PSM en ligne

Pour un Ramadan sans regrets

Voila bientôt une année qui s’est écoulée depuis le Ramadan dernier. C’est lorsque le Ramadan suivant arrive que nous nous rendons compte à quel point le temps passe vite.

Et à la fin de chaque Ramadan, on est toujours envahi par la tristesse, on a des regrets, parce qu’on se dit qu’on n’a pas assez profité, qu’on n’a pas été à la hauteur, qu’on a laissé filé des occasions …

A la fin de chaque Ramadan nous prenons aussi toujours de bonnes résolutions que nous nous promettons de tenir : je vais faire une clôture de Coran tous les mois, me réveiller avant la prière de l’aube, jeûner les lundis et jeudis … Mais voilà cela dure quelques jours, quelques semaines, pour les plus endurants un mois ou deux, et rebelote les préoccupations de la vie quotidienne nous submergent de nouveau, les mauvaises habitudes retrouvent leur place habituelle, on retombe dans la routine …

Pourtant, une année s’est écoulée. Une année qui me rapproche de ma fin inéluctable. Qu’est-ce que j’en ai fait ? Ai-je été meilleure que l’an passé, ou toutes les années se ressemblent-elles ? Ai-je progressé depuis le dernier Ramadan ? Mes pratiques religieuses ont-elles opéré un changement intérieur, suis-je devenue meilleure ? Suis-je devenue un être de la vie dernière ou suis-je encore un être de la vie ici bas ? …

« Qu’attend l’un de vous ? » nous interpelle le Prophète, paix et salut sur lui, « Si ce n’est une richesse qui dévie, ou une pauvreté distrayante ou une maladie handicapante, ou une vieillesse anéantissant ou une mort qui surprend ou alors l’antéchrist, le pire absent qu’on attend ou l’Heure. Et l’Heure est pire et encore plus amère » (1)

Qu’est-ce que j’attends ? Vais-je laisser le temps me filer entre les doigts ? Ou profiter à faire des bonnes œuvres tant que je suis en bonne santé, tant que j’ai un capital à dépenser, avant que la maladie, la vieillesse, ou la mort ne m’accaparent ?

Le temps d'une vie est insuffisant pour adorer Dieu comme il se doit. C’est pourquoi Dieu, de part Sa générosité, nous fait don de moments exceptionnels qui accélèrent notre mouvement vers Lui. Le Prophète, paix et salut sur lui, dit : « Il y a dans les jours de votre vie des souffles bénéfiques [nafahâte] de la part de votre Seigneur. Soyez soucieux de vous y exposer. » Dans les jours, semaines, mois de notre vie, Dieu nous accorde des rendez-vous privilégiés, en Sa compagnie, à ne pas manquer. Des occasions pour nous purifier, nous élever, exaucer nos demandes : comme le jour du vendredi, le tiers de la nuit, les 10 premiers jours de Dhoul hijja et plein d’autres …

Le mois du Ramadan a le mérite d'englober tout cela, il contient une multiplicité d’opportunités pour nous élever, nous purifier, gagner la proximité divine. C’est l’occasion à ne pas rater, l’occasion de nous rattraper.

Une chance pour s’élever de nouveau

Abou Mass’oud Al Ghifâri rapporte « J’ai entendu le Messager de Dieu dire un jour, alors que le Ramadan était en cours : si les gens savaient ce qu’est réellement Ramadan, ma communauté aurait souhaité que toute l'année soit Ramadan.» (2)

Pour profiter pleinement de ce mois béni, et recueillir les grâces divines qui coulent à flots durant ce mois de jeûne, il incombe de se préparer à l’accueillir. Tout comme on se prépare à accueillir un invité : on range notre appartement, portons de beaux vêtements…

Et si on observe l’exemple de nos prédécesseurs, on constatera qu’ils se préparaient à accueillir le mois de Ramadan bien avant son arrivée. Ils passaient six mois à invoquer Dieu afin qu’Il les laisse vivants jusqu’au Ramadan à venir et passer l’autre moitié de l’année afin qu’Il accepte leur mois de Ramadan. Ils avaient le souci de revivre le mois de Ramadan des mois bien avant son arrivée, l’attendaient impatiemment, alors que beaucoup d’entre nous se projette dans l’avenir sur les prochaines vacances, nouvelle voiture, nouvelle cuisine pour lesquels on économise …

