PSM en ligne

Relations hors mariage, si on en parlait ?

Je me souviens étant jeune fille de cette phrase de mon père : «  ma fille, un homme qui te respecte, ne te fréquente pas, il vient frapper à ma porte » !

C’est plus tard en grandissant et en devenant moi-même mère que je pris conscience de ce que mon père, inquiet pour mes sœurs et moi, voulait dire. C’est en grandissant et en me rendant compte que parfois, même en plein milieu d’une ville, rôdent des loups, que je compris que mon père avait raison et que la meilleure chose que je pouvais faire pour moi-même était de me respecter si je tenais à être respectée des autres.

Nous entendons malheureusement de plus en plus de faits divers concernant la fornication et l’adultère. Il est évident que l’on ne peut généraliser en donnant aux hommes le rôle de loups et aux femmes celui d’agneaux. On ne tombe pas dans la fornication ou dans l’adultère seul, il faut être deux pour cela. Deux personnes qui pensaient pouvoir gérer les choses mais qui finalement sont allées trop loin…

J’écris cet article après avoir constaté plusieurs choses et également après avoir reçu le message d’une personne me demandant s’il lui était permis d’avorter après être tombée enceinte d’une relation hors mariage.

Cette demande m’a touchée et je me suis dit que pour en arriver à l’avortement, elle devait vraiment être en grande détresse mais loin de vouloir juger qui que ce soit car personne n’est à l’abri, cette demande m’a aussi choquée et je pense que nous ne parlons pas assez de ces sujets-là avec nos jeunes. La sexualité est encore trop taboue et nous n’osons pas nous exprimer sur le sujet alors que c’est une chose fondamentale et que cela fait aussi partie de l’éducation de nos enfants !

Je voudrais donc sensibiliser mes sœurs sur le respect qu’elles se doivent à elles-mêmes. Nous sommes des femmes et comme beaucoup de femmes nous aimons les compliments, nous aimons plaire et séduire. Parfois, le manque d’estime de soi ou de confiance en soi peut amener à être très sensibles à ce que l’on pense de nous et certaines femmes ont un réel besoin d’être rassurées sur l’amour qu’on leur porte ou sur le fait qu’elles puissent plaire. Mais nous sommes aussi croyantes et cette envie de compliment, ce besoin de plaire et de séduire sont réglementés et contrôlés justement par le fait que nous ayons la foi.

La croyante ne ressent pas le besoin d'aguicher les hommes, elle n'a pas besoin de se faire belle en sortant de chez elle dans le but d'être regardée et ainsi se conforter dans l'idée qu'elle plaît. Elle n'a pas besoin de poster des vidéos d'elle ou des photos sur les réseaux sociaux à la recherche de compliments sur son physique.

Non ! La croyante sait que la plus belle chose qu'elle a est le respect de sa personne, la crainte révérencielle de Dieu, la pureté de son cœur et de son corps.

Elle sait que le seul homme qui mérite qu’elle prenne soin d’elle et qu’elle fasse des efforts pour lui plaire n’est que celui qui lui passera la bague au doigt.

La croyante sait aussi que celui qui veut faire sa vie avec elle, qui craint Dieu, la respecte et n'accepte pas de la fréquenter hors mariage.

Il se responsabilise et va voir ses parents pour demander sa main, il prend ensuite soin de la rencontrer pour discuter et échanger sur le projet d’une vie ensemble en prenant soin d’avertir ses parents.

Il fait en sorte de ne jamais être en tête-à-tête avec elle ! Celui qui veut te fréquenter et te voir en tête-à-tête n'a pas compris qu'avec vous se trouvera le diable, et celui qui est prêt à te mettre dans une pièce avec le diable peut-il vraiment être l'époux qui te fera aller vers Dieu?

Le Prophète (Paix et Salut de Dieu sur Lui) n’a interdit les choses que parce qu’elles étaient mauvaises pour nous. Il ne parlait pas sous l’emprise de son égo mais bien par révélation de Dieu le Très-Haut. Et si ce hadith nous est rapporté, nous devons en tenir compte : « Chaque fois qu'une femme s'isole avec un homme qui ne lui est pas Mahram, le diable est leur troisième compagnon » (1)

Il ne tarde pas en discussions vaines et futiles, il va à l'essentiel. Il se confie à Dieu et lui demande de le guider à travers la prière de consultation lorsqu'il se sent confiant dans sa décision, il l’épouse, construit avec elle une vie de couple dans laquelle la sexualité a toute sa place. Une sexualité saine, reconnue et même essentielle à leur épanouissement.

