PSM en ligne

L’étoile d’Ahmed pointe à l’horizon

« Et Nous avons certes écrit dans le Zabûr, après l’avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs». Il y a en cela [ces enseignements] une communication à un peuple d’adorateurs ! Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers ». (1)

Vivre au 21ème siècle est certes un voile, pour nous contemporains, qui nous empêche de voir et de porter un jugement véridique et détaché sur notre époque. C’est pourquoi l’étude de l’histoire pour ceux qui arrivent à échapper à l’étude purement scolaire des événements, nous montre clairement le secours divin régulier à l’humanité en détresse.

Toute naissance et toute renaissance est accompagnée de ses fameux signes auxquels on est invité à réfléchir. Il est clair et évident que nous sommes à la veille de l’apparition d’une nouvelle étoile à l’horizon que l’humanité attend depuis des siècles et des générations. Les signes évidents de cette alternative jalonnent notre siècle et semblent par la grâce de Dieu atteindre leur paroxysme. Seul Dieu connaît le prix à payer pour cet enfantement mais quelle naissance n’est pas accompagnée de douleurs et de sacrifices ? Les larmes de la douleur feront place rapidement, si Dieu le veut, aux larmes de joie et de reconnaissance mais d’ici là… Dieu est là.

Hassan Ibn Tâbit, compagnon et poète attitré du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, témoigne de l’émoi au sein de la communauté religieuse juive à son époque : "J'étais dans la région où se trouvaient les juifs (Yathrib, la future Médine, ville du Prophète), quand un des Rabbins est monté sur un mur et a lancé cet appel :" Ô communauté juive ! Aujourd'hui vient d’apparaître l'étoile d’Ahmed !". Les gens du Livre et notamment la communauté juive étaient très attentifs aux différents signes cosmiques dont certains étaient cités dans la Thora et qui indiquaient l’éminente naissance du dernier Messager pour l’humanité.

Dans les situations de crise, les observateurs de tout bord scrutent l’horizon, analysent les événements, commentent l’actualité et tentent de déchiffrer l’avenir proche. Les politiques, le monde de la finance, les cercles intellectuels, les religieux comme le citoyen lambda vivent dans ces moments-là une attente qui parfois prend des allures messianiques.

Les événements de notre présent sont pour certains les prémices d’une apocalypse éminente tant sur le plan politique, économique que social et humain. Et par conséquent, tout discours annonçant des lendemains qui chantent n’est que le fredonnement de l’apeuré dans les bois pour se rassurer. Le prétendu « renouveau civilisationnel » des uns et le « réenchantement du rêve » des autres ne seront qu’une énième gesticulation de cette histoire qui appartient déjà au passé faute de ne pas avoir su placer l’humain au centre de ses préoccupations. Cet humain si malmené, tant de fois trahi, toujours exploité et privé de son plus grand droit qui est de vivre en accord avec son cœur.

L’ivresse des promesses laisse peu à peu place à la réalité humaine dans sa vérité la plus crue. On ne pourra pas éternellement voiler le soleil avec le bout de son doigt au risque de se brûler ou passer pour un menteur, car l’homme en détresse n’est pas dupe et écoutera de plus en plus son intuition et son cœur et non le fredonnement de l’apeuré dans les bois.

L’alternance se dessine peu à peu et elle ne vient pas des hautes sphères politiques, ni des marchés financiers mais de l’intérieur de chacun de nous en se posant les questions fondamentales sur le sens à donner à tous ces phénomènes et à ces événements qui traversent de long en large nos sociétés. « Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens, afin que Dieu reconnaisse ceux qui ont la Foi »(2)

L’année de la naissance du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, a marqué un tournant dans l’histoire de la création, c’est pourquoi autant de signes miraculeux ont accompagné sa venue au monde. Les observateurs de l’époque, religieux, politiques ou autres sentaient tous la fin d’une période et l’arrivée de quelque chose de nouveau. Ce changement inquiétait certains et réjouissait d’autres.