Abou Hourayra, que Dieu l’agrée, rapporte : «  Deux hommes de Baliye de la tribu de Quda’a s’étaient convertis auprès du Prophète, paix et salut sur lui. L’un d’eux était tombé en martyr et l’autre vécut un an de plus. Talha Ibn’Ubayd Allah dit alors : « J’ai vu le dernier des deux entrer au paradis avant le martyr ». Je m’étonnais de ce rêve…  Au matin je rapportai cela au Prophète qui dit : « Après lui n’a-t-il pas jeûné le mois de Ramadan et prié 6000 rak’a ou tant et tant de rak’a comme prières surérogatoires d’une année ? » (3)

Dieu, exalté soit-Il, a ainsi permis au compagnon d'entrer au paradis avant son frère martyr parce qu’il avait jeûné un mois de plus et qu’il avait prié davantage. Il a su profiter de ce mois pour s’élever spirituellement. Ramadan se présente donc comme une opportunité pour ceux et celles qui recherchent la piété et croient en la promesse divine, comme elle est citée dans Son livre : « Ô vous qui avez cru ! Nous vous avons prescrit le jeûne comme Nous l’avons prescrit aux communautés qui vous ont précédés, ainsi, atteindriez-vous la piété ! »(4)

Combien de musulmans sont morts depuis le dernier Ramadan jusqu’à aujourd’hui ? Si Dieu nous permet d’atteindre Ramadan de nouveau, ne devrions-nous pas nous estimer heureux et chanceux ; et reconnaissants d’avoir la chance de nous rattraper et d’œuvrer plus et mieux que les années précédentes ?

Selon Abou Hourayra, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Vous a ombragés votre mois-ci (Ramadan). Par ce par quoi jure l’envoyé de Dieu, les musulmans n’ont pas vu passer un mois meilleur pour eux que ce mois-ci. Ni les hypocrites n’ont vu passer un mois pire pour eux que ce mois-ci. Par ce par quoi jure l’envoyé de Dieu, l’on écrit sa récompense et ses prières surérogatoires avant qu’il n’y rentre (avant que le croyant n’atteigne Ramadan). Et l’on écrit son fardeau et son malheur avant qu’il n’y rentre (celui de l’hypocrite). Cela parce que le croyant prépare les moyens en s’approvisionnant pour se consacrer à l’adoration. Tandis que l’hypocrite se prépare pour profiter de l’absence des croyants et continue de suivre ses défauts. » (5)

Notre entrée dans le mois de Ramadan sera ainsi décisive. C’est cette entrée qui définira le parcours et la réussite de ce mois. D’où l’importance d’être prédisposé à l’accueillir pour profiter pleinement de ses bienfaits. Alors comment être à la hauteur de cet accueil ? Allons-nous l’accueillir avec joie ou subir ce mois de Ramadan, comme on subit la pluie et le beau temps ?

S’imprégner de la magnificence du moment

Être prédisposé à accueillir Ramadan et à recueillir ses bienfaits demande de travailler sans cesse son intention. Il ne s’agit pas ici de l’intention « la niya » sans laquelle le jeûne n’est pas valide d’un point de vue jurisprudentiel. Mais l’intention avec laquelle nous allons vivre ce mois de Ramadan, celle qui accompagnera nos œuvres tout au long de ce mois, celle qui reflétera nos attentes, nos espérances, notre pauvreté devant le Créateur.

Ce Ramadan est comme la pluie. A qui profite la pluie ? A l’agriculteur qui possède des hectares de terrains ou celui qui a un jardin ? Voyons avec quel réceptacle, quelles intentions logées dans nos cœurs, nous allons accueillir ce mois-ci.

