PSM en ligne

Get Flash player

Supporter les dommages

Anas, que Dieu l'agrée rapporte: "Je marchais aux côtés du Messager de Dieu, paix et salut sur lui, alors qu'il portait un manteau de Najran, au bord rugueux. Tout à coup un Bédouin s'approcha de lui et le tira brutalement par son manteau. Je regardai le cou du Prophète, paix et salut sur lui, et y vis la trace du bord du manteau, tellement il l'avait tiré brutalement. Puis il dit : "Ô Mohammad ! Ordonne qu'on me donne de ce que tu détiens de l'argent de Dieu!" Il se tourna vers lui en riant et ordonna qu'on lui donne quelque chose".(1)

Le monde dans lequel nous vivons nous montre de belles choses, de belles qualités chez les humains, des marques d’attention et d’entraide qui nous donnent espoir en l’être humain. Mais il y a aussi toutes ces choses que l’être humain est capable de faire, qui blessent, vexent, détruisent. Il y a en l’être humain la faculté de faire le bien mais malheureusement, il a aussi la possibilité de faire le mal et parfois nous sommes confrontés à ces personnes qui agissent mal tel ce bédouin qui s’est comporté d’une façon si brutale avec la meilleure des créatures qui ait foulé la terre. Ce récit nous montre une réaction violente de la part d’un homme mais il nous montre surtout la réponse d’amour, de patience, de miséricorde, de compassion du prophète bien-aimé (que la paix et le salut de Dieu soient sur Lui).

Nous avons sûrement, nous aussi, été amenés à être face à une personne dont le comportement était violent, haineux, irrespectueux envers nous et dans le pays où nous vivons, depuis quelques années maintenant, nous voyons ces comportements de plus en plus fréquents à l’égard de la communauté musulmane. Si nous nous demandons comment nous devons réagir, ce récit nous apporte une réponse. Le Prophète de l’Islam (paix et salut sur lui) n’a jamais été violent quand bien même se déversaient sur Lui la haine et le rejet. Notre bien-aimé, Celui qui est venu comme Miséricorde pour l’humanité. Celui qui est le plus aimé du Créateur, Celui auprès de qui il doit faire bon vivre, Celui auprès de qui personne ne se sent léser et où tous se sentent aimés…. il manque tellement à nos cœurs, tellement à nos âmes. Il est l’exemple à suivre dans l’adversité, dans l’injustice, dans la violence.

Il se tourne vers celui qui est brusque envers Lui non pas pour le réprimander mais pour lui offrir son sourire. Il ne se fâche pas, ne se vexe pas, ne se braque pas, il offre l’amour et le sourire en réponse à la violence parce qu’Il sait que la douceur touche les cœurs, parce qu’Il sait que l’on gagne le cœur des gens par la bonté et la gentillesse, parce qu’Il est doté du meilleur des comportements, des meilleures qualités ! Il offre son sourire avant de donner une suite favorable à la réponse de ce bédouin. Il est l’exemple de l’Appel, l’exemple du bon comportement, l’exemple de la douceur et de l’amour. Jamais il ne s’est vengé pour une chose qu’on lui faisait subir, jamais ! Il était un être pacifique et tous les récits où Il fut injustement traité nous démontrent qu’Il n’a jamais rendu le mal par le mal.

Nous avons tous dans nos vies ce bédouin qui, un jour, nous a secoués brusquement ou nous le croiserons peut-être un jour; alors à ce moment-là souvenons-nous que l’on offre la douceur, l’amour et la paix à celui qui nous offre sa haine, sa colère et sa violence parce que c’est ainsi qu’était notre exemple, notre bien-aimé, le joyau de nos cœurs. Le plus précieux des hommes malgré son haut rang était d’une modestie, d’une humilité, d’une endurance que nous devons prendre pour exemple même si cela est difficile, même si cela demande des efforts et des sacrifices parce que suivre son exemple, c’est l’aimer et c’est être auprès de Lui au paradis pour vivre une vie éternelle sans violence, sans haine et sans colère…

(1)Rapporté par Al-Boukhari, Mouslim

© 2017 PSM en ligne.