Un Ange s’est présenté à Amina, la mère du Prophète, en lui disant : «  Tu vas engendrer le meilleur de cette communauté. Quand tu le mettras au monde, tu diras : "Je prie Dieu l'Unique de le protéger contre tout envieux. Le signe qui confirme ce que je dis est que sa naissance sera accompagnée d'une lumière qui éclairera les palais de Bosra au Shêm. Appelle-le alors Mohammad, le loué, car dans la Thora il est appelé Ahmed. Il sera loué par ceux qui se trouvent aux cieux et sur la terre".

Parmi les nombreux signes miraculeux qui se sont produits à la naissance du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, il y a également l’extinction du prétendu feu sacré que les perses adoraient. Ce feu était attisé et préservé par les mages du temple depuis 1000 ans. On rapporte également dans les différentes versions de la biographie du Prophète que des églises s'écroulèrent autour du lac Sawa où elles plongèrent.

La période qui a précédé l’avènement prophétique était marquée politiquement par l’hégémonie de l’empire sassanide perse à l’est et l’empire byzantin chrétien à l’ouest de la péninsule arabique. Ces deux empires, après une période d’expansion et de développement sur les différents plans économiques et militaires, et cela jusqu’à atteindre le statut de puissance mondiale de l’époque, vont rapidement sombrer dans une décadence et passer le relais au monde musulman avec la naissance du Messager.

Les signes de cette alternance étaient perçus par les différents observateurs de l’époque tant sur le plan de l’observation et de l’analyse sociologique que de l’intuition spirituelle et humaine. Le parallèle avec notre présent et notre histoire contemporaine est certes évident pour ceux qui analysent notre présent à la lumière de ces deux paramètres.

Rostom, le général en chef de l’armée perse, à la tête d’un contingent de plus de deux cents mille soldats et d’une trentaine d’éléphants verra un de ses signes intuitifs sur son chemin pour rencontrer l’armée musulmane composée à peine de trente mille combattants. Cette bataille restera comme l’une des plus grandes batailles historiques tranchée non pas par la force logistique militaire mais par les règles divines qui régissent l’histoire des peuples. Rostom a eu les deux signes de la fin proche de son royaume. Le premier signe est un signe spirituel et le second est un signe politique et social. Il vit en rêve un ange descendre du ciel et rassembler les armes de son peuple puis y apposer un tampon pour les remettre ensuite au Prophète de l’Islam qui lui-même les remit à Omar Ibn Al Khattab, le commandeur des croyants de l’époque. A son réveil, intrigué et perturbé, il comprit que les événements qui étaient en train de se dérouler n’avaient rien d’hasardeux mais répondaient bel et bien à des lois qui le dépassaient lui et son peuple. Le second signe viendra de son analyse critique de sa propre société. En effet, sur la route pour rencontrer Sâad Ibn Abi Waqass, compagnon du Prophète et chef de l’armée musulmane, Rostom fit prisonnier un musulman et l’interrogea en ces termes :

« Qu’est-ce qui vous amène ici sur nos terres ? » demanda Rostom. « Nous sommes venus pour être au rendez-vous avec la promesse de Dieu » répondit le prisonnier. « Dieu nous a donc mis à votre merci ». « Ce sont plutôt vos actions qui vous ont mis dans cette situation et par lesquelles Dieu vous a livré à nous. Ne sois pas trompé par ce qui t’entoure car tu ne vas pas livrer bataille contre des humains mais c’est bien le Destin que tu vas affronter ».

A ces mots Rostom ordonna l’exécution de ce Musulman et poursuivit son chemin. Plus loin il s’arrêta pour camper quand une partie de ses soldats, sous l’emprise de l’alcool, se mit à piller, tuer et violer ses propres concitoyens. Rostom cria alors : « Ô peuple perse ! Par Dieu, l’Arabe a dit vrai, seuls nos actes nous ont mis à leur merci. Par Dieu les Arabes qui sont nos propres ennemis se comportent mieux que nous envers les nôtres ».

