout simplement pas bénéficier de ce qu'ils considèrent comme de l'assistanat. 

Allocations familiales, mais aussi allocation logement, CMU, prime d'activité ou RSA... Selon les derniers chiffres, chaque année, pas moins de 12 milliards d'euros de prestations sociales ne sont pas réclamés : c'est trois fois plus que le montant des fraudes, qui représenterait chaque année 4 milliards d'euros de pertes pour l'État.

Voilà de quoi mettre une claque à l'idée reçue que la France est un pays où les gens abusent des aides sociales !

Un simulateur en ligne

Pour retrouver ces allocataires qui ne réclament pas leur dû, la Caf utilise la même technique que pour identifier les fraudeurs, justement. "Ça a du sens de montrer qu'aujourd'hui, avec les techniques de big data, on peut aller plus loin dans l'application des principes de solidarité et d'égalité aux droits", a déclaré Daniel Lenoir, son directeur général.

En Gironde, cette régulation a pour l'heure permis de rapporter 210 euros par mois en moyenne aux familles lésées. Le dispositif va désormais s'étendre à tout le territoire. 

Un simulateur en ligne a également été mis en place en mars pour aider les prestataires à évaluer leurs droits. Car, rappelons-le, il existe tout de même 16 aides nationales différentes.

POURQUOI RENONCENT-ILS AUX AIDES AUXQUELLES ILS ONT DROIT ?

Les chercheurs de l'Observatoire des non-recours aux droits et aux services (Odenore) avaient listé en 2012 plusieurs raisons expliquant ce phénomène :

- le manque d'information sur l'existence de certaines prestations et sur leurs conditions d'accès

- le découragement devant la lourdeur des démarches administratives

- la honte de demander des aides, ou ne pas vouloir en bénéficier afin de ne pas se sentir "assisté"

- le manque de stabilité de la situation de certains allocataires, qui entraîne des ruptures dans leurs droits, comme les saisonniers, par exemple

Source : http://www.ledauphine.com

© 2017 PSM en ligne.