PSM en ligne

Qu’est ce que le jour d’Achoura ?

Arrivé à Médine, le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, vit que les juifs jeûnaient le jour d’Achoura, dixième jour du mois de Mouharram. Il les questionna à ce sujet et sut que ce fut pour eux un jour béni pendant lequel Dieu sauva le peuple d’Israël de leur ennemi (en ouvrant la mer et en noyant Pharaon et ses soldats). Aussi pour remercier son Seigneur, Moise, paix sur lui, jeûna-t-il ce jour. Le Prophète rétorqua alors : « Nous sommes plus à même de nous réclamer de Moïse.». Ainsi, il jeûna ce jour et ordonna aux croyants de le jeûner.[1]

Ce jeûne du Prophète était une manière de manifester sa joie et sa gratitude envers Dieu pour avoir sauver son frère Moise. Il demeura obligatoire jusqu’à la prescription du jeûne du mois de Ramadan.

En effet, notre mère Aïcha, que Dieu l’agrée, rapporte : «... Quand le Prophète arriva à Médine, il ordonna aux fidèles de jeûner ce jour, mais après la prescription du jeûne du mois de Ramadan, il déclara : Que celui qui souhaite jeûner Achoura le fasse, quant à celui qui souhaite renoncer à cette pratique soit libre de le faire ».[2]

Bien que le jeûne du jour d’Achoura soit surérogatoire, il n’en demeure pas moins très méritoire pour tous ceux et celles qui aspirent au Pardon de Dieu. Concernant le mérite de ce jour, Abû Qatâda rapporte que le Prophète paix et bénédiction de Dieu sur lui, a dit : « Le jeûne du jour d’Achoura efface les péchés de l'année précédente ».[3] Il dit de même « Le meilleur jeûne après celui du mois de Ramadan est celui du mois sacré de Mouharram ».[4]

Le mois de Mouharram est le premier mois lunaire du calendrier hégirien. C’est aussi l’un des quatre mois sacrés auxquels le Coran fait référence, à savoir Radjab, Dhoul-qada, Dhoul-hidja, et Mouharram et durant lesquels les actes d’adorations et les bonnes œuvres sont valorisés auprès de Dieu.

La meilleure façon serait de jeûner les 9ème et 10ème jours de Mouharram tels que l’a conseillé le Prophète dans un hadith rapporté par Ibn Abbas où il dit « Si je suis encore vivant l'année prochaine, je jeûnerai le 9 (c'est-à-dire avec le 10) ».[5] Il cherchait ainsi à distinguer la tradition musulmane de la pratique juive qui ne célébrait que le 10ème jour. Le Prophète mourut avant d’accomplir son vœu.

Le jeûne du jour d’Achoura est une occasion d’expier les pêchés de l’année qui vient de s’écouler, avec la volonté que la nouvelle année soit menée sous l’Obéissance et l’Adoration du Tout-Puissant. Le Prophète dit : « Il y a dans les jours de votre vie des souffles bénéfiques [nafahâte] de la part de votre Seigneur. Soyez soucieux de vous y exposer ». Cet acte de dévotion et de gratitude, à l’instar du Prophète, est aussi l’opportunité de marquer les liens de foi envers un des Messagers de Dieu, Moïse, paix de Dieu sur lui.

Puisse Dieu nous faciliter l’accomplissement des bonnes œuvres et nous permettre de nous rapprocher de Lui.



[1] Rapporté par Boukhari et Ahmad d’après Ibn Abbas

[2] Rapporté par Boukhari et Abou Dawud

[3] Rapporté par Boukhari

[4] Rapporté par Muslim d’après Abou Hourayra

[5] Rapporté par Muslim

© 2017 PSM en ligne.