La justice et l’équité, la morale et les nobles valeurs ne sont pas l’apanage de ceux qui se les attribuent ostensiblement mais appartiennent aux peuples qui les vivent et les portent par leurs cœurs. Ce sont ces derniers qui se reconnaîtront dans les valeurs portées par les Prophètes à travers toute l’histoire humaine et qui un jour ou l’autre sauront reconnaître les signes de la lumière de l’étoile d’Ahmed, paix et salut de Dieu sur lui (Le Prophète de l’Islam) qui continue à briller à travers les enseignements de l’Islam, « Nous continuerons à leur montrer Nos signes, aussi bien dans l’Univers qu’en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’ils reconnaissent que ce Coran est bien la Vérité. Ne suffit-il donc pas que ton Seigneur soit Témoin de toute chose ? »

L’émerveillement est un bienfait inestimable de Dieu car il ouvre les portes intérieures de l’être, vers l’infini horizon de l’omnipotence divine, pour entrevoir le fameux « miracle » promis par Dieu et Son Messager, paix et salut sur lui, à ceux qui ont la Foi et font bonne œuvre. « Dieu a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’Il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils M’adorent et ne M’associent rien et celui qui mécroît par la suite, ce sont ceux-là les pervers »(3).

Chacun puise la quantité de Foi en cette Promesse selon son degré d’émerveillement devant la Puissance Divine et selon la part  de lecture permise par Dieu sur le Livre de l’histoire avenir de l’humanité. Cette lecture ne se fait pas uniquement à travers des statistiques démographiques, des courbes et des graphiques économico-financiers ou à travers une quelconque projection géopolitique. En effet, ces grilles de lecture se sont avérées myopes, voire aveugles par le passé. Comment peuvent-elles avoir guéri de cette cécité aujourd’hui alors que les causes de ce mal n’ont jamais été aussi profondes « Que ne voyagent-ils sur la terre afin d'avoir des cœurs pour comprendre, et des oreilles pour entendre ? Car ce ne sont pas les yeux qui s'aveuglent, mais, ce sont les cœurs dans les poitrines qui s'aveuglent.» (4).

Cette promesse est un miracle et les miracles n’ont de sens que pour ceux qui ont la Foi. Ce mot ne signifie rien d’autre qu’illusion et niaiserie pour les personnes atteintes de cécité spirituelle. Par contre, le miracle est un paramètre incontournable pour les personnes qui n’ont pas perdu ce sens de l’émerveillement qu’alimente au quotidien la méditation sur les signes de Dieu en nous et autour de nous, « Il y a sur terre des preuves pour ceux qui ont la certitude; ainsi qu’en vous-mêmes. N’observez-vous donc pas? » (5)

A ceux qui ne croient pas aux miracles parmi les non-croyants et à ceux qui y croient honteusement parmi les Musulmans dont la Foi n’a pas encore pénétré le cœur, qu’ils se souviennent que l’Islam est né du miracle de cette étoile qui, un jour, est apparue dans le ciel pour éclairer l’humanité et qui continuera à le faire tant qu’il y aura des gens porteurs de cette lumière.  « Comme était miraculeux le surgissement du peuple qui sortit de son désert pour fonder une civilisation et proposer au monde un idéal dont il avait besoin. De même la renaissance islamique, que déjà les événements annoncent, apparaîtra comme un miracle au monde de ce temps et de demain qui perd et perdra de plus en plus ses illusions quant à la viabilité et à l’humanité des systèmes jahiliyens voués à la violence et à la destruction morale et physique de l'homme » (6)

Comment est-il possible de mesurer la valeur du bienfait d’appartenance à la communauté du Prophète Mohammad, paix et salut de Dieu sur lui, et comment mesurer l’honneur qui est fait à ceux qui appartiennent à celle-ci d’être contemporains de ceux qui accueillent et œuvrent pour la réalisation de la Promesse de Dieu que des générations et des générations attendent depuis des siècles et des siècles.

