PSM en ligne

La rentrée du converti

Comme tous les professeurs de France, j’ai effectué ma pré-rentrée le 1er septembre. Pour moi, elle avait une particularité car je débutais dans un nouvel établissement. 

Durant l’été, je m’étais fais cette promesse de moins complexer par rapport à ma foi, en référence à la chronique précédente. Dieu semble m’avoir facilité puisque l’Aïd est tombé le même jour que la pré-rentrée. 

Au petit matin de ce vendredi donc, je me prépare soigneusement en répétant mon programme de la journée : arrivée à la mosquée à 7h30, prière de l’Aïd à 8h, puis pour la première fois je ne resterai pas durant le prêche (Starfullah ! ) pour arriver à 8h30 dans mon nouvel établissement situé à vingt minutes de la mosquée. La journée se terminera à 16h30, je passerai chercher ma femme pour débuter la tournée familiale et finir par une chakchouka chez la belle grand-mère maternelle. 

Durant ma vie parisienne, j’avais pris l’habitude de fréquenter une mosquée turque située juste en face de mon immeuble. Progressivement, leurs pratiques semblaient avoir déteint sur moi : exit le qamis et la djellaba, place au costume et la chemise claire impeccable.

Du dourous religieux au dourous laïc

En ce jour d’Aïd, j’arrive donc à la mosquée, de tradition maghrébine, vêtu de mon plus beau costume. Une fois la prière de l’Aïd passée, je me faufile discrètement vers la porte de sortie. Un premier frère m’interpelle : « Hey akhi, il y a le dourous, ça va être court. » Oui, je sais ! Je poursuis mon chemin. Un second frère me croise et crie à l’assemblée : « Les frères, ne partez pas, il y a le prêche, c’est important. » Je parviens tant bien que mal à atteindre mes chaussures et la porte de sortie. 

J’entends que le prêche débute. Me voilà complètement tiraillé : ça coute quoi de rester pour le prêche ? Après tout, les pré-rentrées ne débutent jamais à l’heure… Et puis, le GPS dit vingt minutes mais en roulant un peu plus sportivement, j’arriverai bien à en gagner cinq. 

De nouveau assis dans la salle de prière, j’écoute le prêche. 

Vingt minutes plus tard, l’imam est encore en train de parler. Le prêche tourne autour de l’importance du sacrifice et de comment choisir son mouton. Original. J’arrive à ma voiture à 8h25. 

Entre erreur de rue et embouteillage, je me retrouve devant les grilles de mon établissement à 9h05. Je pénètre dans la salle de réunion par l’arrière, espérant me faire discret. Raté. A peine ai-je franchi le pas de la porte qu’une voix m’interpelle : « Bonjour Monsieur. Venez vous installer ici, il y a de la place. » Il s’agit de la principale, montrant du doigt le premier rang. Une cinquantaine d’autres profs me fixe du regard, un peu surpris de me voir en costume pour une pré-rentrée. Je vais passer toute la matinée à ce premier rang. 

A midi, l’amicale des profs offre le repas dans une brasserie du coin. Au menu : canard ou cochon. Je demande, avec mon plus beau sourire, s’il y a un menu végétarien. Je sens déjà que je saoule ma collègue.
 

« Vous vous méprenez : je suis simplement musulman »

Arrivé au restaurant, on commence par me servir un cocktail au rhum. « Vous n’avez rien sans alcool s’il vous plait ? » De nouveau, les yeux se braquent sur moi : « Dis donc, il est très sérieux le nouveau collègue ! » Arrive le plat. Je demande à la serveuse une assiette uniquement composée de légumes. Forcement, j’attire les questions : « Toi aussi, t’es végé ? Ma fille nous casse les pieds depuis quelques moi avec ça », « Tu loupes quelque chose, c’est super bon. » 

Allez, c’est l’Aïd, que Dieu me facilite, Allah Akbar, converti et fier, mentalité Mohamed Ali : « Ah non, vous vous méprenez : je suis simplement musulman. » Silence complet. « Bah, les musulmans, ça mange de la viande non ? » Oui, mais halal. Tout le monde fixe son assiette. Au bout de quelques très longues secondes, mon voisin de table, souriant, m’interpelle : « Et sinon, t’es pour qui au foot ? » 

Nous entamons à présent la troisième semaine. Pour le moment, aucun de mes collègues ne semblent troublé par mon coming out. Un indice me laisse cependant penser que l'information a circulé bien plus que je ne le pense. En début d'heure, un élève lève la main et me demande, poliment : « Monsieur, c'est vrai que vous faites le Ramadan ? » 

Bonne rentrée à tous. Que Dieu nous éclaire de sa lumière. 
© 2017 PSM en ligne.