« Quiconque effectue le jeûne du Ramadan avec foi et espoir de récompense, tous ses péchés passés seront absous, de même pour celui qui veille la nuit du destin avec les mêmes motivations. » nous enseigne le Prophète, paix et salut sur lui. (6)

Journées portes ouvertes de la piété 

Le mois de Ramadan sont les journées portes ouvertes de la piété. L’occasion de découvrir, et de réaliser les affluents de la foi (7). Cependant tout le monde ne profite pas des bonnes affaires. Beaucoup découvrent la piété, la vivent par la pratique, mais ne l’exploitent pas, ne l’acquièrent pas forcément. Combien jeûnent le mois de Ramadan, prient les prières de nuit (tarawih), lisent le Coran, font preuve de générosité…mais leurs actions ne purifient pas leur cœur, n’améliorent pas leur caractère …

« Elles ont commencé leur jeûne avec de la nourriture licite, mais ont ensuite consommé de la nourriture illicite en médisant sur les autres. »(8)

On doit ainsi prêter attention à l’état d’esprit avec lequel nous jeûnons, si nous voulons réaliser le vrai jeûne. Et apprendre à se maitriser. Ne pas juste réaliser le jeûne du corps mais aussi celui de l’esprit par l’abstention des péchés de l’ouïe, de la vue, de la parole et d’avoir pleinement conscience des péchés pour les éviter, si notre intention est de gagner la proximité et les faveurs divines.

Un cœur sain, pour un nouveau départ 

Le mois de jeûne est synonyme de nouveau départ. C’est pourquoi, il est important avant d’entamer ce mois de nous débarrasser des parasites qui sont un obstacle à la piété.

Parmi ces parasites, le plus connu est la rancune. Comment espérer le pardon de Dieu pendant ce mois de Ramadan si nous-mêmes ne croyons pas à cette vertu et ne sommes pas capables de pardonner.

Revenir à Dieu, regretter ses péchés et ses manquements, chasser les mauvaises pensées, les mauvais préjugés, espérer du bien pour sa sœur, son frère, pardonner leurs erreurs, demander pardon à celles et ceux à qui on pense avoir porté atteinte par nos paroles ou nos actes … sont autant d’actions qui nous permettront de nous présenter le jour de Ramadan avec un cœur sain, le plus limpide possible. Un cœur, entaché de rancune, de noirceurs, aura des difficultés à recueillir les grâces divines en ce mois, et ne pourra pas pleinement profiter de Sa lumière.

Être intensément présent à Dieu

Ce mois offre également des conditions favorables à l’invocation exaucée, ce dont nous avons grandement besoin.

Invoquons Dieu afin qu’Il bénisse pour nous ce mois de Ramadan, nous compte parmi les sincères, Ses rapprochés. Exprimons nos besoins, nos faiblesses, notre pauvreté devant Lui afin qu’Il nous porte secours et nous aide à changer l’état de nos cœurs, à nous attacher à Son adoration, à réaliser les choses qu’Il aime et qui nous rapprochent de Lui. Car sans Son aide, on est perdu.

Parmi les recommandations du Prophète, paix et salut sur lui : « Multipliez-y (pendant Ramadan) quatre choses : deux pour satisfaire votre Seigneur et deux dont vous ne saurez-vous passer. Les deux premières sont l'attestation qu'il n'y a d'autres divinités que Dieu et l'imploration de Son pardon. Les deux autres sont : la demande à Dieu pour vous accorder le Paradis et le refuge contre le Feu. »(9)

Que Dieu accompagne chacun(e) d’entre nous tout au long de ce mois, nous couvre de Sa miséricorde, nous accorde Son pardon, nous comble de Ses bienfaits à travers l’accomplissement des bonnes œuvres et soit satisfait de nous. Joyeux Ramadan à tous !

-------------------------------------------------------------

(1) Rapporté par Al Hakim, Bayhaqi, Ibn Hibban
(2) Rapporté par Bayhaqi
(3) Rapporté par l’imam Ahmad et Ibn Hibban
(4) Coran : la Vache, V183
(5) Sahih bnu Khouzayma, imam Ahmad
(6) Rapporté par Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud, Nassa’i et Ibn Majah.
(7) "La foi est constitué de 70 et quelques affluents (branches), le plus haut est la parole : "La Ilaha Illa Allah" (Il n'y a de dieu que Dieu). Le moins haut est d'écarter ce qui gêne du chemin des passants et la pudeur est un affluent de la foi." (Hadith rapporté par Mouslim)
(8) Rapporté par l'imam Ahmad
(9) Sahih de bnu Khouzayma

© 2017 PSM en ligne.