Cette longue attente a fini par venir à bout de ceux dont le doute a envahi le cœur et l’esprit. Cette longue attente a fini par terrasser tous ceux qui œuvrent pour un objectif purement terrestre et immédiat. Mais cette longue attente a été également un répit de courte durée que Satan a réclamé à Dieu pour  venir à bout de la communauté d’Ahmed, paix et salut de Dieu sur lui. Cette longue attente a enfin permis à cette communauté d’accumuler toutes les expériences possibles et imaginables, et d’atteindre la maturité requise pour prendre le relais de leadership mondial de la fitra et réorienter ainsi le reste du monde vers sa libération, comme le disait si bien le compagnon du Prophète Rib’i Ibn ‘Amer, « Dieu nous a envoyé pour sortir l’humanité  de la servitude  des hommes vers l’adoration du Maître des hommes ; de la petitesse de cette vie à l’immensité de la vie céleste ; de l’injustice des religions à l’équité de l’Islam ».

Ce répit historique renferme plus d’enseignements positifs que ne peut l’imaginer l’esprit défaitiste et passif, qui ne voit aucune issue possible pour l’humanité et encore moins pour l’Islam et les Musulmans. Quelle chance et quel honneur pour ces générations qui vivent et qui vivront la réalisation de cette promesse tant espérée ! Quel honneur mais quelle responsabilité ! Quelle chance mais quelle épreuve !

Il ne s’agit nullement de faire l’apologie de cette oumma sans avoir un regard critique sur notre histoire, notre présent et notre situation au sein des communautés. Mais entre les sempiternelles critiques de cette pauvre oumma et les adulations quasi quotidiennes des autres modes de vie, il y a une autre réalité qui échappe aux analystes et aux « gardiens du temple des valeurs universelles », temple dont le feu allumé depuis l’époque ténébreuse des « siècles des lumières »  est sur le point de s’éteindre par le vent du changement qui souffle très fort et en faveur de la communauté d’Ahmed, paix et salut de Dieu sur lui.

Le Prophète, paix et salut sur lui, nous donne les grandes étapes de l’histoire politique des Musulmans pour nous éclairer sur la place chronologique du retour de ce miracle, n’en déplaise aux «  miraclophobes » : « La mission prophétique continuera. Ensuite il y aura un gouvernement califal parmi vous selon la méthode des Prophètes ; il durera le temps que Dieu voudra, puis il sera suspendu. Ensuite il y aura parmi vous une royauté mordante (héréditaire et oppressive) qui durera tant que Dieu le permettra, puis elle sera suspendue. Ensuite vous serez gouvernés par des régimes dictatoriaux qui dureront le temps que Dieu voudra, puis ils seront suspendus. Ensuite apparaîtra parmi vous le gouvernement califal selon la méthode des Prophètes. » (7)

Il y a un événement dont la portée spirituelle et temporelle est aussi extraordinaire que le miracle lui-même, il s’agit du voyage nocturne et de l’ascension céleste du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui. Ce qui est à retenir ici et à méditer en tant que témoins de Dieu sur terre c’est la remise de l’étendard de l’humanité de la part de tous les prophètes et messagers au Prophète de l’Islam et cela durant une nuit historique. En effet, les recueils authentiques de la biographie du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, nous rapportent que le Prophète a été accueilli par tous les Prophètes et tous les Messagers de Dieu depuis Adam jusqu’à Jésus sur les lieux saints de la Mosquée Al Aqsa, qui était en ce temps sous la domination romaine.

Le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, arrive en ces lieux durant cette nuit en compagnie de l’archange Gabriel (Jibril) et sur la monture des prophètes « Al Bouraq » alors que le sanctuaire de la Mosquée Al Aqsa est utilisé par les habitants comme un lieu ou s’amoncellent les déchets et les détritus de la ville, il est complètement à l’abandon. Il est certain que, durant cette nuit, ce lieu abandonné et désert sous la domination coloniale romaine s’est vu transformer par la Volonté de Dieu pour accueillir cette assemblée unique dans l’histoire du monde, composée des meilleurs parmi les meilleurs, réunis en un seul lieu pour accueillir l’ultime Messager pour l’Humanité.