Les hommes doivent prendre conscience du mal qu’ils se font et du mal qu’ils peuvent faire à une jeune fille lorsqu’ils entament avec elles une relation. Il est trop facile lorsque le mal est fait de rejeter la responsabilité sur l’autre. Trop simple après avoir mis une jeune fille enceinte de se détourner d’elle et de prendre ses jambes à son cou. Les hommes doivent se respecter également. Une relation de couple n’est reconnue de Dieu que lorsqu’elle existe à travers les liens sacrés du mariage.

Si un homme ne se sent pas capable d’assumer une vie de famille, une épouse et un foyer alors pourquoi se permet-il de vivre avec une jeune fille une vie sexuelle qui n’a lieu d’être que dans le cadre du mariage ?

Les jeunes hommes doivent savoir qu’une femme est un être sentimental et qu’elle est très sensible aux mots, aux compliments, aux attentions. Séduire une femme pour avoir un moment de plaisir puis s’en débarrasser n’est pas le comportement de celui qui cherche à cheminer vers Dieu. Celui qui cherche à préserver sa chasteté, Dieu lui rendra les choses faciles.

Il n’est pas évident aujourd’hui pour un jeune de ne pas céder tant on lui présente, chaque jour, de la sexualité banalisée à chaque coin de rue. Et c’est aussi pour cela qu’il est du rôle des parents d’informer leurs enfants, de les mettre en garde et de les aider à concrétiser le projet de mariage dès lors qu’ils en font la demande.

Quant au sujet de l’adultère, il est évident qu’un tel acte n’est pas banal et excusable. Et il vaut mieux se séparer lorsque cela ne va plus que de tomber dans l’adultère. Toutefois, je pense qu’il est intéressant de comprendre les causes qui font que l’on se tourne vers une autre personne que son conjoint. Que l’on sache qu’il est possible de l’éviter ! Comprenez bien que loin de moi l’idée de justifier quoi que ce soit mais je pense qu’il faut essayer de comprendre pourquoi certaines personnes tombent dans cet interdit. Nombreux sont les hommes mariés qui ne sont pas comblés dans leur vie de couple. Des hommes qui, par le mariage, cherchaient à préserver leur chasteté et qui quelques années plus tard, n’ont plus sous leur toit qu’une femme épuisée, fatiguée, irritée qui ne prend absolument plus soin d’elle mettant ainsi leur intimité et par là même toute leur vie de couple en péril et qui pousse ainsi son conjoint à aller vers une autre.

De même, il serait temps de comprendre qu’une femme mariée qui devient un meuble dans sa maison, qui ne reçoit plus d’amour et de compliments de son mari usé par son travail et qui, en rentrant le soir, passe des heures devant la télévision ne peut continuer à être heureuse et peut être sensible à une personne qui lui accorde ce que son époux ne lui accorde plus.

Le dialogue et la discussion doivent être le maître mot dans les moments difficiles que peut passer un couple. Chaque couple aura son lot de crises mais il faut comprendre que plutôt que de se détourner de son partenaire pour « aller voir ailleurs », il faut en temps de crise ne surtout rien faire que l’on pourrait regretter. Etre patient et discuter. Chaque crise ne peut qu’être bénéfique au couple si celui-ci sait en tirer des leçons et une occasion de s’améliorer et de renforcer les liens qui les unissent.

Les couples doivent mettre en œuvre tout ce qui est possible afin de vivre une union harmonieuse et épanouie où chacun donne et reçoit. Les efforts doivent perdurer avec les années : les compliments, la séduction, les attentions, la tendresse, l’affection, la sexualité n’ont lieu d’être que dans le cadre d’une relation reconnue par notre foi, qui n’est autre que le mariage. Et après cette union, les efforts doivent perdurer pour ne pas laisser l’autre se lasser et se détourner de son conjoint !

(1)Hadith rapporté par Ahmad

© 2017 PSM en ligne.