PSM en ligne

Honneur aux femmes

La femme a hérité d’un statut particulier que Dieu par Sa Sagesse lui a octroyée. Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, a fait preuve d’excellence et d’une profonde délicatesse dans ses relations et ses échanges avec les croyantes.

De très nombreux textes nous sont rapportés relatant l’immense respect et l’estime qu’il avait pour les femmes qu’il côtoyait et en particulier ses épouses.

Anas, que Dieu l'agrée, raconte que le Prophète, paix et salut sur lui, avait un voisin perse connu pour ses mets délicieux. Ce voisin prépara un plat pour le Prophète, paix et salut sur lui, et le convia à sa table. Le Prophète lui dit : « Et mon épouse ? (En parlant de son épouse Aïcha, que Dieu l’agrée) » Il répondit : « Non (je ne l’invite pas). » Le Prophète, paix et salut sur lui, rétorqua : « Je refuse donc. » Le voisin réitéra son invitation et le Prophète lui redemanda : « Et mon épouse ? » Il répondit : « Non (je ne l’invite pas). » Le Prophète rétorqua de nouveau : « Je refuse donc. » Le voisin réitéra une nouvelle fois son invitation et le Prophète lui redemanda : « Et mon épouse ? » L’homme, après trois demandes consécutives, dit : « Je suis d’accord. » Le Prophète et Aïcha se levèrent et se suivirent mutuellement jusqu’à atteindre la maison du voisin. » (1)

Ce récit romantique, - puisqu’il s’agit avant tout de l’histoire d’amour entre notre mère Aïcha, que Dieu soit satisfait d’elle, et notre Bien-Aimé Prophète, paix et bénédiction  sur lui – nous montre que le Prophète, dans sa générosité et son souci constant de l’autre, avait cette capacité de mettre de côté son propre intérêt. Le Messager de Dieu, paix et bénédiction sur lui, accordait de l’importance aux femmes et les valorisait. Il était prévenant et respectait profondément leur nature et leur sensibilité. Il savait qu’un seul petit détail pouvait faire toute la différence et aimait la compagnie de ses épouses. A travers ce récit, nous pouvons entrevoir, une preuve de son attachement fort à Aïcha, que Dieu soit satisfait d’elle.

Parce que le Prophète, paix et bénédiction sur lui, était un grand éducateur, il souhaitait que ce refus, à trois reprises, d’honorer une invitation en l’absence de son épouse, signifie l’importance et l’honneur que doit accorder le croyant à la femme. 

Une telle bienveillance de la part de notre bien-aimé Prophète, paix et bénédiction sur lui, renferme un grand enseignement : nous devons en effet, être convaincus avec la plus grande sincérité que la femme est l’égale de l’homme aux yeux de notre Créateur. Elle aspire à l’agrément de Dieu, se soucie de son devenir et œuvre pour Sa Vie Dernière, tout comme elle aura, elle aussi à rendre des comptes devant son Seigneur.

Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, n’avait-il pas également en tête, la lourde responsabilité que Dieu a confiée à la croyante vertueuse et pieuse ? La préservation « Al hafidiya » que Dieu évoque dans le Coran (sourate An-nissa, verset 34).  Se préserver, préserver sa famille, son couple et ses enfants. Mais finalement, l’humanité toute entière. Ce rôle complémentaire à celui de l’homme ramène le juste équilibre dans notre société. 

C’est avec miséricorde, tendresse et patience, qu’elles ont pour mission de préserver ce qu’il y a de plus important dans la vie d’un croyant et de l’humanité : l’adoration de Dieu, la foi, l’Amour de Dieu et le désir de Sa proximité.

S’investissant dans leur famille, mais également dans la communauté, la présence de la femme aux côtés des hommes est précieuse.

Nous nous plaignons souvent de la vision négative en Occident de la femme musulmane. Cette image d’une femme soumise aux hommes par le port de son voile, absente de la société et, dont les droits sont entièrement bafoués. Peut-être devrions-nous nous poser la question de quelle image nous renvoyons de la femme musulmane à notre société ?  Lui a-t-on rendu ce statut d’exception que notre Seigneur du haut des Sept Cieux lui a octroyé ? Lui est-il accordé tout le respect et l’estime à l’image du Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui ? Lui souhaite-t-on qu’elle s’épanouisse spirituellement, psychologiquement et socialement dans cette vie ?

Lui faire honneur…  C’est finalement la soutenir dans ce projet noble et ambitieux, qui est celui d’accéder à une fin salutaire auprès de Dieu, mais, c’est aussi lui donner la possibilité de donner le meilleur, pour l’avenir de la Communauté.

Que Dieu nous permette d’œuvrer dans l’excellence et qu’Il nous guide sur la voie droite qui mène à Son Amour, Sa Satisfaction et Son agrément.

(1) Rapporté par Mouslim

© 2017 PSM en ligne.