Durant cette nuit a eu lieu la passation du pouvoir spirituel et temporel par les Prophètes et les Messagers au Prophète Mohammad, paix et salut de Dieu sur lui, et à sa communauté. La communauté d’Ahmed devient la communauté en charge de guider l’humanité. Cette passation est scellée par l’imamat du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, qui a dirigé une prière devant tous ces prophètes et messagers. Le lieu est fortement symbolique car désormais c’est la communauté d’Ahmed, paix et salut sur lui, qui doit veiller sur la mosquée Al Aqsa et tout le Chem.

Un autre événement, qui s’est déroulé durant l’ascension céleste, mérite notre émerveillement. Le Messager de Dieu, paix et salut sur lui,  s’est vu présenter trois coupes, une de lait, une de vin et une autre de miel. On demanda au Prophète de choisir une parmi ces coupes. Le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui,  prit celle qui contenait du lait. Ceux qui pensent que ce choix s’est fait au hasard, méconnaissent la personnalité de ce noble Messager qui a compris la symbolique derrière chacune de ces coupes et a pesé les conséquences de son choix pour sa communauté et pour l’humanité. Il choisit naturellement le lait. L’archange Gabriel lui dit alors : « Tu as choisi la fitra (la prime nature), si tu avais choisi le vin, ta communauté se serait égarée ».

Ce second signe prouve que la communauté du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, est garante de la préservation de la fitra, la prime nature de l’humanité. Cette prime nature malmenée à tel point que les déviances sont devenues la norme et que les vertus humaines de pudeur, de chasteté, d’éthique et de savoir-vivre sont devenues synonymes de régression et de retour aux âges obscurs.

Il est évident que pour sortir l’humanité du bourbier où elle s’est engouffrée, il faudra bien plus que de la bonne volonté mais un véritable miracle. Ceux qui ne croient guère aux miracles peuvent continuer encore longtemps à se rouler dans la boue. Quant à ceux qui œuvrent jour et nuit, qui espèrent en Dieu et au Jour de la Résurrection, qui prêtent foi à la Promesse de Dieu et qui agissent dans le respect des règles immuables qui gèrent notre monde, savent que les efforts fournis par les hommes et les femmes de la communauté d’Ahmed, paix et salut de Dieu sur lui, depuis des siècles et des siècles pour mériter à nouveau de porter l’étendard de la fitra et de guider l’humanité vers son Créateur, n’ont pas été des efforts vains mais bien au contraire.

Le jihad de tous les rénovateurs et de tous les héritiers du Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, depuis la disparition du Califat prophétique en passant par les périodes les plus difficiles qu’a vécu cette communauté, n’ont pas été des efforts vains. Mais chaque prophétie a un terme fixé et toutes les étapes historiques et politiques annoncées par le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, dans ce fameux hadith du califat se sont réalisées, il ne reste plus que la dernière étape qui est la fin de ces régimes tyranniques qui, grâce à Dieu, sont en train de tomber les uns à la suite des autres pour laisser place au miracle tant attendu et tant espéré qui est le renouement avec le modèle prophétique premier : le retour du califat selon la méthode prophétique.  « Le moment n’est-il pas venu pour ceux qui ont la Foi, que leurs cœurs s’humilient à l’évocation de Dieu et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran] ? Et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux. Ceux-ci trouvèrent le temps assez long et leurs cœurs s’endurcirent, et beaucoup d’entre eux sont pervers. Sachez que Dieu redonne la vie à la terre une fois morte. Certes, Nous vous avons exposé les preuves clairement afin que vous raisonniez » (8)

Seigneur ! Redonne vie à nos cœurs pour qu’ils s’humilient à l’évocation de Ton Nom et devant ce qui est descendu de la Vérité et ouvre la vision de nos cœurs pour voir et être témoins de l’étoile d’Ahmed, paix et salut sur lui, qui pointe à l’horizon. Amin.

Date de première parution : Mars 2012

[1] Les Prophètes : 105 - 107

[2] La Famille d’Imran 140

[3] Sourate La Lumière : 55

[4] Sourate Le Pèlerinage : 46

[5] Sourate Qui éparpillent :20

[6] La Révolution à l’heure de l’Islam de A.Yassine

[7] Mousnad Imam Ahmad

[8] Sourate Le Fer : 16 - 17

© 2017 PSM en ligne.