PSM en ligne

Un havre de paix

Un cimetière au bord de la mer. Il était enterré là, son épouse à ses côtés. Une image qui inspire repos et sérénité.

Elle s’y était rendue par hasard. Le déplacement n’était pas prévu à cet effet. Parfois, nous sommes guidés par une force qui nous oriente vers un chemin improbable qui s’avère par la suite riche en enseignements.

Au départ, elle ne voulait pas le rencontrer et n’en ressentait pas le besoin. D’ailleurs, elle ne comprenait pas pourquoi les personnes autour d’elle espéraient tant le voir et l’écouter telle une star adorée et acclamée dont on attend l’apparition  quel qu’en serait le prix. Elle n’avait pas cette vision des choses. Elle avait besoin de comprendre et de sentir. Vivre ce que les autres décrivaient comme « la rencontre de la vie ». Une nuit, elle le rencontra dans son songe. Vêtu d’un complet commun aux hommes de l’enseignement dans les années 70, il s’approcha le sourire ornant son visage et l’observa. Elle essaya de le retenir de peur qu’il ne soit pas réel et lui demanda d’attendre des personnes qu’elle connaissait et qui mourraient d’envie de le voir : « Oui, c’est bien toi. Je te connais. Je t’ai déjà vu dans de nombreuses photos. Ils parlent tant de toi. Ils rêvent de te rencontrer. Je ne comprends pas pourquoi tout cela. Tu es normal. Tu es comme nous. Moi, je te respecte bien sûr mais ça ne m’intéresse pas de te voir. Mais j’en connais qui aimeraient vraiment te rencontrer et te parler… »

Elle regarda autour d’elle cherchant ces personnes en question et essayait, en même temps, de le retenir de peur qu’il ne finisse par s’en aller. Il continuait à l’observer gesticulant pour le retenir. Il souriait encore. A croire que cet homme ne connaissait pas une autre expression que le sourire.

Les personnes qu’elle attendait ne venaient pas. Il finit par prononcer quelques mots enfin : « Je ne suis pas venu rencontrer ceux qui veulent me voir. Je suis venu te voir, toi. »

Elle fut surprise de ces paroles et étonnée de la douceur dans les propos prononcés : « Euh ! Mais moi je n’ai jamais voulu vraiment te rencontrer, c’est les autres qui… »

Il sourit puis dit : « Je sais. Je suis venu simplement te dire de rester toi-même car nous avons besoin de toi comme tu es, comme ça. Surtout, n’oublie pas, reste comme tu es ! » Puis il disparut dans l’obscurité.

Qui est cette personne ? Que veut-elle ? Et que signifie cette rencontre ?

Elle ne comprit rien.

Dieu met sur notre chemin des personnes, nous fait vivre des événements, des rencontres, des accidents même pour voir. Voir plus clair. Comprendre encore et encore. Pour un objectif sans cesse renouvelé, synonyme de vie, synonyme d’action et de renouvellement, synonyme de meilleur perpétuel : découvrir pour connaître et entendre le message puis concevoir et agir.

Que voulait-il dire ? Rester soi-même ? Elle ne comprenait pas.

Beaucoup pensent qu’en s’engageant spirituellement, nous devons entrer dans un moule particulier qui ferait de nous « de bons musulmans ». Dieu ne nous a-t-il pas créés tous différents ? Dieu ne nous a-t-il pas créés uniques ? Pourquoi ? N’est-ce pas pour s’apporter les uns les autres ? S’aider dans le bien et s’enrichir des uns et des autres quels qu’ils soient ? Musulmans ou pas d’ailleurs ? Pourquoi nous enfermer dans des cases alors que nous sommes faits pour ne pas y être ?

Elle vit sa tombe et pleura : « J’ai fini par te rencontrer, ici. Tu habites un havre de paix, désormais. Alors que je suis entourée de vacarme et de brouhaha. Je n’entends pas parfois. Le bruit me rend sourde. Les gens se malmènent. Et je suis à bout de souffle… »

Quel endroit calme et serein !

Pourtant à quelques mètres, les klaxons des voitures n’arrêtent pas de perturber les esprits et de les dévier de ce qui est important. Les gens crient, hurlent pour s’entendre. Personne ne les entend. Les visages faits pour sourire les uns aux autres sont rivés sur des écrans qui les appâtent de plus en plus.

Quel havre de paix !

Enfin, un moment volé de ce bruit. Un moment unique et réel dans cette virtualité. Cet homme a été pour beaucoup un exemple dans un monde où le modèle est en crise. Le modèle est déterminé à tout le monde à l’avance. Retrouver Dieu un jour et rencontrer le Prophète, paix et salut sur lui, deviennent un mythe, une légende. Une histoire qu’on se raconte pour se rassurer le soir avant de dormir. Une histoire qu’on se transmet sans conviction et sans cœur vivant. Pourtant, la vie est réelle, la mort est vérité. Pourvu que chacun de nous la vive tel qu’il est et avec ce qu’il a. Que chacun transmette avec son unicité. Que chacun ouvre son cœur à ses frères humains. Dieu nous a créés ainsi, chacun sa spécificité. Chacun apportera, sans aucun doute, et même si on ne le voit pas, sa pierre à l’édifice du groupe.

© 2017 PSM en ligne.